Aller au contenu

Photo

(Anthologie permanente) Jean-Claude Pirotte, Je me transporte partout


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 tim

tim

    Administrateur

  • Administrateur principal
  • PipPipPipPip
  • 5 596 messages

Posté 25 décembre 2020 - 10:39



6a00d8345238fe69e2026be42fa686200d-100wiExtraits du livre de Jean-Claude Pirotte,
Je me transporte partout,
en lien avec la note de lecture de Christian Travaux.






lâombre sâétend sur la pelouse
et le frêne murmure au vent
que la température est douce
et quâil nâabrite quâun enfant

un enfant mort mais qui murmure
aussi des paroles au vent
de lentes paroles qui durent
sous le frêne depuis longtemps

la solitude se déploie
comme des ailes des nuages
ou comme un grand manteau de roi

sur lâenfant mort dont le visage
rayonne encore un pur instant
dans le soir triste et dans le vent (p. 26)



je ne peux plus mâarrêter
dâécrire et dâécrire encore
au point dâen être navré
comme dâun vice du corps

mais il faut que je mâarrête
il est urgent que je dorme
si mon oreille sâapprête
à soudain changer de forme

mais jâai peur dâaller au lit
jâattends que le temps mâoublie
et je bois du café fort
avec lâespoir que mon corps

trouvera un alibi
pour me conserver en vie (p. 194)



jâécris au courant de la plume
je le répète câest un ru
dont la source ne se tarit
que si jâavance dans la rue


avec ma canne ou mes béquilles
au demeurant je ne sors plus
je suis à lâabri des intrus
qui ne me voient pas dans la rue

pourtant je me tiens à lâaffût
de la moindre combinaison
du ciel et de ses illusions
qui ne mâinspirent que chansons (p. 262)



retour à Saint-Léger, le 17 février 2013

quâimportera le temps quâil fait
je boirai toujours du café
je marcherai dans les ruelles
que jâai toute ma vie rêvées

car la vie est exponentielle
et rime avec nâimporte quoi
mais pas question de rester coi
plutôt saluer le vieux ciel

le vieil arbre et le vieux soleil
qui fait de la neige une telle
ombre bleue dans lâéloignement
que lâon peut compter les instants (p. 398)



colon perdu fesses cousues
vieux chancres et jeunes tumeurs
tout ce qui fait ma bonne humeur
Åil qui pleure et bouche tordue

jambe au pied mort qui ne remue
quâà contretemps et sans espoir
dâaller jusquâau coin de la rue
pays que lâon ne peut revoir

cathéter à la clavicule
bombe à la hanche et dans le corps
harnachement dâanimalcule

presquâaveugle et vivant encor
puis demandez ce qui vous plaît
il reste la tête à couper (p.459)



de plus en plus branlante ma
démarche quand je sors du lit
les jambes dont le corps mâarma
flageolent et câest la chienlit

je prends médecine lâoreille
est sourde et la douleur sâéveille
au point que je nâai quâune envie
passer au lit ma fin de vie

le moindre effort me coûte cher
je titube autour de ma chaise
je perds les muscles et la chair

sâest enfuie au diable vauvert
je ne serai jamais à lâaise
et mon visage devient vert (p.552)



jâavais décidé de nâécrire
quâà mon amie dont le sourire
est plus précieux que lâor du temps
mais quel regret si les autans

volent mes feuillets en partant
à lâaventure en ce grand ciel
et mon amie aux yeux de miel
lira ce qui est important

dans une autre vie que la mienne
certes je ne veux la quitter
mais de la mort je suis hanté
si je nâai pas peur de la sienne

elle est vivante au pied levé
mais moi je serai décavé
quand le brancard viendra chercher
le reste dâune vie hachée (p. 617)



de mourir le temps est venu
je me réveille triste et nu
or la mort nâest pas advenue
câest pour demain après-demain

pourtant elle me tend la main
je la regarde dans les nues
se présenter comme un corbeau
elle se détourne de moi

je me vois comme un siamois
privé de tout son ancien moi
la mort est là mais câest trop beau

de la voir venir dans les nues
céleste mort joyeuse et nue
et belle comme des coraux (p. 703)

Jean-Claude Pirotte, je me transporte partout, 5000 poèmes inédits (2012-2014), Le Cherche-Midi éditeur, 2020, 746 pages, 29 euros.

Choix de Christian Travaux en lien avec sa note de lecture de ce livre.  



Q75FgGD72SQ

Voir l'article complet