Aller au contenu

Photo

(Note de lecture) Seyhmus Dagtekin, de la bête et de la nuit, par Jacques Morin


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 tim

tim

    Administrateur

  • Administrateur principal
  • PipPipPipPip
  • 5 634 messages

Posté 10 février 2021 - 09:51



6a00d8345238fe69e20278801432c9200d-100wiDe ce titre classique, on retiendra que le second élément nâest pas très présent dans ce recueil, alors quâen revanche le premier possède une place capitale. Il y a presque un côté bestiaire assez inhabituel dans ce volume. En effet défile tout au long des pages une parade dâanimaux de toutes sortes dont on retiendra le renard, le chat, la vache, le corbeau, le chien, lâabeille, la fourmi, le canard, la loutre, lââne, le loup, lâours, le renne, le singe et bien dâautres encore⦠Seyhmus Dagtekin sâattarde comme un fabuliste sur le rapport de lâhomme aux bêtes, dans lesquelles il se reflète, il sâinterroge et se reconnaît. Ne va-t-il pas jusquâà les prénommer, agathe, élodie, béatrice, nora⦠(Les majuscules ne valant que pour les débuts de vers), ne sachant dâailleurs précisément de quel animal il sâagit, même sâil est question de terrier ici, ou là de salive. Une première comparaison tient dâailleurs à la faim et la nourriture lorsquâil oppose

le vide de notre tête et le plein de notre panseâ¦

Une deuxième apparaît dans les moyens, dans les outils à disposition :

Mains que tu nâas pas. Griffes quand tu les ronges. Dents quand tu les dévoresâ¦

Ou bien

Te sers-tu de ton bec comme louche, comme fourche, comme lameâ¦

Sâil aime donc évoquer les oiseaux Avec les ailes que vous risquez de rendre en cours de vol, il sâattarde également  sur « ma grosse grosse araignée » :

tu cavales dans la peur 
Comment te retrouves-tu parmi ces fils 

Où cours-tu, où vas-tu ma paisible méchante douçâtre folle sur pattes⦠

énumération dâépithètes quâil reprend quelques vers plus loin :

entre les pattes de mon adorable effroyable irritable intraitable araignéeâ¦

Ainsi aime-t-il les listes et suites qui sâengendrent, sorte de marabout ou shiritori :

Prédire lâavenir est un papillon qui vole et devient serpent
Serpent devient chameau
Chameau devient chauve-souris
Chauve-souris  se dépouille de ses ailes
Devient loutreâ¦


Tout le recueil est donc structuré par cet axe animalier, chaîne plus onirique quâalimentaire, qui renvoie aussi bien au végétal quâà lâhumain comme un filtre particulier. À travers ses images de bêtes, Seyhmus Dagtekin parle de lui et de nous avec son regard global et son expérience cosmopolite.

Un chien nâest pas aussi sale que sa peau.

Jacques Morin


Extrait :


Écoute le son devenir clé et ouvrir les champs
Les vagues devenir pulsations et ranimer les ailes
Ecoute le son devenir abeille et voler de feuille en feuille
De toux en frémissements
Devenir main qui cueillera douilles et pétales
Mettra feu aux ailes et feuilles
Écoute les flots devenir sillons dans la terre

Regarde papillonner les sons dans lâespace de ta bouche
Les bulles éclater été devenir barques sur les vagues
Les barques devenir nids, les nids devenir gorges
Et pousser chants et charmes à ton passage
Ecoute le son devenir étreinte, devenir caresses
Et se laisser glisser loin de ta peau
Comme les olives qui gonflent
et disparaissent
sans avoir savouré la proximité de ta peau
Ces bulles qui enlèvent les fourmis
dérobent les épines aux roses sur leur passage
Qui fixent de leur regard les épines et les roses
Jusquâà la disparition des paupières
Jusquâà la dilution des épines dans le regard

Page 13


Seyhmus Dagtekin, de la bête et de la nuit, éditions Le Castor Astral, 2021, 104 pages, 12 â¬.


lhnddJTwpGw

Voir l'article complet