Aller au contenu

Photo

Inaccompli - suivi de Hendécalimbique, Germinant, Repêcheur de détresses, et Accomplîmes


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 Loup-de-lune

Loup-de-lune

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 128 messages
  • Une phrase ::« Je suis la jeune leucémique des lisières, dont l'allure odysséenne et frêle tantôt se coule dans le rêve tantôt repasse le linéament du réel... la jeune érythrophore des confins, la féale étymologie des crépuscules, qu'intégralement la mort est impuissante à com-prendre et que la vie échoue à con-cerner entièrement... »

Posté 08 mars 2022 - 06:19

Inaccompli - suivi de Hendécalimbique, Germinant, Repêcheur de détresses, et Accomplîmes





En manière de pentalpha





Inaccompli



les passages
lotissent l'étoile
entre leurs défauts de célérité

s'allume en braise
le calme du myocarde

longtemps
par nulle pénétration
la lisière ne vieillit le charme

à l'approche des pâtures
l'angle dévoué
réunit les tentations
en son dardement abiétin


Mais ce défi à l'ascendant de l'hôpital
sa fraction pour fronder le tracé

d'écorce en écorce
est absorbé
l'aspect suranné

 
Transfixant le reposoir de feuilles
cette discosurgie
où confluer avec le poecile des planètes sanguines

ce qu'augure son rose sylphide
prévaut

le faîte
de ses pièces de lumières
parsème le brun au pluriel

leur mouvement
emporte

le retour mêle sa poudre
à la tissure d'aranelle

l'une
effleure
et s'éloigne

avec l'autre
se coalise
une équerre soudaine

 
Et n'étant jointe
la couleur
retourne
au moment végétal

la fraîcheur souffle les reptations clarteuses

 

Ne sera que cette lacune
aurore des lacunes
à l'orée des immeubles
la prochaine systole





Hendécalimbique



💮

ainsi multiplicateur des contre-lumières 
le verre qui a quadrillé le comptoir 
étoile sa contention réceptive 

la variochimère 

du rubis
de la chlorode
de l'oréocyanée
sergentes planétoïdes et arlequin
afin que le mur fût compromis
l'angle mué en vitaille 
le cristallin fait parangon des myriocentèses

ira évacuant ses langueurs 

 
S'allume
une animale colonne 

vaporeux billard dont l'entrebâillure
résèque le dardement vert

et des globes sans origines
roulent leurs prégnances-bolides et
tout nombre lové jusqu'au foetus de l'abaque
ricochent du côté des amauroses qui terminent

dans l'éruptive raucité
des silhouettes lacuneuses
comme une cosmogonie
d'écho
en écho 
aura dégermé son progrès

💮💮

sur la paroi
les intersections de cicatrices
et de balafres
décernent des bêtes 
insoupçonnées des captureurs de phonèmes

anémié le poing de la lumière 
la lucarne pétille de son trésor pluvial 

une foison d'ombres mouvantes 
tavelle la traversée du troupeau 

dans les plis orogéniques de la destination mauve 
ravisseuse de la gisance
scintille épars le perlage des ablutions 

autant de germes
absous des lucidités qui pacagent

💮💮💮

cachectique faîtage
sa torsade en diagonale
des limbes lilas
dépassionnent la flèche


pour réserver la corde
à l'oiselle de neige
distançant la tension
lune une esquisse qui s'arque


le cruor évadé
des effleurements de systole
ravit dans sa poigne obombrée
le secret de la plaie

💮💮💮 💮

ces laines radieuses
continûment
volcanisent les faîtages

votives
leurs métamorphoses

en faveur
du rouet

et sur le fil immaculé
toute ruisselière
de l'impasse de cochenille
alaire formule
je franchis le fugace

💮💮💮 💮💮

ce soir enfin
sur la natte de la mélancolie
mes yeux se reposent
dans la patiente contemplation
de l'orangé lointain du temple
 
sa braise survivante
posée délicatement
au bas du versant noir
 
alors en plein cur ou dans l'esprit
je ne sais
cette révélation que la lumière suffit aux choses
que l'édifice n'a plus sa pierre équarrie
que mon regard n'a plus sa chair humide
 
 
un lent geste de nuage mauve
essuie soudain la lune
comme une dernière larme d'ivoire

💮💮💮 💮💮💮

des étages acérins
treillissent le chantier 
la convoitise du mouvement se calfeutre 
dans une éclosion de bâtisse 

en caillou myriadaire 
pyramide la mélancolie des jardins

une récurrence de poussière d'eau
inachève la lumière cycnéenne

ambulatoire arcure 
un corps emmantelé
rescape le bleu marine 
où vague un lactescent bouquet

💮💮💮 💮💮💮 💮

par la distance fertile 
la flavescente genèse 
de la biche des courants 

 
comme sa précision 
ange de la confidence 
ébranche les divagations 

 
la charte de sa fuite 
pas à pas se muant 
en fracture de liber 

 
intacte l'énergie du partir
la lisière obombrée
affrète son gisant 

 
des étoiles leucémiques 
qui paissaient les carmins
se baldaquine le vaisseau de souffle

💮💮💮 💮💮💮 💮💮

ses linges
des vêprées recrudescentes
vont fleurant l'achronie et le mètre torpide

un rire
transcharnel
leur octroie quelque altesse

leur tomber les éploie
ravisseurs en diaphane rouge
de tout luminaire


paysage la hurlière
par-delà l'acrimonie des angles

ô lisières
que s'audacent vos kaléidophanies
où faire louve filante la confluence d'hôpital !

sa voie
anfractueuse passée de l'incandescence élective

au congé-racine qui tient toutes les salves d'inconnu
le reflet donne fée son quatre-feuilles de secondes

vont merveillant en leur conflagration nulle
révolte comme tristesse
lés et baux

💮💮💮 💮💮💮 💮💮💮

a surgi clair
un long triangle
inconnu à la limite

du noir dardé
symétriquement le partage

en manière de feston y pendent
les arcanes d'un visage

parmi les limbes du plus épointé
deux linéaments tressaillent de safran

jusqu'au tétanique soufre
leur amenuisement

évanouissante une parcelle déjà
réunit leurs quercitrins minimes

par la base tant éludable
le gîte de la moitié
échappe les ombres vaporeuses

avec le tableau
qui tergiverse à même un naissable mur
elles se coalisent

💮💮💮 💮💮💮 💮💮💮 💮

D'abord
la fixité de sa verticale pastel

il manque cette ligne
au ciel


Et puis son coeur issant
en épiphanie de la rose


Son haut-le-corps
le plus lucide
depuis longtemps

la fait tomber
dans le courant

et frustre la langueur
de son trophée


La corolle s'éteint
tout le long de l'ombre ample du pont


Et franchisseuse
son tourbillonnement
distribue des grappes de papillotages
à ses évanescences

💮💮💮 💮💮💮 💮💮💮 💮💮

Voie
des neiges scintillées

l'empreinte
s'atomise

le geste vaste et pastel
égrappe le sang

nuagées de l'expir
les moelles s'évadent

cendre en prière
parmi les parfums votifs
reposer enfin
dans l'urne du clair





Germinant



point accru déjà
au coeur du carreau

j'y réunis le grain de toute une aurore
avant de persister
dans les limbes citadines

à ma passée se sont accotées
d'évanouissantes vitesses qui allaient
disséminant par d'adverses voies
l'écarlate et le soufre

au bord d'un clairsemis de rose
et d'or alumineux
où la dernière minute des luminaires
se mirait en Narcisse
mon pas fut suspendu

le nacarat quelquefois vêtait
la surgie humaine
et le regain de sa nitescence m'exaltait
mais aussi la ceignait tellement dans le contrat
et le prosternement besogneux
que l'avis ou l'angle suffisaient
pour l'éteindre


le hasard incommensurable s'était enquis d'un parc
où toute ma particularité
me fit pénétrer

l'épiphanie des corolles
reconnut mon poing pellucide
et le convainquit d'échapper sa riche luciole

dans le même temps qu'un insécable muscle
essaimait mes carnations
un souffle venu lier les faîtes
et unanimer leurs imminences multicolores
épanouissait un levant caducifolié





Repêcheur de détresses



l'ivresse préméditée
a bifurqué sur la rumeur circonvoisine

la petite nappe de papier
décerne son angle aérien
à l'équation gueuse du verre à pied

parts du sortilège de relais
la légère oblique du corps dégesté
la lézardise des cristallins

vestiges des pénultièmes lieues
et des rescousses
un cylindre alliance tous les fanaux

le métal ajouré le gainant
promulgue des cercles diversidiamétraux
aux fins de composer ces danses rondant
en faveur du centre qui fée

le reflet tramail
enlumine sous la vacance inopérante
le remenant du chardonnay





Accomplîmes



J'ouvrageai la distance
pour qu'elle tînt de la silhouette élucidante
et de l'apparition

 
Une soudaine halte l'inclinant
elle offrait à la neige
son mime de bouquetière

la brume
par le ravissement
prévalut

même les empreintes
renonceraient la dérivation régalienne

 
Lorsque mon horizontale matérielle
se fut abstraite
une cendrescence imagina
intermittentes les orées du retour

au milieu de la table nôtre
en son vase marmoréen
l'affinité collige l'immaculation
qui atteint aux corolles





Extrait de « Leucémique errance & Autres Poèmes de Loup-de-lune 月狼 » par LIU Bizheng 劉 碧峥, Éditions d'Autre Part & Leukaima, Fribourg, Neuchâtel, Genève (Suisse), Zhoushan Zhejiang 舟山 浙江 (Chine 中国), 2022 二千〇二十二 (printemps 春天). Tous droits réservés.