Aller au contenu

Photo

Qu'est-ce que la poésie


  • Veuillez vous connecter pour répondre
67 réponses à ce sujet

#1 Poèt-Poèt

Poèt-Poèt

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 125 messages

Posté 18 septembre 2008 - 01:48

La poèsie c'est:......
qui peu dire ce qui est poèsie net ce qui ne l'est pas?

Réponse, n'importe qui.
Que peut répondre le Poète: « n'importe quoi »

Plutôt que de définir ce qui est poèsie, il me semble judicieux de définir ce qui ne l'est pas.

1/ le mode d'emploi de ma cafetière électrique: lui n'a de poétique que les erreurs de traductions, provenant de l'effet plus connu sous le nom de téléphone arabe, à savoir qu'un texte traduit du chinois en portugais, puis du portugais en anglais, et pour finir de l'anglais en français, présente des lacunes rhétoriques et grammaticales, qui pour être drôles ne font que compliquer la lecture, et l'utilisation de la cafetière.

2/ Les textes purement démonstratifs, qui à l'instar du mode d'emploi n'a d'autre objectif que de nous faire admettre l'évidence, avec en plus l'inconvénient de ne pas avoir la drôlerie du petit 1/

3/ D'une manière plus générale les textes n'excitant pas l'imaginaire, soit par excès d'explications, soit, au contraire, par manque d'ouverture; je veux dire en cela les textes faisant références à des images ou des sentiments connus du seul auteur.

Cette catégorie là fleurit en abondance sur TLP. Il semble même que pour certains et certaines, la fait de n'être pas compris soit gage de poésie. Comme si l'inaudible, l'abscons, était la condition essentielle, le saint graal de l'écriture, l'assurance d'être « au dessus » du commun des mortels; « ces petites gens » de la littérature pour lesquels aucun effort ne mérite d'être consenti.
Les scribouillards de cette catégorie rejoignent ceux du petit 1/, la poésie en moins!!




Exemples:

Elle mangeait des choux à la crème (Pas poétique)

Entres ses doigts et sa bouche, la crème des choux hésitait (poétique! Non?)




elle ouvrit toute grande sa bouche
et engloutit sa soupe à la louche (ça rime mais c'est pas poétique)

De sa bouche affamée,
dévorant la soupe
s'échappait la fumée
volée à la coupe. ( la rime est nulle mais c'est plus imagé)






Les ponts sourds de mon inexistence (Bonne chance! Pas poétique)



Sous le pont Mirabeau coule la seine
ni temps passés.....
....ni les amours reviennent (Apollinaire Poétique, non?)

Le débat est ouvert.

P.P

#2 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 118 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 18 septembre 2008 - 02:42

Autant les prémices de la démarche me semblent pertinents - définir la poésie par ce qu'elle n'est pas - autant la méthode (un choix de phrases isolées, non de textes) et le dérapage idéologique sur la poésie "absconse" ruinent la démonstration.

D'ailleurs, à lire tes exemples, on sent bien ce qu'il y a d'arbitraire à décréter "poétique" ou "non poétique" tel segment isolé. Ce qui rend poétique une phrase, c'est la poétique de l'oeuvre, non le seul assemblage des mots d'une phrase pour elle-même. C'est d'ailleurs pourquoi le choix d'Apollinaire en fin de comparaison n'est pas très judicieux : soit on l'interprète en termes de "magie" (c'est de l'Apollinaire, donc c'est poétique : l'opération est magique), soit en termes de convention (c'est poétique parce que le poète est reconnu comme tel).

Au bout du compte, on ne sait pas plus qu'avant ce qu'est ou n'est pas la poésie, on a simplement compris que tu n'aimais pas une certaine forme de poésie, rapportée principalement à l'héritage du surréalisme et des avant-gardes formalistes du XXe siècle. Or, à moins de s'enfermer dans une tour d'ivoire, il est aussi absurde d'exclure d'une définition générale de la poésie ces pratiques que de présentre en exclure par principe le rondeau, le sonnet, ou l'inspiration chrétienne dans la poésie française du XXe siècle.

Cela dit, la démarche reste intéressante et je te remercie de nous la faire partager.

#3 Poèt-Poèt

Poèt-Poèt

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 125 messages

Posté 18 septembre 2008 - 07:38

Bonsoir

A la réflexion, je me dis que faire des exemples, n’est probablement pas une bonne idée, même si cela partait d’un bon sentiment ; à savoir, faire simple pour être compris. Ce faisant, je me suis mis dans une position professorale, ce qui n’était pas mon intention.

D’autre part citer des textes en entiers ne me semble guère plus adapté, on pourra toujours m’opposer le choix du texte ou de l’auteur, d’ailleurs la preuve en est que vous me faites procès, pour avoir évoquer apollinaire, qui pourtant me semblait inattaquable, à mi-chemin qu’il est, de l ‘ancien et du moderne.

S’il est évident que j’ai des préférences, comme tout-un-chacun je n’entends pas les imposer à quiconque, le but de ce Topic, n’est que d’essayer de comprendre ce qui rend un texte poétique.

Votre réponse, Sérioscal, ne nous éclaire guère sur le sujet.Je repose donc la question : qu’est-ce que la poésie ?

Sont ce simplement des mots ? Des idées ? Les deux, et dans ce cas lesquels sont déterminants ?Est-ce une capacité à provoquer l’imaginaire ? et si oui, est ce que tous les imaginaires sont poétiques ?
Est ce un espace créé entre les mots ? Un rêve collectif ou solitaire ?

C’est à chacun que devrait se poser la question, et c’est de chacun que j’attends sa définition, ou une ébauche de définition.

Merci de me faire part de vos réflexions à ce sujet.

P.P



#4 Comtoise

Comtoise

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 044 messages

Posté 18 septembre 2008 - 07:53

La poésie

Ce peut-être des lacets à démêler
Ou alors un bon alcool
Des cris
Un sport

Du masochisme aussi

Et bien d'autres comparaisons

Plus sérieusement je ne peux pas

#5 Marcheur

Marcheur

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 142 messages

Posté 18 septembre 2008 - 08:21

Poèt-Poèt (j'aime bcp ce pseudo :) ), je crois que ta question est au moins aussi difficile que de définir l'humour... On peut sans doute évoquer ce que devrait provoquer la poésie ou l'humour, l'émotion ou le rire, mais cela ne pourra jamais définir l'un ou l'autre tant il est vrai qu'on peut provoquer ces symptômes autrement qu'avec de la poésie ou de l'humour. On pourrait penser à inclure le partage dans la poésie mais cette dernière ne peut être réduite au premier pas plus qu'elle ne peut l'englober. La poésie peut avoir lieu sans partage quand par exemple elle n'apparait qu'à une seule personne lorsque celle-ci est émue de façon particulière par un évènement ou une chose. Et, bien évidemment, le partage, même de moments ou de chose agréables, n'implique pas forcément la poésie. Enfin, à l'instar de l'humour, on peut sans doute faire de la poésie avec tout mais pas avec n'importe qui...

En fait, je pense que la poésie échappe, et c'est heureux, à toute forme de définition, qu'elle soit négative (définition de la non-poésie), affirmative (définition de la poésie) et qu'aucune liste de symptômes n'est susceptible de l'authentifier de façon certaine. On est pas loin d'une certaine transcendance. Au fond, la poésie, c'est un peu comme le bonheur, personne ne sait la définir, chacun à sa vision personnelle de la chose et il n'est pas toujours évident de la trouver...

J'ai l'impression de n'avoir enfoncé que des portes bien ouvertes mais je ne peux pas faire mieux...

#6 J.G. Mads

J.G. Mads

    J.G. Mads

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 4 651 messages
  • Une phrase ::Sans haine ni espoir.

Posté 18 septembre 2008 - 09:12

D'abord, pour commencer, la poésie c'est : Babel bordel.

C'est tout ou rien, roulette et montagne russe, grand huit couché ;

L'infini possiblement érigé à la crête de la gloire, à la cime de la vanité fraise.

#7 J.G. Mads

J.G. Mads

    J.G. Mads

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 4 651 messages
  • Une phrase ::Sans haine ni espoir.

Posté 18 septembre 2008 - 09:36

L'infini à la portée des derviches, des rémouleurs !

Ensuite, le poète c'est l'alphoule et l'omégeuf : Tout ce que le poète agit se nomme « poésie tout est poésie ».

On doit viser un style à planter le lecteur.





Du lecteur, on doit viser le coeur, moins parce qu'il est le Versailles des sentiments, que parce qu'il est la pompe dead or alive.

Je parle de rythme aussi.



Je continue ? ue ?


Je disais qu'un bon poète doit assassiner tous ses lecteurs.

#8 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 118 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 19 septembre 2008 - 08:13

Bonsoir

A la réflexion, je me dis que faire des exemples, n’est probablement pas une bonne idée, même si cela partait d’un bon sentiment ; à savoir, faire simple pour être compris. Ce faisant, je me suis mis dans une position professorale, ce qui n’était pas mon intention.

D’autre part citer des textes en entiers ne me semble guère plus adapté, on pourra toujours m’opposer le choix du texte ou de l’auteur, d’ailleurs la preuve en est que vous me faites procès, pour avoir évoquer apollinaire, qui pourtant me semblait inattaquable, à mi-chemin qu’il est, de l ‘ancien et du moderne.

S’il est évident que j’ai des préférences, comme tout-un-chacun je n’entends pas les imposer à quiconque, le but de ce Topic, n’est que d’essayer de comprendre ce qui rend un texte poétique.

Votre réponse, Sérioscal, ne nous éclaire guère sur le sujet.Je repose donc la question : qu’est-ce que la poésie ?

Sont ce simplement des mots ? Des idées ? Les deux, et dans ce cas lesquels sont déterminants ?Est-ce une capacité à provoquer l’imaginaire ? et si oui, est ce que tous les imaginaires sont poétiques ?
Est ce un espace créé entre les mots ? Un rêve collectif ou solitaire ?

C’est à chacun que devrait se poser la question, et c’est de chacun que j’attends sa définition, ou une ébauche de définition.

Merci de me faire part de vos réflexions à ce sujet.

P.P



Je pense pour ma part qu'il y a quatre ou cinq choses bien différentes vers lesquelles peut tendre le langage poétique. Ce n'est pas une définition, la liste n'est même pas fermée, mais je crois que - le sens de la poésie se déplaçant quasi de génération en génération - on rencontre souvent une tension vers :
- l'art décoratif (la rhétorique, le beau parler)
- le jeu (la rime poussée à l'extrême, l'oulipisme)
- le prophétique (le "dire" d'un "voir")
- l'expression (soit - le lyrisme)
Il manque au moins un aspect difficile à cerner, la dimension collective ; le poème participant de l'autodéfinition d'une culture.
La méthode avec exemples est bonne mais je pense que les conclusions étaient données d'avance. Il ne s'agit pas tant de "donner" des textes entiers que de les prendre en compte. L'exemple d'Apollinaire est très intéressant car beaucoup de ses images sont surannées, à bien y regarder, et mièvres même. Mais Apollinaire leur confère une valeur qui lui appartient en propre, les réinvestit et les charge de sens et de force. Ce n'est pas dans un segment isolé qu'on dénichera le génie d'Apollinaire mais dans le fait que chaque segment manifeste l'ensemble. En marge même de la poésie, c'est ce qui à mon sens atteste qu'il y a oeuvre.

#9 Victorugueux

Victorugueux

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 16 242 messages
  • Une phrase ::Savoir se taire c'est déjà beaucoup mieux que des bavardages incessants... Oui ! Le repos c'est une chose qui nous aide

Posté 19 septembre 2008 - 10:34

La poésie ?
C'est une envie...

#10 claricorne

claricorne

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 099 messages

Posté 19 septembre 2008 - 10:41

L'infini à la portée des derviches, des rémouleurs !

Ensuite, le poète c'est l'alphoule et l'omégeuf : Tout ce que le poète agit se nomme « poésie tout est poésie ».

On doit viser un style à planter le lecteur.





Du lecteur, on doit viser le coeur, moins parce qu'il est le Versailles des sentiments, que parce qu'il est la pompe dead or alive.

Je parle de rythme aussi.



Je continue ? ue ?


Je disais qu'un bon poète doit assassiner tous ses lecteurs.


Est-ce pour ça que tu m'as qualifiée de "killer" l'autre jour? ;)
La poésie peut être résistance aussi...

#11 Victorugueux

Victorugueux

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 16 242 messages
  • Une phrase ::Savoir se taire c'est déjà beaucoup mieux que des bavardages incessants... Oui ! Le repos c'est une chose qui nous aide

Posté 19 septembre 2008 - 11:18

Les poètes sont des assassins...Alors ?
Trop lapidaire...Jeune homme !
Revoyez votre copie!

#12 ailebleue

ailebleue

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 271 messages

Posté 19 septembre 2008 - 12:31

Je me suis délectée de ton texte
je l'avoue !!!
vraiment contente de pouvoir te lire
tu m'as manquée !!

Amicalement
AILEBLEUE


#13 J.G. Mads

J.G. Mads

    J.G. Mads

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 4 651 messages
  • Une phrase ::Sans haine ni espoir.

Posté 19 septembre 2008 - 03:38

Il y a cette superbe question de Diogène de Sinope, qui peut éclairer ce que je veux dire (sachant que c'est dans la bouche de Diogène que j'ai trouvé la "plus belle chose au monde", à savoir : "la liberté de langage"...) : "A quoi peut bien nous servir un homme qui a déjà mis tout son temps à philosopher sans jamais inquiéter personne ?"

En effet, je vous le demande : A quoi pourrait bien nous servir un homme qui a déjà mis tout son temps à écrire des poèmes sans jamais inquiéter personne ?

A quoi pourrait bien nous servir un homme qui a déjà mis tout son temps à crier ou chanter sans jamais inquiéter personne ? Etc.

#14 Victorugueux

Victorugueux

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 16 242 messages
  • Une phrase ::Savoir se taire c'est déjà beaucoup mieux que des bavardages incessants... Oui ! Le repos c'est une chose qui nous aide

Posté 19 septembre 2008 - 04:12

C'est aussi l'homme qui a dit: "ôtes toi de mon soleil!" à Alexandre le grand

#15 Louise Brune

Louise Brune

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 894 messages

Posté 19 septembre 2008 - 05:18

Je te propose une liste non-exhaustive de questions :
La poésie, n'est-ce pas :
  • un voyage ? Dans le conscient et l'inconscient du poète et de son lecteur.
  • un plaisir ? De se laisser porter par ses émotions, de se laisser bercer par la musique des mots.
  • un jeu ? Où on multiplie les expériences.
  • un message ? Où il est question d'empathie, de sympathie, d'amour ou de haine.
  • une nécessité ? Pour accepter les noirceurs de la vie.
  • une thérapie ? Pour dépasser les souffrances.
  • ...
Et ici, avec toi et les autres un partage ?

#16 Victorugueux

Victorugueux

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 16 242 messages
  • Une phrase ::Savoir se taire c'est déjà beaucoup mieux que des bavardages incessants... Oui ! Le repos c'est une chose qui nous aide

Posté 19 septembre 2008 - 05:22

Je te propose une liste non-exhaustive de questions :
La poésie, n'est-ce pas :un voyage ? Dans le conscient et l'inconscient du poète et de son lecteur.

  • un plaisir ? De se laisser porter par ses émotions, de se laisser bercer par la musique des mots.
  • un jeu ? Où on multiplie les expériences.
  • un message ? Où il est question d'empathie, de sympathie, d'amour ou de haine.
  • une nécessité ? Pour accepter les noirceurs de la vie.
  • une thérapie ? Pour dépasser les souffrances.
  • ...

A qui tu causes ? je ne suis pas un spécialiste il y en a tellement ici

#17 Louise Brune

Louise Brune

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 894 messages

Posté 19 septembre 2008 - 05:27

A qui tu causes ? je ne suis pas un spécialiste il y en a tellement ici


Moi non plus, je suis pas une spécialiste.
Povoite a posé une question à Poet-Poet qui tente d'y répondre.
Question difficile qui renvoie à d'autres questions.
Une base de réflexions en quelque sorte.

#18 .ds.

.ds.

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 3 825 messages

Posté 19 septembre 2008 - 07:30

De passer à passé, le visage se défait comme ces matins où rien ne s'envisage, ou l'on se laisse animer – d'autres que soi, de tous ces mouvements –hors veines, hors cadre –
Juste parce que c'est là.

Il y a des boutures de ciel et je cultive les repas – ogre de sens quand j'use de mes barbaries. Les mots.
Happée par la faim, tu te détournes – c'est cette allure que j'imprime, de trop de trop, à vouloir le dessus, je ne refleurirai pas.
Et dessus des draps, je lave ma mémoire en invention, j'y roule des pierres, j'y roule du charbon. Des draps et des barrières comme ces jardins d'enfant à l'assise spongieuse, un moindre mal ; je rebondis.
Les os se ravinent de contrecoups et si la mort est un discours dans l'entremise, je chuchote lentement mes flottements – troués. Il manque.
Il manque la ligature temps -devenir, ni l'un ni l'autre.
Et si.

Et si le silence me berçait en niveaux de réalité ?
Je serais alors relative – une accumulation d'onces – des petites boîtes tiquetées, étiquetées, circulant d'items en items – un trou d'air reliant les particules ?


Je me condamne et j'invite les spectres d'une main molle au spectacle des démesures.
Le balancement du cou d'une dinde remplit mes espaces, traverse mon par-dessus de nerfs à l'étale des petits sous.
J'ai enlevé le calque de ma peau. Il ne reste que les rides.
J'ai pris les broussins de l'enfance restés collés et les ai mangés en tasse-douleur comme si le bord du monde se bousculait à mon front. - Et les brasses.
Les yeux troués et la chair de demain ne demandent que quelqu'un - pas de masse - quelques uns dans la prophétique au ras des murs des villes pour souffler la plainte.
- Voies d'issues mal-apprises.



Un très beau texte, que je vais prendre le temps de lire. J'avoue ne l'avoir lu que rapidement, mais, il y a le, le sens, ce quelque chose qui fait que l'on aime ou pas.

Qu'est la poésie ?
Qu'est cette question, quel est ce questionnement ?
J'entends depuis des années durant cette question, et je me permettrais de ne pas pas y répondre, ne sâchant, je crois.

Je lis : "Harmonies poétiques et religieuses" de A. de Lamartine - Classique Larousse 1934.

Ma vue n'est plus là - je le regrette sincèrement :

"il est dans ces déserts un toit rustique et sombre
Que la montagne seule abrite de son ombre"


...

Qui, redoublant cent fois ses noeuds entrelacés,
Cache l'affront du temps sous ses bras élancés,"


à bientôt. ^^

#19 hirondelle

hirondelle

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 5 045 messages

Posté 19 septembre 2008 - 08:05

Un poète? C'est une pauvre personne qui a la maladie du coeur peut être...

#20 hirondelle

hirondelle

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 5 045 messages

Posté 19 septembre 2008 - 08:28

Oui tu as raison...Il y a 2 types des gens qui souffrent de cette maladie: ceux qui ne sont que la dépression et ceux qui écrivent des poèmes encore...

#21 .ds.

.ds.

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 3 825 messages

Posté 19 septembre 2008 - 09:16

Sans doute détenez-vous le tout ?
Peut-être le rien.
La question bouge autours.

Mademoiselle Agathe, je vous saurais gré de rester dans le humble. Vous semblez tout détenir, comme si chaque chose vous appartenait. Je veux bien croire que vous sembliiez être imbue, mais voyez-vous, en apprendre, ou croire apprendre, n'est pas la solution. Tout comme "apprendre la poésie". L'on est où l'on nait pas poésie.

Je vous adore pour autant, tout comme j'aime détenir votre piédestal.

^^

#22 hirondelle

hirondelle

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 5 045 messages

Posté 20 septembre 2008 - 08:20

Je ne dis pas que tous qui écrivent les poèmes sont poètes...Mais la partie d'eux l'est quand même.

#23 Moietmoi

Moietmoi

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 901 messages
  • Une phrase ::Raconter , dans la forme d'hier l'actualité et les préoccupations d'aujourd'hui, en ayant un oeil sur le futur.C'est ça ma poésie! Avec de temps en temps une exception...

Posté 20 septembre 2008 - 09:30

La poèsie c'est:......
qui peu dire ce qui est poèsie net ce qui ne l'est pas?

Réponse, n'importe qui.
Que peut répondre le Poète: « n'importe quoi »

Plutôt que de définir ce qui est poèsie, il me semble judicieux de définir ce qui ne l'est pas.

1/ le mode d'emploi de ma cafetière électrique: lui n'a de poétique que les erreurs de traductions, provenant de l'effet plus connu sous le nom de téléphone arabe, à savoir qu'un texte traduit du chinois en portugais, puis du portugais en anglais, et pour finir de l'anglais en français, présente des lacunes rhétoriques et grammaticales, qui pour être drôles ne font que compliquer la lecture, et l'utilisation de la cafetière.

2/ Les textes purement démonstratifs, qui à l'instar du mode d'emploi n'a d'autre objectif que de nous faire admettre l'évidence, avec en plus l'inconvénient de ne pas avoir la drôlerie du petit 1/

3/ D'une manière plus générale les textes n'excitant pas l'imaginaire, soit par excès d'explications, soit, au contraire, par manque d'ouverture; je veux dire en cela les textes faisant références à des images ou des sentiments connus du seul auteur.

Cette catégorie là fleurit en abondance sur TLP. Il semble même que pour certains et certaines, la fait de n'être pas compris soit gage de poésie. Comme si l'inaudible, l'abscons, était la condition essentielle, le saint graal de l'écriture, l'assurance d'être « au dessus » du commun des mortels; « ces petites gens » de la littérature pour lesquels aucun effort ne mérite d'être consenti.
Les scribouillards de cette catégorie rejoignent ceux du petit 1/, la poésie en moins!!




Exemples:

Elle mangeait des choux à la crème (Pas poétique)

Entres ses doigts et sa bouche, la crème des choux hésitait (poétique! Non?)




elle ouvrit toute grande sa bouche
et engloutit sa soupe à la louche (ça rime mais c'est pas poétique)

De sa bouche affamée,
dévorant la soupe
s'échappait la fumée
volée à la coupe. ( la rime est nulle mais c'est plus imagé)






Les ponts sourds de mon inexistence (Bonne chance! Pas poétique)



Sous le pont Mirabeau coule la seine
ni temps passés.....
....ni les amours reviennent (Apollinaire Poétique, non?)

Le débat est ouvert.

P.P



Que je suis triste de lire ça !
Quand le poète lui-même essaye de définir la norme de la poésie….
Quel manque d’humilité !
le poète ne sait pas ce qu’est la poésie, il ne veut même pas savoir ce que c’est, il l’est, il la sent, il l’aime, il la savoure et surtout, il ferme sa gueule et il n’essaye pas de définir, même à mots mouchetés , les traits de la censure .

Le poète n’est certainement pas ce petit instituteur qui souligne au crayon rouge ce qui n’est pas conforme à ce qui est écrit dans le manuel que lui a remis l’administration et qui se fait plaisir en décourageant à jamais son élève d’un crachat de fiel dans la marge d’une copie qui sentait le labeur
Je regrette d’avoir lu ça, car j’ai maintenant honte, de publier sur un site qui véhicule autant d’intolérance et de suffisance, je ne me sens pas digne, et je ne veux surtout pas faire partie, même de loin, de ce cercle des poètes « trou du cul » (pardonnez-moi ce mot mais je n’ai trouvé sur le coup de l’émotion que cette qualification qui finissait en « u » et qui pouvait exprimer très exactement mon dégoût )
Salut ! (tient ça finit en u est ce que "j'ai bon " dans la poésie ? )

#24 J.G. Mads

J.G. Mads

    J.G. Mads

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 4 651 messages
  • Une phrase ::Sans haine ni espoir.

Posté 20 septembre 2008 - 11:08

DIS MOI, SHERIF.L'ANTHRAX, c'est quand qu'on peut te lire TOI ? qu'on rigole


#25 Victorugueux

Victorugueux

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 16 242 messages
  • Une phrase ::Savoir se taire c'est déjà beaucoup mieux que des bavardages incessants... Oui ! Le repos c'est une chose qui nous aide

Posté 20 septembre 2008 - 11:35

Vamp-Pire veut du sang il a soif...

#26 Emrys

Emrys

    Ambrosius

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 415 messages

Posté 20 septembre 2008 - 12:31

J'ai lu très attentivement le sujet, la question, et les différents commentaires

...

Je reste un peu interdit.

#27 hirondelle

hirondelle

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 5 045 messages

Posté 20 septembre 2008 - 12:57

J'ai lu très attentivement le sujet, la question, et les différents commentaires

...

Je reste un peu interdit.

Pourquoi? :rolleyes:

#28 Emrys

Emrys

    Ambrosius

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 415 messages

Posté 20 septembre 2008 - 01:29

Pourquoi? :rolleyes:

parce que

j'entends les portes se fermer
lourdes comme des prisons
je vois la lumière décliner
le poète a toujours raison

#29 J.G. Mads

J.G. Mads

    J.G. Mads

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 4 651 messages
  • Une phrase ::Sans haine ni espoir.

Posté 20 septembre 2008 - 03:57

c'est d'abraham que tu causes et de leliepvre, hein ? des amis, des artistes, c'est pas moi, moi je suis sur Blue-Eyed Blook (blog de TLP) Moi je suis Povoite

#30 Arwen G

Arwen G

    Without face

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 682 messages

Posté 20 septembre 2008 - 05:27

Ce qui ne veut pas dire - si je te lis bien - qu'il s'agisse de poésie.
La dépression est un état passagé qui se soigne.
Il y a un certain malaise à définir la poésie - je m'y inclus -
A lire tous les commentaires ici et ailleurs, il y a à définir ce qui nous manque.
Le langage, cette langue trouée et son troisième type (pas le je, pas l'auteur mais cette voix empruntée à l'auteur et au lecteur - ce que je crois Daumal appelle justement 'le troisième type') ne manquent pas de nous rappeler que la poésie n'est pas une fin en soi mais bien un moyen de "dire". L'écrire.
La poésie est éveil.

La réponse n'est pas dans ce qu'elle pourrait être mais bien comment elle s'accomplit ; ce que Pascal appelle 'oeuvre' me semble t-il.



Agathe met le doigt sur une définition difficile.
Pourquoi l'emprisonner encore dans des carcans. Le temps du classique est révolu, parce que cette civilisation est finie. D'autres naissent et engendrent une autre poésie.
Je pense que ce qui importe c'est que quand on lit le résultat de l'oeuvre, on oublie l'auteur. On est emporté dans un tourbillon qu'on explique pas. Mises à part toutes les belles règles, on ne définit pas la poésie de peur de la tuer.
Poivote aussi a touché un point: assassiner le lecteur. Pas le tuer, non lui couper le souffle, tant ce qu'il lit le touche d'une façon ou d'une autre.
La poésie, quelque chose qui ne laisse personne indifférent?