Aller au contenu

Photo

(Note de lecture) Phases, de Gilbert Bourson, par Pascal Boulanger


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 tim

tim

    Administrateur

  • Administrateur principal
  • PipPipPipPip
  • 5 497 messages

Posté 14 février 2020 - 11:29

 

6a00d8345238fe69e20240a4e75430200d-100wiQuand un esprit intègre la Bibliothèque â ses formes, sa musique â il est en phase. Les mots qui sâenchaînent ne font pas seulement écho aux hypothèses de lâinconscient, à lâimaginaire, ils se plissent, sâemplissent de tous les effets de lectures, de ce qui a déjà été parlé, murmuré, crié, écrit et vécu.
Phases creusent les phrases et travaillent le tissu du texte déjà révélé et pourtant oublié. Prenez lâIliade, ou nâimporte quel autre récit ou épopée, lâenchaînement se fait dâemblée et enclenche le moteur même de lâécriture, le souffle sâimprime horizontalement et néglige la ponctuation qui freinerait la cavale.
Gilbert Bourson nous a clandestinement habitués à prolonger les incendies. Il est celui qui, dans les années de rétention avant-gardiste et formaliste, sâest échiné à mettre en scène, en voix et en corps, la puissante dépense de singularités comme celles de Job, Sénèque, Lautréamont, Rimbaud, Mallarmé, Flaubert⦠Bourson lit Homère ? Autrement dit, il lit tout autant Sade, Longin et Novalis, il est à la fois celui qui traduit et celui qui écrit, celui qui lit et celui qui déplie. Il entend les cris effacés du silence, il voit toujours le ciel et la débauche des dieux se gaver de sang et de sperme. Cette parole porte le feu et fait résonner la violence du glaive et du pénis.
Il sâagit de prendre part au combat, de « traquer lââme des hommes à travers celles des dieux grecs » (Philippe Thireau dans sa subtile postface à ce livre). Et de ce champ de bataille se révèle un chant tragico-jubilatoire dans lequel la joute érotique se déchaîne chair à chair.
Dans lâordalie, le clan humain serre les dents dans la promiscuité des dieux, dans la sauvagerie du sacrifice. Ce sont toujours les beuglements, les bêlements, les ronflements, les blatèrements, les bourdonnements autour du campement que lâon entend et que la parole dévoile. Lâécriture de Bourson surgit, bondit, danse, saisit, déchire et délire. Du sang et  de lâencre jaillissent dans la souillure et dans le meurtre. Du virus de la transe, lâécriture témoigne dans un ramassé des corps à corps. Les dieux sont bien de sublimes comédiens.

(â¦) chair et bronze coulés au galop dâun coursier pleins de plis cachetés par le méli-mélo des ardeurs imprimées sur la blancheur dâun sol qui est une carrière épique et un bordel mettant la fable en règle et la bouche en la bouche suce le talon où le destin respire les ailes du vent pet magique des dieux et déesses dâOlympe et de tous les lieux où sâaccroupir pour inventer sa propre éternité (â¦)

Pascal Boulanger

Gilbert Bourson : « Phases » (Tinbad), 2020, 70p, 13â¬.


DH5Kime0qBY

Voir l'article complet