Aller au contenu

Photo

(Echos) Jean-Paul Louis-Lambert, Une généalogie : présence de Hölderlin en France (et en Suisse) 1920-1944


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 tim

tim

    Administrateur

  • Administrateur principal
  • PipPipPipPip
  • 5 315 messages

Posté 21 mars 2020 - 02:09


6a00d8345238fe69e2025d9b3ee164200c-100wiEn écho à lâarticle de Jean-René Lassalle,  autour du 250ème anniversaire de la naissance d'Hölderlin, Jean-Paul Louis-Lambert a proposé cette chronologie-généalogie à Poezibao



Une généalogie : présence de Hölderlin en France (et en Suisse) 1920-1944

Études, traductions et hommages (poèmes et musiques) 

« Mit Unterhändigkeit »
Scardanelli

1920 : Charles Andler : chapitre « HÅlderlin » dans Les Précurseurs de Nietzsche (Paris ; réédité comme tome * de Nietzsche, sa vie et sa pensées en 1938, Gallimard).

1921 : Joseph Claverie : La jeunesse dâHölderlin jusquâau roman dâHypérion (thèse inachevée à cause de la mort de Claverie sur le Front en 1914 ; Paris, Félix Alcan).

1924 : Marie Crayssac : Étude sur lâHypérion dâHölderlin (thèse, Faculté des lettres, Université de Nancy, Imprimerie Colin). 

1925 : Bernard Groethuysen publie dans la NRF (novembre) un article sur Hölderlin avec la traduction de quatre poèmes (sans doute le premier ensemble paru dans une revue littéraire généraliste ; jusque-là le nom de Hölderlin n'apparaissait que dans des thèses, ou des revues de philosophie quand il était question de « l'idéalisme allemand » et de Hegel, Schelling, etc. ; plus haut il a été question de Nietzsche).

1926 : Pierre Jean Jouve : dans Nouvelles Noces de (Gallimard), une section s'intitule « Humilis » avec le vers de conclusion : « "Avec Humilité", disait le poète dément » (intégré dans Noces, 1928, puis dans Les Noces, 1931 ; réédité en « Poésie/Gallimard »).

1928 : Stefan Zweig : Traduction du chapitre « Hölderlin » du Combat avec le démon â Kleist, Hölderlin, Nietzsche (original 1925 ; trad. dâAlzir Hella et Olivier Bournac, Librairie Stock - Delamain et Boutelleau ; lâouvrage complet est publié en 1936 chez Stock ; réédité en Livre de poche, « Biblio essais »).

1929 : Jean Wahl: nombreuses citations dans Le Malheur de la conscience dans la philosophie de Hegel (Paris, Gérard Monfort ; réédition aux PUF, 1951). 

1929 : Hölderlin :  La Mort d'Empédocle, traduction et introduction d'André Babelon (Gallimard).

1929-1930, Pierre Jean Jouve publie Poèmes de la folie de Hölderlin, avec la collaboration de Pierre Klossowski et un « Avant-Propos » de Bernard Groethuysen (adapté de lâarticle de 1925, et l'aide de deux collaboratrices pour la traduction des poèmes, Blanche Reverchon et Margareth Wyss-Vögtlin) ; sont d'abord publiées des « bonnes feuilles » dans la NRF (mai 1925), puis en volume (Paris, Fourcade) avec en annexes « Quelques documents sur la folie de Hölderlin », par Waiblinger, Bettina von Arnim, Zimmer, etc.  (réédité en 1963 chez Gallimard).

1930 : Pierre Jean Jouve : La Symphonie à Dieu (Gallimard) contient une section qui fait référence à Hölderlin : « Le Père de la Terre » où le poème « Voyageurs dans un paysage » est une variante de sa traduction de « Tinian ». Recueil intégré dans Les Noces (1931, Gallimard ; réédité en « Poésie/Gallimard »).

1930 : Hölderlin : Hypérion ou l'Ermite en Grèce, traduction de Joseph Delage (2 vol., Paris et Neuchâtel, Victor Attinger, collection « Romantiques allemands », no 2).

1933 : Henri Sauguet : Cinq poèmes de Hölderlin (Cycle de 5 mélodies ; sur des textes de Friedrich Hölderlin, quatre dans la traduction de Pierre Jean Jouve : "Le printemps", "Pardon", "La vie gaie", "L'hiver" ; et un dans la traduction dâHélène de Wendel : "Le destin"). 1ère exécution : Paris, École normale de musique, Germaine Copperie (soprano), le compositeur (piano) (Paris, Ed. M. Eschig)

1933 : Enid Lowry Suthie : citations dans LâInfluence du symbolisme français dans le renouveau de lâAllemagne (Thèse, Paris).

1934 : Roger Ayrault : citations dans Heinrich von Kleist (thèse, Paris, Librairie Nizet et Bastard).

1935 : Jean Langlais : Humilis (six mélodies d'après la section « Humilis » de Nouvelles Noces de Pierre Jean Jouve). Consulter ce site

1935 : Hölderlin :  LâArchipel (fragments) traduit par Jean Tardieu (revue Mesures ; réédité dans la section « Poèmes isolés » dans le volume Hölderlin de la « Pléiade », 1967).

1936 : Pierre Bertaux : Hölderlin - Essai de biographie intérieure, avec de nombreuses citations de poèmes avec traduction et une bibliographie (thèse de doctorat, Paris, Hachette, 1936). Thèse complémentaire : Le Lyrisme mythique de Hölderlin

1937 (Mai-juin) : « Le Romantisme Allemand » numéro spécial des Cahiers du sud (Marseille), gros recueil collectif dirigé par Albert Béguin ; section « Poètes » : « Hölderlin » par Pierre Bertaux ; section « Textes romantiques » : « Poèmes de Hölderlin » traduits par Gustave Roud.

1942 : Poèmes de Hölderlin, version française de Gustave Roud (Lausanne, Mermod).

1942 : Hölderlin le poète - Étude critique suivie d'un choix de poèmes (Marseille, Robert Laffont) par Maxime Alexandre (poète alsacien, surréaliste de 1923 à 1932 ; il publiera le premier tome des Romantiques allemands en Pléiade, 1963 : Hölderlin a été "omis" dans cette anthologie, car ce n'est pas un « romantique », mais un « idéaliste », et un volume spécifique, Hölderlin, Åuvres,  paraîtra en 1967, sous la direction de Philippe Jaccottet ; lâanthologie équivalente dans la « Bibliothèque européenne » chez Desclée de Brouwer, Les Romantiques allemands, paru également en 1963, sous la direction dâArmel Guerne, débute par une longue section consacrée à Hölderlin : poèmes en bilingue, proses et documents, traduits par A. Guerne, avec une bibliographie ; Guerne avait traduit en 1950 : Hölderlin, Hymnes, Élégies et autre poèmes, Paris, Mercure de France).

1943 : HÅlderlin : Poèmes, Édition bilingue et traduction par Geneviève Bianquis (Paris, Aubier, Montaigne).

1944 (août) : Pierre Emmanuel : Le Poète fou, avec neuf compositions en couleurs par Léon Zack ( Monaco, Éditions du Rocher), avec la dédicace : « A la mémoire éternelle d'un très haut martyr du langage Friedrich Hölderlin ».

Jean-Paul Louis-Lambert


twzc88yJWVA

Voir l'article complet