Aller au contenu

Photo

Les quatre saisons du corps


  • Veuillez vous connecter pour répondre
2 réponses à ce sujet

#1 Jped

Jped

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 1 625 messages
  • Une phrase ::Le voyage immobile après une vie de voyage

Posté 02 septembre 2021 - 09:42

le frisson profond, près des berges,
sous l'écran des grands arbres,

remparts muets de l'épaisse forêt

 

                        comme autrefois
dans le courant  glacé du gave
ou, à ses abords broussailleux,
dans les eaux mortes de l'hiver


          les quatre saisons du corps,
dans le passage de l'ombre à la lumière,
de ces eaux froides aux eaux tièdes
plus au large, ou aux eaux chaudes
des plages alanguies, sur l'autre bord,

auprès des terres nues, sans mystère

 

et la brûlure du soleil sur la poitrine
et le visage, l'éblouissement brutal,
dans un dos crawlé lent, mesuré
qui déplace à peine les lignes du lac,


d'un lac comme tant d'autres lacs,

 

à l'orée de ces bois


                    dont les rêves sont faits *

 

 

 

* "Le bois dont les rêves sont faits", film de Claire Simon 



#2 patricia moles

patricia moles

    Patricia mo!es-herreman

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 2 205 messages
  • Une phrase ::Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés ...
    Heureux ceux qui ont soif de justice car ils seront rassasiés...

Posté 03 septembre 2021 - 03:05

c"est beau, c'est poétique, sensuel, j'aime ! ...

Amicalement,

Patricia.



#3 Laurence HERAULT

Laurence HERAULT

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 1 719 messages
  • Une phrase ::Notre monde a besoin de plus de poésie
    Mais si l'on cherche bien, elle se niche partout.
    Il y a des fleurs sauvages au pied des grandes tours
    Et le chant des poètes embellit notre vie.

Posté 09 septembre 2021 - 09:48

Un frisson nous parcourt, un courant nous entraîne ...

"A l'orée de ces bois dont les rêves sont faits", il est un bain de nature et de jouvence où les sensations alternent pour mieux nous faire ressentir les contrastes des éléments, entre fraîcheur et brûlure.   

Merci pour ces "quatre saisons du corps" et pour ce "dos crawlé lent, mesuré, qui déplace à peine les lignes du lac"...