Aller au contenu

Photo

(Note de lecture), Daniel Dezeuze, Ecrits hérétiques, par Claude Minière


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 tim

tim

    Administrateur

  • Administrateur principal
  • PipPipPipPip
  • 5 634 messages

Posté 12 février 2021 - 09:51



« Les fourmillantes images
 ne constitueront jamais un chant encore moins un hymne »
D. Dezeuze, « Post-scriptum ».



6a00d8345238fe69e20263e98f7fcc200b-100wiDâoù viennent le pessimisme et lâironie qui nimbent les Åuvres de Daniel Dezeuze, ancien membre du groupe Supports-Surfaces, un temps parisien mais aujourdâhui installé à Sète, et poète. Jâavance une hypothèse : dâun refus dâadhésion à un centre qui serait unificateur et salvateur comme il le fut, par exemple, pour Claudel, lequel déclarait que « le cercle a recours au centre sur tous les modes de lâopportunité ». Il y eut cependant une opportunité : retourné sur les terres languedociennes de son enfance, Daniel Dezeuze a choisi de se nourrir de la médiévale résistance cathare et des révoltes du Gnosticisme antique (les titres de ses dessins sont des citations empruntées au Nag Hammadi). Il dira : « Pour moi, simple artiste-peintre, jâai puisé dans ces émotions [celles des écrits de Nag Hammadi] et particulièrement dans ce sentiment dâabandon qui en fait le fond ; lâhomme est un être âjetéâ sur Terre et ne peut avoir recours à un Dieu trop lointain pour faire sans difficulté sont salut » (« Préface »). Le livre de grand format, Écrits Hérétiques, recueille donc poèmes et dessins (magnifiquement reproduits) tracés sur fond noir au pastel, au Carré Conté ou au feutre et à la plume. Les dessins sont de feu (souvent tels des oiseaux) ; les poèmes des variations grinçantes sur lâabandon. Les écrits sont de la veine des « suppliciations » ; les dessins ont souvent la nervosité des ceux dâAntonin Artaud.

Une section du recueil, « Mysticades », est particulièrement riche. Sur la page de droite, le dessin ; sur la page de gauche, le texte à deux niveaux, en haut le « mystique », en bas « retour sur terre », les deux « niveaux » rapprochés ou simultanés, en continuité ou contradiction.
Ainsi page 111 le dessin titré « Je suis les membres de ma mère » (où je vois deux figures-principes du féminin et du masculin) et, page 110, le poème :


Fourbus devant
le portail de Gloire,
tant la montée fut ardue
et la montée de bois poli
et faisant accourir
lâangélique cortège
qui détient les clefs.
Entrant enfin
dans lâantre divin de lâEternité.
Vision fugace que lâenveloppe de chair
scellée par le Temps
nous livre
à coups de cÅur
et de Désir.


6a00d8345238fe69e20263e98f7fd3200b-100wiUn micocoulier arc-boute sa membrure épaisse dans le rose ténu du levant.
Les oiseaux de mer planent au-dessus du port où pêcheurs et plaisanciers
sâaffairent à leurs calfats.

Le jour est quand même plus clair que le fond noir de notre cÅur !

Claude Minière

Daniel Dezeuze, Écrits hérétiques, Editions Méridianes, 2020, 120 pages, 25â¬.




oqyhJuSH5Dc

Voir l'article complet