Aller au contenu

Photo

Une bougie pour Mahmoud Darwich


  • Veuillez vous connecter pour répondre
5 réponses ŕ ce sujet

#1 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 385 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 10 aoűt 2008 - 09:15

JE VOIS MON OMBRE QUI S’AVANCE DE LOIN

Ainsi qu’une fenêtre, j’ouvre sur ce que je veux
J’ouvre sur mes amis qui apportent le courrier du soir
Du pain, du vin, quelques romans
Et, des microsillons

J’ouvre sur des mouettes et des camions de soldats
Qui changent les arbres de ce lieu

J’ouvre sur le chien de mon voisin émigré
Il y a un an et demi, du Canada

J’ouvre sur Abou al-Tayyib al-Mutanabbi
Parti de Tibériade vers l’Egypte
Sur le cheval du chant

J’ouvre sur la rose de Perse qui grimpe
La clĂ´ture de fer

Ainsi qu’une fenêtre, j’ouvre sue ce que je veux

(…)

J’ouvre sur ma langue après deux jours
Un peu d’absence suffit
Et Eschyle ouvrira la porte Ă  la paix
Un bref discours
Et Antoine embrasera la guerre
Et me suffit
La main d’une femme dans la mienne
Pour que j’enlace ma liberté
Et que le sac et le ressac reprennent dans mon corps

Ainsi qu’une fenêtre, j’ouvre sur ce que je veux

J’ouvre sur mon ombre
Qui s’avance
De
Loin

(…)

LA NUIT DU HIBOU

C’est un présent que le passé ne rejoint pas
Arrivés à la limite des arbres, nous avons réalisé que nous n’étions plus capables d’attention
Et nous retournant vers les camions, nous avons vu l’absence
Empiler ses objets choisis et dresser
Sa tente Ă©ternelle autour de nous

C’est un présent que le passé ne rejoint pas
Le fil de soie coule des mûriers
Lettres sur le cahier de la nuit. Seuls
Les papillons Ă©clairent notre hardiesse Ă  descendre dans la fosse des mots Ă©tranges
Cet homme de peine était-il mon père ?
Je parviendrai peut-être à me tirer d’affaire
A naître de moi-même
A choisir pour mon nom des lettres verticales

(…)

C’est un présent qui passe
Ici, les étrangers ont suspendu leurs fusils aux branches d’un olivier
Apprêté un dîner rapide de boîtes métalliques
Puis ils se sont élancés vers les camions

(…)

L’ÉTERNITÉ DU FIGUIER DE BARBARIE

- Où me mènes-tu père ?
- En direction du vent, mon enfant

A la sortie de la plaine où les soldats de Bonaparte édifièrent une butte
Pour épier les ombres sur les vieux remparts de Saint-Jean-D’Acre
Un père dit à son fils : N’aie pas peur
N’aie pas peur du sifflement des balles
Adhère à la tourbe et tu seras sauf. Nous survivrons
Gravirons une montagne au nord, et rentrerons
Lorsque les soldats reviendront Ă  leurs parents au lointain

- Qui habitera notre maison après nous, père ?
- Elle restera telle que nous l’avons laissée mon enfant

Il palpa sa clé comme s’il palpait ses membres et s’apaisa
Franchissant une barrière de ronces, il dit
Souviens-toi mon fils. Ici, les Anglais crucifièrent ton père deux nuits durant sur les épines d’un figuier de Barbarie
Mais jamais ton père n’avoua. Tu grandiras
Et raconteras à ceux qui hériteront des fusils
Le dit du sang versé sur le fer

- Pourquoi as-tu laissé le cheval à sa solitude ?
- Que la maison reste animée, mon enfant. Car les maisons meurent quand partent leurs habitants

L’éternité ouvre ses portes de loin aux passants de la nuit
Les loups des landes aboient à une lune apeurée
Et un père dit à son fils
Sois fort comme ton grand-père
Grimpe à mes côtés la dernière colline des chênes
Et souviens-toi. Ici le janissaire est tombé de sa mule de guerre
Tiens bon avec moi et nous reviendrons chez nous

- Quand donc, mon père ?
- Dans un jour ou deux, mon fils

Derrière eux, un lendemain étourdi mâchait le vent dans les longues nuits hivernales
Et les hommes de Josué bin Noun édifiaient leur citadelle
Des pierres de leur maison
Haletants sur la route du Cana, il dit : Ici
Passa un jour Notre Seigneur. Ici
Il changea l’eau en vin puis parla longuement de l’amour
Souviens-toi des châteaux croisés
Anéantis par l’herbe d’avril, après le départ des soldats

(…)

TELLE LA LETTRE NOUN DANS LA SOURATE DU RAHMN

Dans l’oliveraie, à l’est des sources
Mon grand-père s’est replié sur son ombre abandonnée
Aucune herbe légendaire n’y a poussé
Et le nuage des lilas
Ne s’est pas répandu sur la scène

La terre est vêtement brodé à l’aiguille du sumac dans son rêve brisé
Mon grand-père a bondi de son sommeil
Pour arracher les mauvaises herbes de sa vigne
Ensevelie sous la rue noire

Il m’a enseigné le Coran dans le jardin de myrte, à l’est du puits
D’Adam nous venons et d’Eve
Dans l’Eden de l’oubli
Grand-père ! Je suis le dernier des vivants dans le désert. Montons

Entourant son nom nu de gardiens
La mer et le désert ne connaissaient
Ni mon grand-père, ni ses fils
Debout désormais, autour du noun
Dans la sourate de Rahman
Dieu, sois témoin !

Quant Ă  lui
NĂ© de lui-mĂŞme
Enterré en lui-même près du feu
Qu’il donne au griffon de qu’il faut de secret consumé
Pour illuminer le temple

(…)

DISPOSITONS POÉTIQUES

Les étoiles n’avaient qu’un rôle :
M’apprendre à lire
J’ai une langue dans le ciel
Et sur terre, j’ai une langue
Qui suis-je ? Qui suis-je ?

Je ne veux pas répondre ici
Une Ă©toile pourrait tomber sur son image
La forêt des châtaigniers, me porter de nuit
Vers la voie lactée, et dire
Tu vas demeurer lĂ 

Le poème est en haut, et il peut
M’enseigner ce qu’il désire
Ouvrir la fenĂŞtre par exemple
Gérer ma maison entre les légendes
Et il peut m’épouser. Un temps

Et mon père est en bas
Il porte un olivier vieux de mille ans
Qui n’est ni d’Orient, ni d’Occident
Il se reposer peut-être des conquérants
Se penche légèrement sur moi
Et me cueille des iris

Le poème s’éloigne
Il pénètre un port de marins qui aiment le vin
Ils ne reviennent jamais Ă  une femme
Et ne gardent regrets, ni nostalgie
Pour quoi que ce soit

Je ne suis pas encore mort d’amour
Mais une mère qui voit le regard de son fils
Dans les œillets, craint qu’il ne blessent le vase
Puis elle pleure pour conjurer l’accident
Et me soustraire aux périls
Que je vive, ici lĂ 

Le poème est dans l’entre-deux
Et il peut, des seins d’une jeune fille, éclairer les nuits
D’une pomme, éclairer deux corps
Et par le cri d’un gardénia
Restituer une patrie

Le poème est entre mes mains, et il peut
Gérer les légendes par le travail manuel
Mais j’ai égaré mon âme
Lorsque j’ai trouvé le poème
Et je lui ai demandé
Qui suis-je ?
Qui suis-je ?


Source :
http://mahmoud-darwi...l_solitude.html

#2 J.G. Mads

J.G. Mads

    J.G. Mads

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 4 651 messages
  • Une phrase ::Sans haine ni espoir.

Posté 10 aoűt 2008 - 09:22

requiescat in pace

merci serioscal
jamais lu
comme tout le monde
me l'Ă©tais promis
Ă©videmment
tout Ă  l'heure
grâce à toi
chose faite

alléluiah

povoite.

Précision : ce bonhomme est un assez immense poète à ce que je constate

sue ? (coquillette)
de qu'il faut ou "ce qu'il faut" in Telle la lettre noun...?
il se repose (in dispositions poétiques) ?
qu'il ne blessent ????

MERCI, donc...

#3 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 385 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 10 aoűt 2008 - 09:27

J'étais comme toi. C'est dingue ce qu'on ne lit pas, non ? Alors, avant qu'elle ne meure, je vous recommande de lire Taslima Nasreen. Et puis il n'est pas trop tard pour découvrir Darwich. Ou Grosjean. Ou Tarkos. Ou Césaire.

#4 J.G. Mads

J.G. Mads

    J.G. Mads

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 4 651 messages
  • Une phrase ::Sans haine ni espoir.

Posté 10 aoűt 2008 - 09:43

dingue
la sagesse popu explique ça très bien dans une histoire de four et de moulin je crois
merci pour ces références
ma liste Ă  lire est longue comme le bras

ciao

pov.

#5 Carla.

Carla.

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 986 messages

Posté 11 aoűt 2008 - 03:47

Lire ses paroles comme une réplique à la douleur, celle de l'exil...(Et non un programme politique)...

C'est un grand poète palestinien, tout comme il y a de grands poètes israëliens.


Cela me fait plaisir que quelqu'un lui ait rendu hommage...Il fut souvent la proie de polémiques et le restera sûrement.



"Puisque tu meurs souvent" est un petit hommage discret, j'espère qu'il te parlera un peu, merci Serioscal.

#6 Fleur de Lotus

Fleur de Lotus

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 488 messages

Posté 11 aoűt 2008 - 05:45

TELLE LA LETTRE NOUN DANS LA SOURATE DU RAHMN

Dans l'oliveraie, Ă  l'est des sources
Mon grand-père s'est replié sur son ombre abandonnée
Aucune herbe légendaire n'y a poussé
Et le nuage des lilas
Ne s'est pas répandu sur la scène

La terre est vêtement brodé à l'aiguille du sumac dans son rêve brisé
Mon grand-père a bondi de son sommeil
Pour arracher les mauvaises herbes de sa vigne
Ensevelie sous la rue noire

Il m'a enseigné le Coran dans le jardin de myrte, à l'est du puits
D'Adam nous venons et d'Eve
Dans l'Eden de l'oubli
Grand-père ! Je suis le dernier des vivants dans le désert. Montons

Entourant son nom nu de gardiens
La mer et le désert ne connaissaient
Ni mon grand-père, ni ses fils
Debout désormais, autour du noun
Dans la sourate de Rahman
Dieu, sois témoin !

Quant Ă  lui
NĂ© de lui-mĂŞme
Enterré en lui-même près du feu
Qu'il donne au griffon de qu'il faut de secret consumé
Pour illuminer le temple

(…)

DISPOSITONS POÉTIQUES

Les Ă©toiles n'avaient qu'un rĂ´le :
M'apprendre Ă  lire
J'ai une langue dans le ciel
Et sur terre, j'ai une langue
Qui suis-je ? Qui suis-je ?

Je ne veux pas répondre ici
Une Ă©toile pourrait tomber sur son image
La forêt des châtaigniers, me porter de nuit
Vers la voie lactée, et dire
Tu vas demeurer lĂ 

Le poème est en haut, et il peut
M'enseigner ce qu'il désire
Ouvrir la fenĂŞtre par exemple
Gérer ma maison entre les légendes
Et il peut m'Ă©pouser. Un temps

Et mon père est en bas
Il porte un olivier vieux de mille ans
Qui n'est ni d'Orient, ni d'Occident
Il se reposer peut-être des conquérants
Se penche légèrement sur moi
Et me cueille des iris

Le poème s'éloigne
Il pénètre un port de marins qui aiment le vin
Ils ne reviennent jamais Ă  une femme
Et ne gardent regrets, ni nostalgie
Pour quoi que ce soit

Je ne suis pas encore mort d'amour
Mais une mère qui voit le regard de son fils
Dans les Ĺ“illets, craint qu'il ne blessent le vase
Puis elle pleure pour conjurer l'accident
Et me soustraire aux périls
Que je vive, ici lĂ 

Le poème est dans l'entre-deux
Et il peut, des seins d'une jeune fille, Ă©clairer les nuits
D'une pomme, Ă©clairer deux corps
Et par le cri d'un gardénia
Restituer une patrie

Le poème est entre mes mains, et il peut
Gérer les légendes par le travail manuel
Mais j'ai égaré mon âme
Lorsque j'ai trouvé le poème
Et je lui ai demandé
Qui suis-je ?
Qui suis-je ?


Source :
http://mahmoud-darwi...l_solitude.html

Merci infiniment pour cette découverte précieuse...paroles qui font voyager...et l'on rêve à ces étoiles de mots comme une pluie de comètes bienfaisantes...l'Orient est une musique et un mystère étrange...les paroles s'y étalent...en contes de mille et une nuits...

Une paix, une interrogation...une âme solitaire
"Mais j'ai égaré mon âme"...

"Qui suis-je?"...

La beauté calme et apaisante des oliviers centenaires...qui se mirent au bord de l'eau...et les pas s'enfoncent...dormir au creux des étoiles à l'abri de l'olivier...palmeraies...oasis de paix...mots brodés en couvertures scintillantes...nostalgie...la Sehnsucht de Goethe...je pense à cela...aussi...

Merci, infiniment, c'est très très beau et très émouvant...
Mystères de l'Orient...