Aller au contenu

Photo

Prosodie du silence...


  • Veuillez vous connecter pour répondre
3 réponses à ce sujet

#1 baccala

baccala

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 314 messages

Posté 30 janvier 2022 - 04:39

Une porte qu’on rouvre

Au coeur de l’émergence,

Ce rai d’une lumière

Répliquant les mémoires

Sous le battant muet

Comme un pouls, le heurtoir…

 

On entre à pas feutrés

Et la langue affranchie

Des prosodies du silence,

Ces arythmies portées

Aux césures du temps

 

qui tient sous le verrou

l’empreinte familière

Des sages accointances.         

 

Nos déambulatoires

Refermés sans éloge

Dans la topographie

Du bel antécédent

 

Auraient de n’être plus,

Hors l’immortalité,

Ainsi que l’imminence

D’un bout de vie sous clé,

 

Quand s’oublier soi-même

Apeure le présent.

 

Aujourd’hui... Maintenant …



#2 balila

balila

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 355 messages

Posté 04 février 2022 - 11:11

baccala,

 

J'ai fait une lecture attentive de cette "Prosodie du silence", et j'ai besoin d'un éclaircissement de ta part avant de laisser un commentaire car je ne parviens pas à saisir le sens de la cinquième strophe, tout au moins suis-je gênée par "Auraient de n'être plus" qui ne semble pas avoir de suite, peut-être à cause de virgules mal placées ? 

 

Heureuse en tout cas de te relire... Le silence, quelqu'en soit l'origine, est souvent inspirant, peut-être pour tout ce qu'il engendre comme bruit de fond.

 

balila



#3 baccala

baccala

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 314 messages

Posté 05 février 2022 - 06:03

baccala,

 

J'ai fait une lecture attentive de cette "Prosodie du silence", et j'ai besoin d'un éclaircissement de ta part avant de laisser un commentaire car je ne parviens pas à saisir le sens de la cinquième strophe, tout au moins suis-je gênée par "Auraient de n'être plus" qui ne semble pas avoir de suite, peut-être à cause de virgules mal placées ? 

 

Heureuse en tout cas de te relire... Le silence, quelqu'en soit l'origine, est souvent inspirant, peut-être pour tout ce qu'il engendre comme bruit de fond.

 

balila

 

Poétesse,

 

D’un lieu intérieur dédié à l’être qui s’apprivoise, dans une accoutumance qui irait de soi comme une proximité évidente. Un côtoiement  avec son semblable qui nous initierait aux particularités des belles apparences… 

 

Mais un promenoir de l’intime soudain privé du regard de l’autre et fermé pour soi-même à ce désir infus et immédiat d’exister …La poésie, par exemple.  :)

 

Une seconde nature dévouée à sa pérennité, et qui d’un présent qui s’ignorerait désormais, tombe dans l’oubli... pour autant que l’image de sa propre postérité serait quelque peu prétentieuse.  ;)

 

Merci de ta présence. 



#4 balila

balila

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 355 messages

Posté 06 février 2022 - 08:06

Pas sûre d'avoir mieux compris :-)

 

Et après plusieurs lectures je suis bien incapable de donner un avis sur ton poème quand bien même j'en effleure le sens. J'en resterai à ce bruit de fond énoncé précédemment.

 

Juste te dire que, comme d'habitude, j'en ai aimé ses mots qui font l'essence de tes textes, et j'aime particulièrement ce passage : 

 

Ce rai d’une lumière

Répliquant les mémoires

Sous le battant muet

Comme un pouls, le heurtoir…

 

Merci Poète, de ta réponse :)