Aller au contenu





Pour un jardin

Posté par michelconrad, 07 mai 2019 · 192 visite(s)

Les arbres étaient les âmes de ce jardin. A l’automne, les noyers dispensaient avec générosité leurs petites noix, innombrables, qui, toutes, disaient les soleils enfuis. Au printemps, le magnolia dressait ses candélabres de nacre et de rose, pour quelques jours, avant que tout s’en aille, là où va toute chose.
 
Il y avait ces phares blancs, les seringas, le bleu si profond des fleurs d’hibiscus, dont je me disais, tout à part moi, qu’elles étaient couleur d’encre, les mûriers sans épines, dont les fruits n’avaient pas l’acidité des fruits des mûriers sauvages, et, tout au fond du jardin, enfin, les mirabelliers dont j’aimais manger les fruits, bien avant leur maturité.
 

Et me voilà, m’adressant, en dernier ressort, à l’éternité, pour plaider, rétrospectivement, la cause de ces arbres, de leur sérénité profonde, de leur douceur, de leur rayonnement, qui n’ont eu aucun poids, aucune importance aux yeux du promoteur immobilier qui fit détruire le jardin pour y construire une route et des maisons.
 
 
 
 
 

6/5/19

 



Août 2019

D L M M J V S
    123
45678910
11121314151617
181920 21 222324
25262728293031

Derniers billets

Derniers commentaires