Aller au contenu

Photo

(Anthologie permanente), Giorgio Caproni (choix de Claude Adelen)


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 tim

tim

    Administrateur

  • Administrateur principal
  • PipPipPipPip
  • 5 551 messages

Posté 11 novembre 2020 - 11:45

<p class="blockquote MsoNormal" style="line-height: 125%; margin-left: 40px; margin-right: 40px; text-align: justify;"><span style="font-size: 12pt; line-height: 125%; font-family: 'Garamond','serif';"><br /><a class="asset-img-link" href="https://poezibao.typ...29a98200d-popup" onclick="window.open( this.href, '_blank', 'width=640,height=480,scrollbars=no,resizable=no,toolbar=no,directories=no,location=no,menubar=no,status=no,left=0,top=0' ); return false" style="float: left;"><img alt="Caproni tutte la poesia" class="asset asset-image at-xid-6a00d8345238fe69e2026be4229a98200d img-responsive" src="https://poezibao.typepad.com/.a/6a00d8345238fe69e2026be4229a98200d-100wi" style="width: 100px; margin: 3px 15px 5px 5px; border: 1px solid #969696; box-shadow: 8px 8px 12px #aaa;" title="Caproni tutte la poesia" /></a>Une contribution de Claude Adelen, introduction et choix des poèmes<br /><br />Giorgio Caproni  1912-1990.<br />Giorgio Caproni. Né à Livourne. Une figure majeure de la poésie italienne du XXème siècle, un peu plus tardivement reconnue pour telle que celles d'Ungaretti, Montale, Luzi, Bertolucci (toute une génération rangée sous l'appellation un peu trompeuse &quot;d'hermétisme&quot;). C'est avec la publication du recueil &quot;Le Mur de la Terre&quot;(1975) qu'elle apparaîtra en pleine lumière.<br />J'ai découvert cette Åuvre essentielle dans le volume de chez Garzanti, &quot;Tutte le poésie&quot;, un peu avant que justice lui soit rendue par la magistrale traduction en français de &quot;L'Åuvre poétique&quot; (ed. Galaade 2014) aux soins d'Isabelle Lavergne et Jean-Yves Masson). Les auteurs de la préface soulignent l'importance de l'allégorie dans sa poésie (dans &quot;Le passage d'Enée&quot;, l'allégorie de Gênes et les extraordinaires &quot;Stances du funiculaire&quot;) et aussi de la musique. Mais c'est en même temps une poésie ancrée dans la réalité, dans la situation spirituelle du monde moderne et qui, dès les années 70, dénonce férocement une classe politique responsable de la destruction programmée de la planète.<br />Mais pour moi, le plus bouleversant reste ces &quot;vers de Livourne&quot; dédiés à sa mère : &quot;Comme elle était jeune et fine/ dans l'escalier Annina&quot;<br /><br /><br /><br /><strong><em>Vers courts comme qui dirait écologiques <br /></em></strong><br />Ne tuez pas la mer,<br />la libellule, le vent<br />Nâétouffez pas le lamento<br />(le chant) du lamantin<br />Le galago, le pin ;<br />même de ça, lâhomme<br />est fait ! Et qui, pour un vil profit<br />dynamite le poisson, le fleuve,<br />ne le faites pas chevalier<br />du travail. Lâamour<br />finit où finit lâherbe<br />et meurt lâeau. Où<br />disparaît la forêt,<br />et le souffle du vert. Celui<br />qui reste pleure un pays<br />toujours plus vaste, dévasté â « Lâhomme<br />une fois disparu comme elle pourrait <br />redevenir belle, â la terre. »<br /><br />                                                           (Traduction Claude Adelen)<br /><br /><br /><strong><em>A mio figlio Attilio Mauro che ha <br />         il nome de mio padre<br /><br /></em></strong>Emmène-moi avec toi très loin<br />                                               Très loin<br />dans ton futur.<br /><br />         Deviens mon père, prends-moi<br />                                      par la main<br />là où tranquillement te mène<br />ton pas dâIrlandais<br />la harpe de ton profil<br />blond, et grand déjà,<br />plus que moi qui penche<br />déjà vers lâherbe<br /><br />                            Garde<br />de moi ce souvenir vain<br />que je transcris dâune main<br />qui tremble.<br /><br />                   Rame<br />avec moi dans tes yeux vers le large<br />de ton avenir, tandis que jâentends<br />(non pas <em>r</em><em>ejette</em>) rouler sourdement<br />le tambour voilé de noir<br />qui bat â comme fait mon cÅur  : au nom<br />du néant â le Dévouement.<br /><br /><br /><br /><strong><em>Show<br /><br /></em></strong>Regardez-les bien en face<br />Regardez-les<br />                                      A la télévision,<br />bon sang, au lieu <br />de regarder le match.<br /><br />Ce sont eux, nos « gouvernants »<br />Nos guides<br />                            Les protecteurs<br />-<em>élus</em>-   de nos vies.<br /><br />Regardez-les<br />                                      Répugnants<br />  Sordides partisans<br />de « lâordre », la boue<br />de leur esprit barbouille<br />de pus la suffisance<br />de leurs faces.<br />                                      Ils sont<br />(toujours bien mis !) nos<br />« <strong><em>M</em></strong>inistres intègres »<br /><br />Ce sont les <strong><em>S</em></strong>énateurs<br />                                               Les <em>sinistres<br />                                               ( les hommes de gauche ?)<br /></em>-les clairvoyants !-  les <strong><em>S</em></strong>yndicalistes.<br /><br />« Ils luttent » pour le bien<br />du <strong><em>P</em></strong>ays<br />                                               Contre les terroristes<br />Et la Mafia.<br />                            Eux qui<br />à lâintérieur sont plus minables<br />que les plus minables terroristes.<br /><br />                   Parvenus<br />                                               Arrivistes.<br />Au nom du <strong><em>P</em></strong>euple (En <strong><em>A</em></strong>vant !<br />Toujours en <strong><em>A</em></strong>vant !), parfaitement<br /><strong><em>U</em></strong>nis ils raflent <br />les capitaux  - se font bâtir<br />des maisons à la campagne.<br />                                               Investissent<br />à lâétranger, pendant quâils en appellent<br />(Bon Dieu, que de « dâappels ! »)<br />à la paix et à la justice.<br />                                                         Eux,<br />les vrais serviteurs<br />de la <strong><em>J</em></strong>ustice au nom<br />(toujours, toujours au nom !)<br />du Dollar et de lâOr.<br />         Regardez-les, les grands acteurs<br />les cabotins.<br />                            Dignes<br />-tous- de leurs électeurs.<br /><br />Il protègent les Valeurs<br />(en Bourse !) et les Institutions...<br /><br />Mais quâest-ce qui se cache<br />derrière leurs masques<br />Impudents ?<br />                                               Le Mal<br />quâils disent combattre ? <br /><br />Enlevez-moi tout ça de devant<br /><br />Pour en finir.<br /><br />                                      <em>Tutti quanti. <br />                                                         <br /></em>(Trad. Claude Adelen)<br /><br /><br /></span></p><img src="http://feeds.feedburner.com/~r/typepad/KEpI/~4/6bkwXSC9OIs" height="1" width="1" alt=""/>

Voir l'article complet