Aller au contenu

Photo

(Hommage) à Claude Vigée (3 janvier 1921 - 2 octobre 2020), par Patrick Beurard-Valdoye


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 tim

tim

    Administrateur

  • Administrateur principal
  • PipPipPipPip
  • 5 533 messages

Posté 12 octobre 2020 - 12:54

 

Claude Vigée (1921-2.10.2020)
La brillance de la cendre

6a00d8345238fe69e2026be419ae5b200d-100wiIl y a, sur un rayon de ma bibliothèque, un portrait de lui debout, réalisé dans les années 1990, après une lecture en public. Claude Vigée porte une chemisette blanche à rayures. Il nous regarde dâun léger sourire, les yeux remplis de lumière, le visage détendu. Le corps semble sans tension, sans raideur, allègre. Câest le corps de qui sait par lâexpérience. De qui porte en lui des savoirs millénaires, quâil se doit de transmettre dans la joie.
Ce qui est frappant, câest lâévidente modestie de cet être qui sait. On devine lâironie de celui qui nous rappellerait la distinction essentielle entre la tradition et le conformisme, à lâinstar de Walter Benjamin dans ses Thèses sur le concept dâhistoire : « Chaque époque devra, de nouveau, sâattaquer à cette rude tâche : libérer du conformisme une tradition en passe dâêtre violée par lui. »
La tradition, en premier lieu câest le vivre ensemble des trois communautés religieuses historiques en Alsace qui, avant la grande rupture de 1940, vivaient â en dehors des lamentables périodes de grandes crises â plutôt en bonne intelligence. LâAlsace adora bien sûr la France, mais ce ne sont pas les rois français qui y ont encouragé le pacifisme religieux. On en trouve un héritage sur les cartes de lâIGN, où les anciens cimetières juifs dâAlsace sont représentés â lâair de rien â par des petites croix.
Or, Claude Vigée lui, était dâun autre combat. Il louait le fait dâavoir eu la vie sauve, après. Son nom choisi était programme poétique, autant que commémoration envers celles et ceux qui nâeurent plus la vie.
Ses poèmes sont des chants pour la vie. Ou du moins â quand la blessure nâest pas encore cicatrisée â  une « presque vie » : Dix chants pour presque vivre (1939-1971). Car derrière le lumineux, sous la flamme du buisson ardent, il y a la conscience de lâobscur qui couve. Le trouble et le nocturne doivent être aussi happés par les noms. Quand le feu décline, la cendre reste un signe indiquant la route.
Quâest-ce que la poésie ? Un feu de camp abandonné qui fume longuement dans la nuit dâété, sur la montagne déserte. (Lâacte du Bélier).
De même un proverbe hassidique énonce-t-il : « Vous voulez trouver le feu ? Cherchez-le dans la cendre. »
Le combat de Claude Vigée trouvait ses racines et sa force dans le récit charnel de lâange et Jacob. La dernière fois que jâai parlé avec lui, nous étions place Saint-Sulpice, et il revenait une fois de plus de la « chapelle Delacroix », comme un passage obligé inscrit dans sa vie et dans sa poésie. Son premier livre La lutte avec lâange (éditions Les lettres, 1950) débute magnifiquement ainsi :

AILLEURS nous fûmes prisonniers dès lâorigine,
Vagabonds parqués dans les palais de lâorage,
Cloués au mur où crie un gel nocturne dâastres.

Y a-t-il aucun poème dâavant 1950 débutant par : Ailleurs. Peut-être dans la poésie dâEliot ? Lâexpressionnisme dâYvan Goll ? (il les a traduits, ainsi que Rilke). Claude Vigée, tout en étant tellement avec nous, était aussi dâailleurs. A Jérusalem par exemple, il écrit Wénderôwefir en alsacien (Feu dâune nuit dâhiver, Flammarion, 1989). Sa poésie, dâessence expressionniste, a pris alors un tournant plus « baroque », inspiré des danses macabres et du grotesque alémanique.
Les textes religieux â juifs et chrétiens â sous-tendaient ses vers. Cette connaissance débouchait également sur des essais. Il était un passionnant commentateur talmudique, et sa voix chaleureuse sur les ondes radiophoniques aussi, était un bonheur.
Par-dessus tout, Claude Vigée fut un phare constant pour nous indiquer que, même en des temps sombres, la grâce est à deux doigts, sous lâange.

Patrick Beurard-Valdoye
octobre 2020

photo ©florence trocmé


kjAvOUrEYEE

Voir l'article complet