Aller au contenu

Photo

(un croisement et des étoiles)


  • Veuillez vous connecter pour répondre
9 réponses à ce sujet

#1 michel à franquevaux

michel à franquevaux

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 290 messages

Posté 14 septembre 2023 - 09:09

(un croisement et des étoiles)

 

Ensuite : en terre, au gouffre pour le spectacle, la ténèbre accroche ton visage au rocher, sur la terre et dans les flots, tu tiens et je résiste, nous sommes ensemble, pour venir nous sommes au parfait, et du bon jour et du sens, des épines et des écailles, chiens oubliés et vertiges, la cascade, sereinement tu conduis, tu rappelles les oiseaux et les nuages, un air si doux et les oiseaux, nuages et secrets souverainement gardés, du cœur dans l’ouvrage, de l’écho, la voix chute, tu rattrapes ce qui reste de choses à oublier, tournant sans croix, sans ouverture, tu racles et tu disperses le reste des éclats terribles,

 

(un croisement et des étoiles)

 

Ce qui reste de liberté, ce qui s’offre et nous confond, on estime le poids, on tremble, sous les feuilles les oiseaux glissent, le temps sous le regard, tu cherches les pendus, tu signes les erreurs, tu recommences, tout revient, il se rappelle, mémoire en suite, tu deviens ce qui reste de jours et de saisons, chaleur et ouverture, au temps des mains secourables, tu aides, tu reprends, soutiens et encourage, le reste de splendeurs, le ciel et les nuages, l’air chaud et le soleil, il tourne, et je ploie sous un fardeau de conséquences, en être encore et encore à compter les fleurs au bord du chemin, vingt et trente orchidées petit bonhomme, des arbres voyageurs, des sourires perdus, tu restes trop près, racines ajourées, les signes sont précis, ce qui est juste redevient, il reste au bord du chemin des fleurs roses : orchidées petit bonhomme,

 

(un croisement et des étoiles)

 

Pour faire et refaire le même voyage tu résistes, tu compares la hauteur des arbres et des voix, cailloux encore froids, silence aux barricades, je te tiens et tu inventes le reste de tes jours, il te commande un chiffre à broder, à cerner, toile fine et draps tendus, il serre et tu envisages le reste des jours, le calme avant le soir, en attendant, en reprenant, il se confie, tu avances, il te revient sur les eaux assemblées un endroit pour parler, des branches pour éclore, des feuilles pour chanter entre les branches, et en avant, et en plus haut, tu reviens et tu recommences, plus bien plus que cent fois tu poses et tu avances le pied, les mains, erreurs oubliées,

 

(un croisement et des étoiles)

 

Tu rappelles les nuages, un air si doux et les oiseaux : oiseaux, nuages et secrets souverainement gardés.     

11 mars 2023.

 



#2 Laurence HERAULT

Laurence HERAULT

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 2 561 messages
  • Une phrase ::Notre monde a besoin de plus de poésie
    Mais si l'on cherche bien, elle se niche partout.
    Il y a des fleurs sauvages au pied des grandes tours
    Et le chant des poètes embellit notre vie.

Posté 15 septembre 2023 - 07:51

Il me restera l'image des orchidées petit bonhomme... 



#3 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 6 142 messages

Posté 16 septembre 2023 - 05:02

un découpage
un dé
la providence
ou le hasard ?
l’accident
l’incident

l'accrochage __I



#4 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 6 142 messages

Posté 16 septembre 2023 - 05:21

la poésie est bien souvent (pour moi) tout ce que l'on ne sait, l'on ne peut, développer, décortiquer, avec les mots _

 

un effleurement, une intuition, un sens, une approche, un éclaboussement, un éclat, une sublime décompensation

 

comme me paraît ici centrale la cascade...



#5 michel à franquevaux

michel à franquevaux

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 290 messages

Posté 16 septembre 2023 - 09:44

Hattie vous avez un regard précis, pour moi tout est entre le fond et la forme, le fond est toujours à disposition et la forme finit par s'imposer, il y a toujours le même espace d'air entre les feuilles et les branches et chaque jour je crayonne, fusain, pastel, aquarelle ...



#6 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 6 142 messages

Posté 17 septembre 2023 - 06:31

Vos textes :

 

Nonobstant tous les médiums artistiques supplémentaires possibles et enrichissants…, au service du fond et de la forme, le mot, lui-même, tel qu’il est choisi, traité, caractérisé, expérimenté, filé, apposé, frôlé, confiné, lié, relié, côtoyé, échappé, libéré..., les mots entre eux, dupliqués, animés, envahissants, vivants, synergies insoupçonnables, fonds et formes, musiques, reliefs, couleurs, équilibres, animations, phagocytoses, métamorphoses, potentiels incontrôlables, au service du corps (sens) et de la pensée (émotions)... Les mots entre eux, entre autres, se disent, se forment _



#7 michel à franquevaux

michel à franquevaux

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 290 messages

Posté 20 septembre 2023 - 11:32

Hattie, je voulais dire que chaque jour "je dis, je forme" le même paysage, et je vous rejoins, tel qu’il est : choisi, traité, caractérisé, expérimenté, filé, apposé, frôlé, confiné, lié, relié, côtoyé, échappé, libéré, plus tout ce que nous n'imaginons pas !



#8 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 6 142 messages

Posté 23 septembre 2023 - 04:47

' chaque jour " je dis, je forme" le même paysage ', oui...

 

quelle que soit la forme utilisée, on écrit toujours la même chose...

 

mais ' chaque jour ' est-il le même ? éternel recommencement ? peut-être bien ___



#9 michel à franquevaux

michel à franquevaux

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 290 messages

Posté 24 septembre 2023 - 08:52

En effet la pierre extraite chaque jour, formée en suite,  pour un mur et plus tard un monument, ou autrement dit les mots assemblés pour une œuvre en trois dimensions.



#10 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 6 142 messages

Posté 24 septembre 2023 - 02:57

... la 4ème dimension, celle du lecteur, car... ce qui fait le poème c'est le lecteur ;-)