Aller au contenu

Photo

(Echos) Siegfried Plümper-Hüttenbrink, Annotations & Citations, 6, Quelques notes en écho à Hubert Lucot


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 tim

tim

    Administrateur

  • Administrateur principal
  • PipPipPipPip
  • 5 428 messages

Posté 22 mai 2020 - 09:07

 

Annotations et citations* (5).
Quelques notes en écho à Hubert Lucot.

6a00d8345238fe69e20264e2dc9283200d-100wi* Nombre dâécrivains hésitent à faire part de la méthode dont ils usent pour parvenir à écrire. Raymond Roussel sây est risqué en sâexpliquant à lui-même comment il en est venu à écrire certains de ses livres. Mais cela nâa pas fait avancer le Schmilblick, même si Marcel Bénabou a tenté en véritable oulipien de vouloir sâexpliquer méthodiquement pourquoi il nâa écrit aucun de ses livres. Et on a tout lieu de supposer que la plupart de ceux qui se mêlent dâécrire, sâabstiennent de vouloir sâimproviser en exégète de ce quâils ont trouvé à écrire. Ils préfèrent ne pas faire état dâune cuisine interne où tout entre magiquement en émulsion, mais qui risque de sâavérer après-coup plus quâindigeste. Sâils en livrent parfois les ingrédients, ils préfèrent ne pas divulguer leur secret de fabrication. Car qui dâaventure lâébruite, comme le fit Francis Ponge, a vite fait dâêtre pris pour un faiseur de mots, à moins de parvenir à faire parler une figue, fabriquer un pré ou dresser une table en recourant à des procédés langagiers.

* Si Hubert Lucot pratique comme Ponge une écriture de chantier où les mots sont mis à lâessai sous forme dâannotations quotidiennes, sa méthode de travail nâa rien de la procédure verbale que dresse la fabrique du pré pongien. On sait quâil avait coutume dâécrire Sur le Motif, comme le signale le titre dâun de ses livres, et avec un sens suraigu de la notation. Un simple détail pouvait à ses yeux se transfigurer en trouvaille. Une scène de rue en plein Paris devenir une séquence de tournage filmique le renvoyant à sa prime enfance. Et tout me porte à croire quâil dut partager avec Walter Benjamin non seulement lâart de la flânerie (devenu obsolète à lâère du shoping) mais aussi une lecture micrologique du réel. Le moindre signe lui servant dâindice pour une piste de recherche. Florence Trocmé précise que pour ce faire, la méthode quâil employait nâest pas sans faire songer à celle dâun photographe. "Il note sur le vif... à la volée". Et comme si une prise de note était lâéquivalant dâune prise de vue. Suite à quoi, il duplique ce quâil vient de consigner, en fait une photocopie, et sur laquelle il continuera à écrire en copiste, en tenant chronique de ces instants de vie que Jacqueline Risset disait visionner sous forme dâéclairs. Mais quant à son procédé de photocopiste, il semble ne pas vouloir en dire plus, sinon quâécrire sâapparente à tous points de vue à lâacte de cadrer photographiquement et de laisser sâagencer des entre-aperçus par voie annotative. Dire ce que lâon voit, pour voir ce que lâon va dire, et ce à lâaide dâune sorte de caméra-stylo. Un de ses livres sâintitule du reste Recadrages.

* À tout hasard, on peut émettre un certain nombre dâhypothèses relativement à la méthode Lucot.
Si son procédé de duplication, dont il reconnait quâil relève dâune "double écriture", ne serait pas comme la clef de voûte de son travail de copiste et de chroniqueur ? Si le passage par la photocopieuse nâa pas contribué à engendrer une écriture de chantier, et à faire dâHubert Lucot dès Phanées les nuées, un scripteur, polygraphe de surcroît, mais aussi cartographe de ces instants de vie que Walter Benjamin aurait qualifiés tout comme lui dâ "instantanéités lointaines" et au filtre messianique desquelles ce qui date dâantan reste toujours une promesse dâavenir. 

Siegfried Plümper-Hüttenbrink

NDLR :
En parcourant Poezibao ou Le Flotoir, Siegfried Plümper-Hüttenbrink prend souvent des notes en les faisant graviter autour de certaines phrases lues. Dans ce nouveau projet, qui inaugure la rubrique (Échos), il se propose de consigner ces phrases et les notes quâelles ont suscitées. Tentant ainsi de mettre l'accent sur ce travail d'investigation qu'est tout exercice de lecture. Une lecture labyrinthique, à pistes multiples, et qui puisse mettre en jeu quelque chose de ses propres hantises intimes, si tant est que lire revienne aussi à nouer des liens occultes et s'adonner à toutes sortes de transferts de pensées.




HSHH0FtuQvE

Voir l'article complet