Aller au contenu

Photo

(Echos) Claude Minière, Commentaire, après une lecture de Julien Starck


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 tim

tim

    Administrateur

  • Administrateur principal
  • PipPipPipPip
  • 5 428 messages

Posté 22 mai 2020 - 09:19


Claude Minière a proposé à Poezibao ces notes en écho au grand texte de Julien Starck autour dâun livre de François Leperlier :

Commentaire

Nous aurons bientôt plus de définitions de la poésie que de poésies. Revient-on par là à lâépoque de lâIdéalisme allemand (les frères Schelling, Novalis) où la philosophie (Hegel) sâimposait comme maîtresse de la poésie ? Revient-on au Surréalisme, pour lequel le poème était principalement création dâimages ?
La poésie est un fait de langue, qui atteint la langue, un acte dans la langue où celle-ci, par chance, par une « frappe heureuse » est portée à dire plus clairement, plus exactement quâon ne lâaurait pensé, quâon ne lâaurait « voulu ».
Nous chassons parfois des pensées que nous condamnons alors comme « abstraites » ou « métaphysiques ». Mauvaise raison. Hors de considérations canalisées, la poésie repose sur une expérience (je lâai, je lâai eue --- ou pas), une intuition. Rien dâab-strait, bien au contraire un trait réaliste, ici vivant. Ainsi : « Nous ne somme pas au monde » (Rimbaud) et  « habiter le monde » (Hölderlin). Lâexpérience ne se maintient pas dans le cercle  où nous plaçons communément nos débats.

Claude Minière



vUUtaLHLYK4

Voir l'article complet