Aller au contenu

Photo

(Note de lecture) Suzette Gontard, la Diotima de Hölderlin, par Isabelle Baladine Howald


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 tim

tim

    Administrateur

  • Administrateur principal
  • PipPipPipPip
  • 5 478 messages

Posté 15 juillet 2020 - 09:27


La Diotima de Hölderlin


 « A qui, sinon à toi ? »
F.H.

6a00d8345238fe69e20263e9566e58200b-100wiUn livre sans auteur paraît ces jours-ci chez Verdier, Suzette Gontard, la Diotima de Hölderlin.
Il sâagit du regroupement de fragments de lettres échangées par Friedrich Hölderlin (1770-1843) et Suzette Gontard (1769-1802), de tous les poèmes adressés à celle quâil nommait Diotima, de Diotime, la prêtresse de lâamour dans le Banquet de Platon (la Grèce était le modèle, lâidéal, même si Hölderlin lâa conçu de façon particulière, en étroit rapport avec lâAllemagne, par les textes de lâAntiquité, mais également par la référence des Jacobins français à cette civilisation). Il contient également des documents manuscrits et iconographiques de lâépoque, de témoignages, de lettres du poète à ses proches et dâextraits dâHypérion. Ce livre était le grand roman épistolaire de Hölderlin, commencé avant la rencontre et poursuivi tout du long de celle-ci, où Diotima était la femme aimée, qui meurt dâailleurs, avant la fin, comme ce sera le cas dans leur histoire⦠Des lettres de Hölderlin lui-même, il reste très peu, sans doute détruites à la mort de Suzette Gontard par sa famille, ou avant sa mort par elle-même. Lui conserve jusquâà sa mort les lettres de Diotima - un certain nombre mais pas toutes ou incomplètes, perdues, tronquées, nous sont parvenues - suffisamment pour comprendre quelle femme exceptionnelle elle était. Le volume sâouvre dâailleurs par un lettre de Suzette Gontard à Friedrich Hölderlin. Comme le fait remarquer Thomas Buffet, le traducteur, on ne trouve jamais leurs prénoms dans ces échanges (prudence, ou tout de suite accès à quelque chose de supérieur ?). Le tout est traduit dâaprès lâédition dâAdolf Beck en 1980 chez Insel Verlag et paru dans la belle collection germaniste de Jean-Yves Masson « Der Doppelgänger » chez Verdier.
Nombre de ces échanges étaient déjà présents dans la Pléiade Hölderlin dirigée par Philippe Jaccottet, traduits par Denise Naville, dans un dossier à la fin du volume. Mais cette édition, outre une nouvelle traduction, remet au premier plan et pas seulement en notes la personnalité de Diotima et le contenu élevé de ces correspondances.

Haute figure de lâidéalisme allemand â mouvement philosophique succédant aux Lumières allemandes dit Aufklärung, reprenant et tentant de dépasser lâidéalisme kantien, marqué également par les idées de Nature et de Bien chez Rousseau â Hölderlin, orphelin de père à 2 ans, élevé par une mère rigide qui ne vise que le métier de pasteur pour son fils, fait ses études avec Schelling et Hegel, suit les cours de Fichte. Il ne fait pas partie du premier romantisme dâIena (les frères Schlegel, les Brentano, lâétoile filante Novalis, qui verront en lui, les premiers, un immense poète), et dâailleurs en quelque sorte, ne fera partie de rien. Il fréquente de près cette incroyable constellation de poètes et de philosophes de lâépoque. Seul Goethe ne le « reconnait » pas, comme il ne le fera pas non plus pour Lenz, effrayés par eux, placé sur un piédestal dont il ne veut pas tomber, et il est vrai, ayant certainement suffisamment à lutter lui-même pour son propre équilibre⦠Hölderlin a certainement beaucoup marqué la philosophie de Hegel à travers la fameuse dialectique (dans la discussion philosophique, ce mouvement, véritable moteur de lâesprit, mu par la négation autant que par la réconciliation des arguments) qui lui doit énormément. Son collègue Schelling, après avoir été très proche, le tiendra à distance, et ne lui répondra plus, se moquera même publiquement des traductions que fait le poète des tragédies de Sophocle.
Hölderlin est fasciné, comme tous ses amis du Stift de Tübingen par la Révolution française (fascination à partir de laquelle Benoît Chantre écrit son très approfondi Le clocher de Tübingen, paru lâannée dernière chez Grasset). Avec Hegel et Schelling, on dit quâils plantèrent un arbre de la Liberté au bord du Neckar ! Comprendre cette époque, lâespoir quâelle a porté pour le poète dâune possible république allemande ou au moins souabe (sa région) et lâimmense déception qui a suivi, comprendre également lâinfluence essentielle de Rousseau, son maître, est essentiel pour comprendre Hölderlin.
Juste avant ces années de « très haut amour » pour parler comme Catherine Pozzi, Hölderlin eut probablement une fille qui ne vécut quâun an, Louise Agnese, avec une jeune femme de la région, Wilhelmine Marianne Kirms.
Il est difficile de ne pas rêver à cette petite-filleâ¦

Hölderlin rencontre Suzette Gontard à Francfort en 1795, elle est la mère de quatre enfants (bien quâelle nâait que 29 ans) et lâépouse du banquier Jacob Gontard. Câest un couple très en vue, elle est louée pour sa beauté mais aussi pour son intelligence et de beaux traits de caractère (une « belle âme » comme le dit Thomas Buffet, suivant le modèle de Schiller et de Goethe). Le hasard fait quâelle lut un extrait dâHypérion donné par un soupirant, avant de rencontrer le poète (comme le raconte Pierre Bertaux dans son indispensable Hölderlin ou le temps dâun poète que Gallimard devrait rééditer). Hölderlin est le précepteur des enfants, lâamour naît entre eux de façon foudroyante : « Nous ne nous connaissions pas encore, déjà nous étions lâun à lâautre. »
Il durera sept ans en apparence, et toujours en réalité. En 1798, cette relation est découverte, Hölderlin quitte la maison. « Un été, un seul, accordez-le moi, Puissances !/Une fois/Jâaurais vécu comme vivent les dieux. Que vouloir de plus ? » Câétait lâété du séjour idyllique à Bad Driburg. Ils se reverront en cachette jusquâen 1800, puis Hölderlin quitte la ville. Suzette Gontard meurt en juin 1802, à 33 ans, certainement de tuberculose. « Pourtant, pourtant, je ne peux pas croire/que tu meurs tant tu aimes » (FH ). Hölderlin lâapprend fin juin 1802 par son vieil ami Isaac von Sinclair, qui le protégera longtemps, avant de le trahir en le remettant à la mère du poète, qui le fera interner dès son retour. Le poète ne se remettra jamais de cet amour intense ni de la mort de sa Diotima et sombre en 1806 dans la « folie ». (Certains, comme Philippe Lacoue-Labarthe ou Pierre Bertaux nâont jamais vraiment adhéré à cette thèse, pensant quâHölderlin certes était loin de la norme mais aussi se protégeait surtout derrière la politesse très exagérée et très ironique avec laquelle il sâadressait à ses visiteurs, et lâénigmatique signature de « Scardanelli » dont il signait tous ses derniers poèmes). Il pourra quitter la clinique Autenrieth et les mauvais traitements psychiatriques lâannée suivante pour vivre chez le bon menuiser Zimmer, jusquâà sa mort en 1843. Durant ces années juste avant son effondrement en 1806, il écrit les fameux « grands poèmes », Pain et vin, Le Rhin, Germanie, En bleu adorable, Patmos, Mnémosyne et lâinoubliable Andenken (traduit le plus souvent par Souvenir, mais il faudrait presque dire Penser à (An/denken) si lâon voulait appliquer à la lettre la fusion constante chez Hölderlin de la pensée et la poésie, la pensée vers Diotima. Sans oublier danken, remercier. Câest la position de Philippe Lacoue-Labarthe.

Pourquoi Diotima ? On lâa dit, Hölderlin admirait les Grecs, ce prénom de Diotime incarne pour lui lâidéal même de beauté et de bien, par lâesprit.
Diotime : « (â¦) soit celle qui honore les dieux, soit celle qui est honorée des dieux » nous dit Thomas Buffet dans les notes. Dans le Banquet de Platon, elle est celle qui enseigne la nature de lâamour, elle est lâinterprète de la pensée socratique de lâEros, par le biais non seulement du discours mais surtout de la pratique de la philosophie et par lâexpérience de ce qui inspire et est révélé.
Dâune part ce livre donne un éclairage sur la position de Hölderlin dans la maison Gontard. Certes reçu à la table familiale pour les repas, en tant que précepteur de Henry, le fils de 8 ans (les filles à cette époque nâont pas droit à son enseignement !), il souffre pourtant beaucoup dâêtre traité comme un domestique par le maître de maison, tenu à lâécart des activités culturelles de la famille. Ce statut pèse de plus en plus lourd et nâest pas pour rien dans le départ précipité de Hölderlin de la maison. Car si le scandale de la liaison nâest socialement pas acceptable, la banquier Gontard nâest pas fondamentalement jaloux, ne sera pas présent aux obsèques de sa femme et se remariera rapidement, mais il aura été cinglant sur le statut du poète comme ne faisant que partie du « personnel de maison ».
Dâautre part et surtout ce livre remet Diotima à la place qui est la sienne, câest-à-dire à la hauteur de lâamour du poète, à la hauteur de la poésie, à la hauteur de lâidée même de lâamour à cette époque prise entre la fin du classicisme et le romantisme. Ce qui frappe le plus, câest cette unité dââme, cette élévation nécessaire quâils professent tous les deux, câest la pratique même de leurs idées communes.
Il semble impensable quâils ne se soient pas aimés physiquement, toutefois il nây en a pas trace dans les lettres, peu sensuelles, à moins que ces passages ne manquent ou que la moralité ait exclu dâen parler.  Il y a ce surprenant et à vrai dire, énigmatique passage :
« (â¦) tout sentiment réveille en moi, dans toute sa force, mon désir impérieux, mêlé à mille douleurs. Même au plus profond de mes pensées, je nâéprouve pas dâautre désir que de connaître la relation amoureuse la plus intense. En effet, quâest ce qui peut nous mener à ce couple ambigu de la vie et de la mort, si ce nâest la voix de notre être supérieur que nous confions à une âme aimante proche de la nôtre, cette voix que de nous-mêmes nous ne parvenons pas toujours à entendre. Unis, nous sommes forts et indéfectibles, dans le beau et le bien, au-delà de toutes les pensées, dans la foi et dans lâespérance. Mais dans le monde réel qui nous contient, cette relation amoureuse nâexiste pas seulement à travers lâesprit ; même les sens (hormis la sensualité) en font partie. » (lettre de Suzette Gontard, après le départ dâHölderlin).
Et lui : « (â¦) il est souvent impossible de nourrir face à elle des pensées portant sur des choses mortelles » (lettre de FH à son ami Neuffer, juin 1796).
Nous nâen savons pas davantage. Peu importe.
Lâêtre supérieur auquel Diotima fait allusion, câest lâesprit, par le devoir que chacun doit se fixer pour lui-même (un sujet forcément limité), quâil doit dépasser et ceci également dans ses actes. Cette notion dâaction est très importante pour Hölderlin, qui nâétait en rien un rêveur, dont le lyrisme même autant que lâengagement révolutionnaire était un des modes dâaction, câest aussi la part du divin en nous : « chacun aurait son propre dieu dans la mesure où chacun a une sphère qui lui est propre : la sphère de son action et de son expérience. Ce nâest que dans la mesure où plusieurs êtres humains ont une sphère commune dans laquelle ils agissent et pâtissent en tant quâêtres humains, câest-à-dire au-delà de toute nécessité, câest uniquement dans cette mesure quâils ont une commune divinité » (essai fragmentaire sur la religion, cité par Pierre Bertaux), donnant lieu à une sorte de « religion nouvelle » « sans dogme ni Eglise », conclut Bertaux :
« Là sont venus de lâidéal,/comme des cieux, le courage et la puissance » ou
« Nul signe divin ne nous sépare,/nous devenons lâUn et le Tout/câest seulement là que je suis dans mon élément »
« Le nom de ce qui est Un et Tout/Son nom est Beauté. ».
Lâamour : « son pouvoir est dâêtre lâinterprète et le messager des hommes auprès des dieux, des dieux auprès des hommes. » (Platon, Phèdre) Lâamour a une puissance « démonique », il « réunit lâunivers à soi-même » poursuit Platon. A partir de cette conception, câest un sentiment ET une idée très élevés, Suzette Gontard et Friedrich Hölderlin en sont parfaitement conscients et en accord. Aussi même si plusieurs fois Hölderlin et Diotima essaient de se séparer, conscients de lâimpossibilité dâun avenir commun :
« Nous voulions nous séparer, nous jugions cette idée bonne et judicieuse ;/Mais au moment dâagir, pourquoi cet acte nous effraya-t-il, tel un meurtre ? » (FH Les amants), ils avaient le projet commun dâaccéder à cet être supérieur qui les inspirait. Ce « meurtre » le serait sur cet être supérieur, il nâest donc pas envisageable :
« Hélas nous ne nous connaissons guère/Car il y a en nous un dieu qui agit. » (Les amants)
Au fond, dans ces pages de poèmes, de lettres, il y a « tout », la pensée/la poésie, ce « même » (Dichtung, en un seul mot et bien sûr il est allemand). QuâHölderlin ait pu le partager avec Diotima est en soi une exception.

La langue de Hölderlin, parcourue par lâarchaïque, sera de plus en plus « grecque », sâéloignant dâun allemand habituel à lâépoque. Beaucoup ne le comprennent pas, voire se moquent (Schelling rotant à gorge déployée en entendant une traduction par Hölderlin de lâAntigone de Sophocle). Câest oublier quâil cherche la simplicité absolue à travers un travail énorme sur le poème (quelques repères ici et là sur sa page, et ensuite le travail de prosodie extrêmement précis, « une prosodie de la pensée poétique, imagée » (résume avec justesse Pierre Bertaux) et on lâa souvent souligné, musical. Ses poèmes, il les nommait souvent Gesänge, chants.
Il essaie de scander et de respecter une prosodie qui est celle des Grecs et quâil tente dâadapter à la prosodie allemande â ce qui nâest pas facile, et qui force à créer un langage pour le moins incompréhensible pour cette époque. Il dit justement que cela est aussi incompréhensible pour notre époque que cela pouvait lâêtre pour les Grecs eux-mêmes. Et je crois que câétait son dernier projet, et que cela devrait représenter pour lui une étape décisive dans ce quâil cherchait à faire, câest-à-dire produire une littérature vraiment moderne, vraiment dégagée du modèle ancien. Le paradoxe de sa démarche, câest quâune extrême fidélité aux Åuvres anciennes revient à prendre un maximum de distance par rapport à elles. Plus je suis fidèle aux Anciens, plus je suis moderne : câest la structure même du paradoxe. Et je crois que câest exactement ce quâil cherchait .(Ph. Lacoue-Labarthe, entretien pour la revue Labyrinthe, 2005)
Hölderlin recherchait un « lyrisme objectif » (Pierre Bertaux), après la découverte et lâétude des odes de Pindare. Chez le menuisier Zimmer il jouait du piano, répétant toujours les mêmes thèmes, à lâinstar peut-être de certaines musiques répétitives que nous connaissons, ou marchait des heures dâun pas très cadencé afin de saisir le rythme même, la pros/odie étant une manière de marcher cadencée, alternant les tonalités (Wechsel der Töne) et cherchant par là-même, un souffle, de même quâen fin de poème, un « retour » (thème très cher à Hölderlin) à la tonalité de départ, tel les oiseaux (nombreux chez le poète) migrateurs.
Câest le moment du retour/retournement, dit aussi cata/strophe, Katastrophè, renversement, retournement brutal quand la tragédie grecque arrive à sa fin.          

« Avant même notre première rencontre,/nos âmes se connaissaient. » (Diotima,
poème de la période de Francfort, et Hypérion en est lâécho).
Diotima méritait bien quâun livre porte son nom. Ils lâont écrit à deux, ensemble et séparément.
Cet ensemble aussi intense et tendu que sobre (rien à voir avec lâexacerbation du romantisme), douloureux autant quâheureux, dâune très haute qualité intellectuelle et spirituelle rappelle la grandeur dâHéloïse et Abélard, et témoigne de lâattente, de lâespérance et dâune immense douleur.
Très loin de lâégérie, comme lâa peut-être été davantage la Sophie von Kühn de Novalis, proche plutôt par sa force dââme dâune Bettina Brentano ou de Caroline von Günderode, Diotima sâaffirme comme lâimage de lâamour mais aussi comme une grande intelligence.
« â¦ demeure plutôt tel que tu es et résiste de ton mieux plutôt que de risquer dâêtre un jour à nouveau vaincu et rejeté par le destin. Autrement tes forces ne le supporteraient pas et ce serait une pure perte pour le monde et la postérité à laquelle tu te voues également en secret. (â¦) Il ne faut pas que tu te mettes toi-même en jeu. Ta noble nature, le miroir de toute beauté, ne doit pas se briser en toi, tu dois également au monde de lui donner ce qui te semble transfiguré en une nature supérieure et de penser en particulier à ta survie. Rares sont les gens comme toi !- (lettre de Suzette Gontard à Hölderlin, entre 1798 et 1800). Quelle clairvoyance quand on connaît la suiteâ¦

Abschied, écrivait Hölderlin, Adieu, qui signifie : au défunt (Ab/schied). Ce livre témoigne quâils se parlent toujours :
« Les relations invisibles se poursuivront malgré tout » (S.G. à F.H.).
« A qui, sinon à toi ? » (F.H. à S.G.)

Isabelle Baladine Howald

Suzette Gontard, la Diotima de Hölderlin, Lettres, documents et poèmes édités par Adolf Beck, traduits de lâallemand par Thomas Buffet, Verdier, 2020, 192 p., 18â¬.


b2K6K0zSjCI

Voir l'article complet