Aller au contenu

Photo

(Disparition) Pierre Chappuis


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 tim

tim

    Administrateur

  • Administrateur principal
  • PipPipPipPip
  • 5 596 messages

Posté 06 janvier 2021 - 09:42



6a00d8345238fe69e20278800b770f200d-100wiLe poète et critique suisse Pierre Chappuis est mort ce 22 décembre 2020. Alertée par Michel Collot, Poezibao a fait très rapidement lâannonce de cette disparition sur son compte Twitter

Aujourdâhui, le site publie cet hommage de Michel Collot et propose simultanément des textes de Pierre Chappuis dans l'anthologie permanente de ce jour. Une très grand partie de l'Åuvre du poète a été publiée aux éditions Corti.



Pierre Chappuis sâest éteint à Neuchâtel le 22 décembre dernier, à lââge de 90 ans. Auteur dâune Åuvre considérable, publiée pour lâessentiel chez José Corti, il a été un passeur entre la poésie romande et la poésie française, proche dâAndré du Bouchet, de Jacques Dupin, de Michel Leiris et de Gérard Macé, comme dâAnne Perrier,  Pierre Voélin, Frédéric Vandelère ou Pierre-Alain Tâche. Pendant plus dâun demi-siècle, il est resté fidèle à une poésie sobre et rigoureuse, faisant une large place aux blancs et aux silences, mais ouverte aux paysages, animée dâune musicalité subtile et dâune émotion contenue. Elle est accompagnée d'une réflexion exigeante et d'une attention critique aiguisée aux écritures contemporaines.

Affaibli par la maladie, Pierre Chappuis a consacré ses dernières forces à refermer la boucle de son itinéraire poétique, en réécrivant certains poèmes de son premier recueil (Ma femme ô mon tombeau, paru en 1969) pour les insérer dans un nouvel ensemble et les compléter par des textes récents, écrits après la mort de son épouse. Dâun bout à lâautre de son Åuvre, face au pressentiment dâune disparition toujours imminente, comme face à lâépreuve du deuil le plus cruel, la poésie apparaît seule capable de rendre notre « nuit moins profonde », en faisant du vide une source de vie, une « échancrure » qui ouvre le poème à « lâespace que rien ne borne ». Sentant venir la fin, Pierre Chappuis a voulu ainsi réitérer lâaffirmation quâil avait placée au seuil de son parcours poétique :

Mon tombeau, ma vie, jâavance en toi de silence en silence dans ton sommeil ou dans ton mal jusquâà la rutilance enfin dâune promesse.

Michel Collot

Présence de Pierre Chappuis dans Poezibao
extrait 1, « notes sur la poésie », Comme un léger sommeil (par Antoine Emaz), ext. 2, ext. 3, Muettes émergences (par A. Emaz), [Note de lecture] Pierre Chappuis, "Entailles", Par Michaël Bishop, (anthologie permanente) Pierre Chappuis, (note de lecture) Pierre Chappuis, "Dans la lumière sourde de ce jardin", par Laurent Albarracin, (En voix), Antonio Rodriguez, Eric Sautou, Pierre Chappuis et Richard Pietrass, (Brèves de lecture) Luc Bénazet, Serge Pey, Pierre Chappuis (par Camille Brantes, Antoine Emaz et Laurent Albarracin), (Notes sur la création) Pierre Chappuis, "Battre le briquet", (Note de lecture)  Pierre Chappuis, "battre le briquet" précédé de "ligatures", par Antoine Emaz, (Notes sur la création) Pierre Chappuis, "battre le briquet"



wI0jNgewVMg

Voir l'article complet