Aller au contenu

Photo

Prophétie de fin de Printemps Froid


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 Victorugueux

Victorugueux

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 19 415 messages
  • Une phrase ::Savoir se taire c'est déjà beaucoup mieux que des bavardages incessants... Oui ! Le repos c'est une chose qui nous aide

Posté 28 juin 2021 - 02:47

Prophétie de fin de Printemps Froid

 

un chaud-froid que je n'aime pas,

en général ça précède un bon rhume,  

je tiens à dire les jours sont chauds,

avec un fond de l'air très frais

et quand j'aurais dit cette banalité, 

Mais vous ne serez pas plus avancé.

Pourtant mes frissons, c'est bien réel,

je vais me coucher tant pis pour le reste;

le monde peut bien tourner sans moi,

Ah ! Mon Dieu ! Parlez-moi d'amour !

histoire que je vous foutes,

une bonne paire de claques dans la gueule

car ça me fait du bien,

Il est des loosers métaphysiques

qui attendront sans crainte,

que le soleil s'éteigne

et que les fleurs  vivantes

Elles veuillent se laisser mourir !

il est aussi des assassins du ciel

qui crèveront la panse pleine,

il est des idiots savants

qui écriront des équations sans nom.

Il est des pacifistes qui se renieront

pour avoir cru au destin,

il est des salopards trop évidents

qui deviendront des saints du ciel,

il est des noirs, dans nos vies

qui blanchiront leur nuit au hasard des jours,

il est des blancs, trop infames

qui vendront de la blanche à des enfants noirs,

il est des absurdes bien réels

qui deviendront la norme pour tous,

il est temps de partir !

 

 

Levez-vous terroristes boursiers !

vent mauvais ! Tu emportes au loin,

ces mauvais rêves, d'une mauvaise vie,

Des mauvaises femmes trop vicieuses

Qui s'achèteront de mauvais hommes,

le bordel ambiant de l'ordinaire

il deviendra un couvent de nonne.

Et pépette Laetitia Casta, Une jolie nana

elle sera une sainte parmi toutes,

les hommes de biens, beaucoup trop ordinaires

ils auront les salopes pour héritières,

les salopes qui accoucheront toutes nues

de lendemains qui chantent,

et l'on chantera l'internationale

avec le rythme du tango d'Argentine

les militaires qui rompront le pas

et ils valseront en syncopes,

la mort n'aura plus de masque

et elle se montrera toute nue,

tous les hommes, la désireront,

Mais la mort ! Elle ne voudra pas d'eux,

car elle les trouvera trop lourds,

leur karma les écrasera trop fort

et ils seront broyés par leurs merdes,

les auxiliaires de la camarade inconnue

elles seront en grève illimitée dans notre désordre

et la lune insolente qui brille dans le ciel

elle poussera alors un long hululement métaphysique,

Ces jours là les hommes que je vois là 

ils chercheront partout leur presque rien d'âme,

ce truc mal connu et mal compris

et ainsi ils ne la trouveront pas vraiment !

Dans le marché du foutre ordinaire

où ils vivent ainsi, sans leurs âmes,

ils n'existeront plus, dans ce monde

Et cela à jamais ad aeternam

 

Bruno Quinchez Paris le 16 juin 2005 remis en forme

Paris le 6 aout 2020 mis sur le site de TLP le 28 juin 2021