Aller au contenu

Photo

(Anthologie permanente) Mary Ruefle, dossier de Jean-René Lassalle


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 tim

tim

    Administrateur

  • Administrateur principal
  • PipPipPipPip
  • 5 596 messages

Posté 08 janvier 2021 - 09:54



6a00d8345238fe69e20263e986cc65200b-100wiVoici lâhabituel dossier de traduction de Jean-René Lassalle que Poezibao remercie pour sa fidélité depuis des années et la succession de ces beaux dossiers donnant la voix à de nombreuses et nombreux poètes étrangers.
Aujourdâhui Mary Ruefle, dont on peut lire ici une courte présentation.

Crayonné

Aucun réel mot encore

Épieu dâoies
lancé dans la mauvaise direction

Son ombre étendant brume noire
dessus la neige

Jâétais à la hauteur de mes coudes
dans un homme qui perd du sang sur la table

Et le chevreuil blanc
dont le souffle en ramure

Tendait un espoir
en désinvolture

Semblait découpé pour nous

Mais lâen-haut se protégeait
en trempant les dés dans la cire

Sept crayons se dressaient à la rivière
agités


Source : Mary Ruefle (2004) dans American Hybrid, édité par Cole Swensen, Norton 2008. Traduit de lâanglais (américain) par Jean-René Lassalle


Penciled

No real word yet

Spear of geese
thrown in the wrong direction

Its shadow spreading black mist
over the snow

I was up to my elbows
in a man losing blood on the table

And the white deer
whose antlered breath

Held out hope
with abandon

Seemed cut for us

But the upabove was protecting itself
and dipped the dice in wax

Seven pencils stood by the river
and shook


Source : Mary Ruefle (2004) dans American Hybrid, édité par Cole Swensen, Norton 2008.

*

Vas-y verbatim

Je vis dans le monde figuré
où rien nâexiste
pas même une chaise
excepté celle où je suis assise
tandis que je descends the boulevard
lorsque Francie surgissant
le retire de sous mes pieds.
Tu vis dans un monde imaginaire !
sâexclame-t-elle en lâexaminant.
« Et tu », Francie, déclarai-je :
de quoi se compose ton esprit ?
Savon se dissolvant ou bougie
quâon ne puisse souffler ?
Donc quand je lâeus fait pleurer
je dis Francie assieds-toi,
apprends-moi à prononcer
les esprits tristes ont mêmes pensées,
tu sais, sur le mode répétitif.


Source : Mary Ruefle : Tristimania, Carnegie Mellon UP 2004. Traduit de lâanglais (américain) par Jean-René Lassalle


Go verbatim

I live in the figurative world
where nothing exists
not even a chair
except the one I am sitting on
as I walk le boulevard
when Francie comes up
and pulls it out from under me.
You live in a fantasy world!
she exclaims upon examining it.
Et tu, Francie, I say,
what is your mind made of?
Disappearing soap or a candle
that wonât blow out?
And when I had her weeping
I said Francie sit down,
teach me how to say
sad minds think alike,
you know, the repetitious way.


Source : Mary Ruefle : Tristimania, Carnegie Mellon UP 2004.

*

Où vont les lettres

Comment la flèche est-elle tombée dans la cheminée

et comment scellions-nous les sceaux des enveloppes
au plus loin de nos esprits ?

Pourquoi un timbre est-il destiné
à désirer le baiser de sa propre oblitération ?

Quand une femme est-elle un exact affranchissement
de sorte quâune question nâait jamais besoin dâêtre pesée ?

Qui tousse ?
Leur concentration est remarquable

Le corps est toujours si désolé

Nous vivons dans un monde de vie et dâautres petites choses reconnaissantes
combinées en manières profondément satisfaisantes.

Le facteur nâest pas passé / il ne passera jamais.

Jaune et verte est la planète.

Puis je lâai demandé.
Pourquoi nâétais-je née quâà moitié
avant que ce moment

mâapporte délivrance ?

Les voilà qui vont, ces loques
dans le maelstrom,
sur les ailes dâune gentille colombe blanche,
sur le dos du corbeau.


Source : Mary Ruefle : Tristimania, Carnegie Mellon UP 2004. Traduit de lâanglais (américain) par Jean-René Lassalle


Where letters go

How did the arrow fall down the chimney

and how did we seal the seals of envelopes
when they were the furthest thing from our minds?

Why is a stamp destined
to miss the kiss of its own cancellation?

When is a woman exact postage
so that a question need never be weighed?

Who is coughing?
Their concentration is remarkable.

The body is always so sorry.

We live in a world of life and other small, thankful things
combined in deeply satisfying ways.

A tisket, a tasket.

A green and yellow world.

And then I asked it.
Why was I only partly born
before this moment

delivered me?

There they go, stupes
into the maelstrom,
on the wings of a sweet white dove,
on the back of the crow.


Source : Mary Ruefle : Tristimania, Carnegie Mellon UP 2004.

*

Sauterelle

As-tu déjà essayé
dâattraper une sauterelle ?
Câest pratiquement impossible
mais ceux qui font métier
dâune étude précise de la vie
pensent que sous la surface
loge un pilier de temps immobile

Voici donc le moment
dâajouter sauterelle
à tes viatiques

abandonner lâéternelle
disponibilité, et embrasser
la vie imperceptible

Hop, fonce

Rappelle-toi, elle pèse
moins dâune once

et sous elle
loge un pilier
du temps immobile â


Source : Mary Ruefle, magazine Poetry, mai 2020. Traduit de lâanglais (américain) par Jean-René Lassalle


Grasshopper

Have you ever tried
to catch a grasshopper?
It is practically impossible
but those who make
a close study of life
believe that under the surface
is a pillar of motionless time

Now is the time
to add a grasshopper
to your viatica

to abandon endless
exposure, and embrace
unnoticed life

Now pounce

Remember, he weighs
less than an ounce

and under him
is a pillar of
motionless timeâ


Source : Mary Ruefle, magazine Poetry, mai 2020.


5fMOTYJAGNk

Voir l'article complet