Aller au contenu

Photo

(Note de lecture) Ingrid Jonker, De fumée et d'ocre & Soleil incliné, par Marc Wetzel


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 tim

tim

    Administrateur

  • Administrateur principal
  • PipPipPipPip
  • 5 497 messages

Posté 02 septembre 2020 - 03:31

 

6a00d8345238fe69e2026bde8f0d9c200c-100wiMarc Wetzel a proposé à Poezibao cette note de lecture autour de la poète sud-africaine Ingrid Jonker.

Cette note est ici proposée au format PDF, plus facile à enregistrer ou à imprimer et à ouvrir d' 'un simple clic sur ce lien"

Ingrid Jonker - De fumée et d'ocre (1963) & Soleil incliné (posthume, 1966) - édition bilingue, traduction  de l'afrikaans par Boris Hainaud; postface par Olivier Gallon et Boris Hainaud.  Éditions La Barque, juin 2020, 128 pages, 22 â¬



Ingrid Jonker (1933-1965), née dans une famille blanche afrikaner de la région du Cap (Les Afrikaners, descendants des colons hollandais du XVe siècle, qui voyaient en l'Afrique du Sud une terre d'élection) est de ces poètes qui oscillent entre l'icône et l'oubli. Erigée parmi les plus grands classiques en Afrique du Sud, souvent mise à côté de Sylvia Plath, Emily Dickinson, Anna Akhmatova ou encore Marina Tsvetaeva, elle ne connaît pourtant pas leur fortune à l'international. Si souvent on se souvient que Nelson Mandela, lors de son discours d'investiture devant le parlement sud-africain en 1994, lut l'un de ses devenu désormais célèbre, " l'enfant n'est pas mort ", de son vrai titre " L'enfant abattu par des soldats à Nyanga " ci-présent dans le recueil De fumée et d'ocre, beaucoup ont oublié que ce poème s'inscrit dans une plus large production qui mêle l'intime au politique. Ingrid Jonker est une poétesse à la profondeur méconnue, qui a marqué la modernité sud-africaine mais qui, à des milliers de kilomètres de distance, s'est aussi inscrite dans une lignée poétique propre à son époque (elle lisait Dylan Thomas, Ted Hughes, Éluard, etc.). Elle est à rapprocher de ces poètes également par la vie qu'elle mena : " vivre dans le feu " (Tsvetaeva), ayant connu le déni du père (alors responsable de la censure du régime d'apartheid), l'hôpital psychiatrique, la dépression, la démence, l'alcoolisme puis le suicide à 31 ans.


z0SU7HsHw4Q

Voir l'article complet