Aller au contenu

Photo

(Anthologie permanente) Annie Salager, Chant du terrestre


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 tim

tim

    Administrateur

  • Administrateur principal
  • PipPipPipPip
  • 5 634 messages

Posté 03 février 2021 - 09:19


6a00d8345238fe69e2026bdebaa122200c-100wiPatrick Beurard Valdoye sâest fait le passeur vers Poezibao de ces trois poèmes dâAnnie Salager.
Ces poèmes ont été écrits dans les deux années qui précédaient la pandémie.
Ils sont extraits de Chant du terrestre, à paraître aux éditions La rumeur libre.


Le cri du terrestre

Cri du terrestre, le voilà qui tombe
sur nous jour après nuit,
sur lâévolution du vivant
où sâinventent le temps la vie,
de lâair à lâoiseau, de lâeau à lâesprit
tout est liens choix de liens
adaptations et créations
parfaites et à la fois évolutives
qui sont comme nous parmi eux
lâabsolu miracle du vivant

Ce cri, tombé sur nous comme sur tout
le terrestre dont nous cassons partout
lâharmonie avec inconscience et mépris,
du fric en fièvre aux forêts abattues,
saurons-nous entendre ce cri ?

Là-haut voici soudain la lune pâle
dans lâéclat du ciel bleu dâavril
pareille à une illusion dâêtre, pareille
à un nuage tout là-haut où elle nous apparaît,
comme la terre encore, de beauté revêtue !



Partout, un cri de soif

Nous nâavons plus dâautre choix
que de lutter dès aujourdâhui
afin que le chant de la vie
ne devienne pas cri de soif
de la terre épuisée qui lâannonce,
inexorable cri de soif qui dessèche
lâincalculable beauté du vivant
où se crée ce qui nous assemble

Oui jamais depuis les premières cellules
sa beauté nâavait cessé de se créer
la science le sait bien aujourdâhui
sans que nous voulions le comprendre
ni affronter les conséquences
dâune société qui recherche autant
les gaspillages coloriés de liberté
quâelle accepte de voir celle-ci sâeffriter

Malgré les flambées de forêts
où nous commencions juste à admirer
le langage des arbres nos ainés - sans cesser
toutefois de détourner de soi-disant
inutiles cours dâeau au profit
des cultures intensives ni dâassécher
des nappes phréatiques en arguant
de lâurgence pour la consommation -

Malgré ça, que deviendront sous les
fontaines sèches lâéclat de rire des enfants
lâinnocence du devenir
la joie des prés que butine lâabeille
sans qui la fécondité du vivant
disparaît, que deviendra le souffle
qui donne à lâesprit de renaitre
comme de la mort nait la vie ?

Devenons ce que nous ne sommes pas
tout à fait, la coccinelle renversée
luttant de tout son corps à carapace
pour se remettre sur ses pattes!
Nous sommes comme elle, minuscules
et si nous ne lâignorons plus
nous nous sommes découvert au même
moment une puissance qui nous grise â¦

Ne robotisons pas le bel esprit
que la vie en nous a su inventer
existe-t-il là-bas ailleurs ou nulle part
existe-t-il sur dâautres planètes
une aussi belle phase du vivant
que celle où nous est devenu possible
malgré notre réalité  infime
de penser la beauté et de vivre lâamour ?



Lâinvisible poème du terrestre

La terre assoiffée souffre
de la violence humaine
qui lâépuise lâassèche aujourdâhui
et lâesprit souffre de
son intelligence inadaptée au vivant

Existe-t-il pourtant
une autre beauté absolue
que la beauté évolutive
du vivant sur terre ?
Lâesprit voudrait
se croire plus fort,
mais entend-il
le silence dans la parole
qui est en lui,
créée par lui ?

Toutefois du silence
lâécho chante toujours,
il dure au fond de nous
il est musique et chant dans
lâinvisible poème du terrestre
et nous sommes en lui,
écoutons-le nous sommes lui
le chant du vivant et
nous sommes sa terre


Annie Salager, trois poèmes extraits de Chant du terrestre, à paraître aux éditions La rumeur libre.
Image extraite d'un tweet matinal de Gallica BnF, "dans les jardins de la Malmaison", ouvrage de 1803, illustré par P.-J. Redouté.





hkXzl34vA0s

Voir l'article complet