Aller au contenu

Photo

Deux coussins


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 En hoir de Loup-de-lune

En hoir de Loup-de-lune

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 137 messages
  • Une phrase ::_jadescence
    _libellulescence
    _opalescence
    _albescence
    _diaphanescence
    _ramescence
    _évanescence

Posté 27 avril 2020 - 01:41

(Note : Loup-de-lune ici rouvre ses yeux de jais pour voir encore à travers le kaléidoscope ou l'anamorphose de la leucose insensiblement victorieuse. Les nuances du rouge bien sûr prédominent : "roses", "rouge sombreur", "rouge andrinople", "vermillon". Nous ne sommes plus dans la "cuisine émue", ni dans la salle d'eau où "un ovale de buée / entérine l'absence", mais nous sommes de retour dans la chambre... si souvent imagière ! (Voir salon Sans commentaires : "Pourpris tétraphane" 04/04/2020 ; voir blog de Loup-de-lune : "Chambre imagière I 07/10/2018, II 08/11/2018, III 09/12/2018, et IV 03/06/2019 et "Caravane idolagète" 20/04/2019 enrichie par la lecture de Clément Velluet.)



Deux coussins


I

qui a su broder
cette seconde rectangle de rafale éparpilleuse ?

argentures et verdissages
ont entre eux loti feuilloler

le cercle
mieux qu'épanouir
attendait les corolles

roses
ou rouge sombreur
les pétales ont engagé l'éclaboussure
ou le pluriel radié

matérialiser la coupure
pour que de cette fraction de dérèglement fixe
participe la nuance qui écoeure en rond ce dont je suis tissue


II

une chute profusément imagière

et boussolent des oiseaux
parmi la feuillaison d'ailes
blond pastel
ou contentées par les infimités de leurs délinéaments
un capharnaüm de vernal augure
assure le bouquet insu

farfadets-fleurs

fleurs diadémées de permanent

baroque épuiseur de fleurs-jarres

une caducité qui atermoie
innerve de son limbe le rouge andrinople

sur les exultantes corolles d'un tisseur fauve
en stries le vermillon meurt à soi-même

et cette myriade mime un mouvoir
tout autour du bleu blandice
provision complice du satin
qui organise une bête
aux prémices de l'élan

pour les traits si brefs de ses yeux verts
vague une distance
arquer s'offre une enfance
les sucrantes cornes d'un élongement

brillées d'or quatre touches de sabots
dissocient le poids thanatique

la non-présence
du fond est
esquissée

Loup-de-lune
LIU Bizheng

Fichier(s) joint(s)