Aller au contenu

Photo

Sur le conflit ŕ Gaza


  • Veuillez vous connecter pour répondre
53 réponses ŕ ce sujet

#1 LeGénéralAnonyme

LeGénéralAnonyme

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 672 messages

Posté 14 janvier 2009 - 05:15

Au-delà de toute considération morale sur l’effroyable gâchis humain dont nous sommes tous les témoins atterrés et impuissants, il faut se demander à quel moment les leaders israéliens vont prendre conscience des effets dévastateurs de cette pédagogie noire. Combien de vocations à l’attentat-suicide sont nées ces derniers jours ? L’”opération” ne pouvait être que sanglante et l’on sait bien que si elle se poursuit, d’autres massacres vont se produire car il ne peut en aller autrement. Puis il y aura un cessez-le-feu et d’autres attaques suivront, et d’autres encore, jusqu’au retournement du rapport de forces qui ne manquera pas de se produire. Israël deviendra alors, peut-être, un objet de compassion. L’exaltation grandissante du mythe de Samson et des martyrs de Massada prend dans ce contexte l’allure d’une prophétie en cours d’autoréalisation.
Les amis d’Israël sont ceux qui pointent cette perspective finale et poussent à un renversement des hypothèses fondamentales de la politique israélienne. Nous sommes de plus en plus nombreux à penser qu’il s’agit d’une question de vie ou de mort pour les Israéliens.

L’analyse de l’enchaînement des tirs aveugles du Hamas sur le sud d’Israël et des inévitables ripostes de Tsahal est un exercice stérile. Les uns ripostaient au blocus, les autres ripostaient aux ripostes, on choisit sa version en fonction de son camp. Reste que ledit blocus est une décision israélienne et qu’aucun pays au monde ne peut tolérer d’être – à la lettre – mis intégralement en prison. Rappelons que c’est Israël qui a mis l’Autorité palestinienne hors jeu à Gaza. Dans quel but sinon d’avoir le Hamas au pouvoir et de poursuivre son éternelle leçon en faisant de ce territoire une prison autogérée, où se succèdent les opérations punitives ?

Les tirs de roquettes et de missiles sur Israël sont une source d’angoisse pour un nombre croissant d’Israéliens, et il n’est que juste de condamner le Hamas sur ce point. Mais prétendre que le Hamas représente une menace pour l’existence d’Israël n’est pas sérieux. Ehud Barak, lorsqu’il était premier ministre, attendait de ses interlocuteurs palestiniens qu’ils reconnaissent non seulement l’État israélien, mais sa légitimité en tant qu’État juif. Il leur demandait, en d’autres termes, de se faire sionistes s’ils voulaient devenir de véritables partenaires, pour se désoler ensuite de ne pas avoir de partenaire.

La détestable habitude des gouvernements israéliens successifs de choisir et d’écarter à leur guise les représentants de leurs adversaires tient tout entière dans leur conception exclusivement militaire de la sécurité. Ils ne sauraient, dès lors, la confier à d’autres et on les comprend. Mais ce sont les prémisses de ce raisonnement qu’il faut revoir. La résolution du conseil de sécurité appelant le 9 janvier à un cessez-le-feu immédiat et renvoyant les deux parties dos à dos est un revers diplomatique pour Israël car les États-Unis ont jugé qu’ils ne pouvaient pas s’y opposer. Souhaitons que cet échec soit compris comme une ébauche de signal et regrettons que ce soit le message inverse qui ait été jusqu’à présent toujours adressé à Israël, non seulement de la part de Washington, mais aussi depuis l’Europe. Ainsi, il est certain que la sécurité d’Israël doit être reconnue comme un impératif par l’Europe, mais pas plus ni moins que la sécurité de la Palestine sur son territoire. Cela va peut-être de soi, mais irait beaucoup mieux en le disant, ce qui n’est pas le cas. On repousse tout dialogue avec le Hamas au motif qu’il ne reconnaît pas les traités antérieurs, n’abandonne pas la violence et ne reconnaît pas Israël. Soit. Mais songe-t-on que le raisonnement s’applique de facto à l’identique en sens inverse ? Visiblement pas, puisque le Parlement européen vient, par exemple, de voter le rehaussement de l’accord d’association avec Israël, en faisant un quasi-membre de l’U.E.

http://www.causeur.f...in-massada,1680

#2 LeGénéralAnonyme

LeGénéralAnonyme

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 672 messages

Posté 14 janvier 2009 - 09:10

Il est certain qu’une victoire ne s’obtient que par l’entrée de forces terrestres sur l’espace tenu par l’ennemi. Il est pourtant regrettable de voir nos soldats risquer leurs vies pour conquérir des bâtiments et les fouiller. Que l’aviation et les bulldozers rasent des agglomérations serait préférable et que nos journalistes cessent de parler de victimes innocentes gazaouies. Ils ont voté Hamas, défendu le Hamas, participé aux manifestations de haine, ont lancé des cris de joie pour chaque attentat criminel réussi. Ils ne sont pas plus civils et certainement pas plus innocents que les habitants d’Hiroshima ou de Dresde. (hutzpah inside)

Jacques Kupfer

hinhin

#3 senelbi

senelbi

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 435 messages

Posté 15 janvier 2009 - 06:28

VoilĂ  une analyse saine et objective,( loin de toutes les gesticulations partisanes) et que j'approuve sans reserves.

Je le répéte ,chapeau bas, général, j'ai gaffé .

#4 alzeno

alzeno

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 341 messages

Posté 15 janvier 2009 - 08:25

Cette analyse s'appuie sur des hypothèses pernicieuses et partielles: les Israéliens ne connaîtraient que la force - des bourrins assoiffés de sang, leurs problèmes de sécurité n'est qu'un détail, idem de la reconnaissance de leur Etat, ils choisissent les leaders palestiniens, ils ne reconnaissent pas le droit au peuple palestiniens d'exister (les Palestinens ont plus de droits en Israel qu'au Liban...), le blocus de gaza était juste une perverse humiliation (les milliers d'armes entrées illicitement dans Gaza n'est que l'effet d'une paranoïa toute israélienne), la menace fondamentalisme n'est qu'un épiphénomène ( demandons aux Egyptiens ce qu'ils en pensent, ah oui mais ils sont à la botte de l'occident, mais vu le nombre d'occidentaux qui se prennent d'affection pour les fondamentalistes, ça équilibre un peu...), la volonté d'exposer les civils (les enfants dans les écoles, les familles dans les habitations piégées) serait de bonne guerre (mai c'est vrai on est ici au delà de la morale...), etc...

l'idée selon laquelle ce conflit engendrera plus de morts ensuite -discours développé, faute de mieux, par la Syrie actuellement, qui abrite confortblement le leader du Hamas- est sans doute vrai pour ceux qui cherchent dans ce conflit une cause exaltante pour rejoindre le paradis ou se convaincre que les Israéliens sont heureusement des salauds. Mais l'intifada promise en Israel n'aura probablement pas lieu au grand dam des analystes fiévreux.

Actuellement au Caire, des choses se négocient, bien loin de ces fumeuses analyses. Il semblerait que chacun ait fait un pas ( le hamas n'a plus trop le choix sauf à livrer gaza-ville à un carnage et à disparaître avec) pour trouver une issue viable. Monsieur Sarkozy, comme souvent, a fait preuve d'une versatilité notable dans les promesses faites aux uns et aux autres, j'espère qu'on lui laissera un joli tabouret pour les négociations finales pour éviter qu'il perde la face. rappelons comment il a été décisif avec les Farc...

#5 Victorugueux

Victorugueux

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 16 266 messages
  • Une phrase ::Savoir se taire c'est déjŕ beaucoup mieux que des bavardages incessants... Oui ! Le repos c'est une chose qui nous aide

Posté 15 janvier 2009 - 09:56

je ferais juste un peu d'ironie, cher Alzeno...Si les israéliens font des conneries, tu vas encore dire amen... Tout va bien! Mais ce n'est plus de la solidarité mais de l'inconscience morale, politique et historique...Pour l'instant, je laisse le religieux au Hamas et aux fous de Dieu d'Israël

#6 Victorugueux

Victorugueux

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 16 266 messages
  • Une phrase ::Savoir se taire c'est déjŕ beaucoup mieux que des bavardages incessants... Oui ! Le repos c'est une chose qui nous aide

Posté 15 janvier 2009 - 01:07

ISRAĂ‹L ASSASSIN
Ce jour ils tuent
Sans justifications

Un hôpital canonné par des chars


#7 LeGénéralAnonyme

LeGénéralAnonyme

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 672 messages

Posté 15 janvier 2009 - 01:34

Durant l'exposition, les travaux continuent.

#8 alzeno

alzeno

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 341 messages

Posté 15 janvier 2009 - 02:38

Comment ne puis-je pas dire amen à ce qu'ils font face à ce concert hétéroclites de critiques qu'elles soient fondées sur une émotion sincère ou cyniquement calculée.
Quand Israel se faisait bombardé à raison de 3000 roquettes par an, parfois sur des écoles -sans militaires à côté- je t'ai pas entendu mon cher Raz écrire en gras ton indignation...
Mais oui, c'est en effet inadmissible s'il n'y avait aucune raison pour le faire.
Toi qui est si malin, tu comprends quoi de ce type de déclaration de Ban Ki-Moon. ''le bilan des victimes à Gaza est inacceptable'' et plus loin: ''les habitants du sud d'Israël ont le droit de vivre sans peur. Un million d'Israéliens vivent jour et nuit sous la menace des missiles, et cela aussi doit définitivement cesser''.
Si c'est pas s'en laver les mains, ça...

#9 LeGénéralAnonyme

LeGénéralAnonyme

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 672 messages

Posté 15 janvier 2009 - 02:59

Silvia Cattori : Après le meurtre du Cheikh Yassine, leader spirituel du Hamas, en 2004, les autorités israéliennes ont justifié sa liquidation en affirmant qu’il était le Ben Laden palestinien. Ils ont répandu l’idée que le mouvement islamique du Hamas était lié à Al Quaida. A l’extérieur, quand les journalistes parlent du Hamas, c’est généralement pour présenter ses membres comme des « terroristes », et non pas comme des résistants. On vous a reproché d’avoir refusé le processus de paix d’Oslo, ce en quoi les faits vous ont donné raison. L’idée est largement répandue que « le Hamas n’accepte pas l’existence d’Israël…qu’aucun juif ne pourra rester en Palestine… que tout juif est une cible et doit être éliminé ». Que répondez-vous à ceux qui vous accusent de vouloir « jeter les juifs à la mer » et de refuser « le droit d’Israël à exister » ? Pouvez-vous préciser votre position politique sur ces points ?


Moshir al-Masri, porte-parole du Hamas Moshir al-Masri : Tout d’abord, permettez-nous de remercier tous les journalistes étrangers qui partagent les souffrances et la tristesse du peuple palestinien, qui sont dotés d’une conscience humaine, qui comprennent l’injustice qui pèse sur notre peuple et le défendent. Merci à tout journaliste, homme ou femme, qui accomplit sa mission professionnelle de manière objective et fidèle, sans biais pro-israélien.

En ce qui concerne le rejet de l’existence d’Israël et le refus du maintien des juifs en Palestine, permettez-nous de faire une distinction entre les juifs en tant que tels, c’est-à-dire en tant qu’adeptes d’une religion, que nous respectons et avec lesquels nous avons en partage une histoire honorable à travers l’histoire musulmane, et une occupation présente sur notre territoire. Le problème n’est donc pas un problème avec les juifs. Nous souhaitons la bienvenue aux juifs qui veulent vivre avec nous ; c’est là en l’occurrence une attitude permanente que nous constatons tout au long de l’histoire de l’Islam, y compris déjà à l’époque de notre Prophète, Muhammad. Non ; le problème, c’est qu’il y a une occupation qui pèse sur notre terre. Notre problème est donc avec cette occupation. Par conséquent, notre résistance est légale, en vertu de toutes les lois et règlements internationaux. D’ailleurs, la quasi-totalité des révolutions, dans le monde, ont eu pour finalité de chasser une occupation de leur territoire. Cela a été le cas au cœur de l’Europe et en Amérique et, par conséquent, nous avons le droit de nous défendre et de chasser l’occupant de notre sol. Des allégations sont soulevées, autour du mouvement Hamas, selon lesquelles ce mouvement chercherait à « jeter les juifs à la mer ». Ce sont là des propos fallacieux, infondés. Nous respectons le judaïsme en tant que religion et les juifs en tant qu’êtres humains. En revanche, nous ne respectons pas une occupation qui nous chasse de nos terres et exerce à notre encontre toutes les formes d’agression, au moyen des armes les plus atroces, utilisées contre notre peuple palestinien. Il en découle que la présence de cette occupation, on ne saurait l’accepter. Permettez-moi de vous donner un exemple, à ce sujet : si un homme possède une maison et que quelqu’un vienne occuper cette maison, et si ensuite le voleur accepte tout au plus de concéder une toute petite pièce de cette maison à son légitime propriétaire, au cours de ce qu’il appelle lui-même des « négociations », en lui disant : « tout le reste m’appartient », quelqu’un peut-il accepter une telle situation ? Est-il acceptable d’être chassé de chez soi et ensuite de reconnaître que sa maison appartient à celui qui l’a volée ? Et d’aller, par-dessus le marché, négocier avec le voleur pour tenter de récupérer une minuscule chambre, et supporter ses atermoiements ? Alors même qu’en plus, le voleur tue vos enfants, défonce vos cultures et détruit votre gagne-pain ? Non. Aucune religion n’accepte cela. Ni aucune personne dotée de raison.

S.C. - Fin 2002, quand j’ai rencontré le Dr Rantissi vous n’étiez pas encore forcés de vivre cachés. Depuis 2003, les choses se sont considérablement durcies : le Hamas a été inscrit sur la liste noire des organisations « terroristes » ; il y a eu l’assassinat du Dr Rantissi et de centaines d’autres cadres importants. Comment ressentez-vous le fait qu’aucune instance, aucun Etat occidental ne prenne en compte la gravité des violations de la légalité internationale par Israël, et fasse de vous un ennemi ? Que dans le cas d’Israël qui bafoue les principes de justice et la vie humaine, qui a violé plus de 65 résolutions du Conseil de Sécurité, le droit international ne s’applique pas ?

Moshir al-Masri : En ce qui concerne la classification du Hamas dans les mouvements « terroristes », je répondrai qu’assurément cette qualification n’est ni fondée, ni admissible : le Hamas exerce une résistance honorable et équilibrée. Dire de lui qu’il s’agirait d’un mouvement « terroriste » est inacceptable. Nous ne sommes pas des « terroristes », nous ne prônons pas l’assassinat, nous ne volons pas autrui et nous ne sommes pas les occupants, que je sache, pour être ainsi qualifiés ? ! ? Nous nous défendons face aux incursions, face aux arrestations, face aux assassinats ciblés, face à l’utilisation par Israël des armes les plus cruelles pour frapper sans pitié et arbitrairement des civils. Nous avons le droit de nous défendre. Mais il est évident que les Etats-Unis sont ouvertement de parti pris en faveur d’Israël. Et puis il y a aussi cette faiblesse de l’Europe face à la position américaine. Nous ne pouvons que constater qu’il en découle une connivence européenne avec Israël, fondée sur l’alignement pro-israélien de l’administration américaine. Nous appelons les citoyens du monde entier à réexaminer la nature du conflit palestino-sioniste et à comprendre, devant la trêve que nous avons observée et que les Israéliens ont violée, que le problème n’est pas du côté du peuple palestinien, pas du côté de sa résistance légitime, mais bien du côté de l’agression dont notre peuple est victime.

S.C. - Au moindre acte de résistance non violente ou violente, Israël vous envoie ses bombardiers. Vous n’êtes pas sans savoir qu’il vous harcèle pour vous pousser à la faute et justifier ensuite aux yeux du monde l’usage de la force. Face à la domination d’Israël, à qui les instances étatiques internationales donnent carte blanche pour vous massacrer, n’est-il pas suicidaire de vouloir riposter par les armes ?

Moshir al-Masri : Au sujet de ce qu’on a coutume d’appeler « l’équilibre des forces », permettez-nous d’insister sur le fait que tout pays occupé, dès lors qu’il lutte contre une occupation militaire, ne bénéficie certainement pas d’un rapport de force favorable. Sinon, si les forces étaient équilibrées, l’armée d’occupation ne pourrait pas maintenir une minute de plus son occupation du pays en question et de son peuple… Bien entendu, les forces sont totalement déséquilibrées, et nous sommes faibles. Mais faibles, nous le sommes en raison de notre manque d’armes, et certainement pas dans notre détermination et notre volonté de tenir face aux armes israéliennes ultramodernes et sophistiquées. Nous avons la volonté des montagnes. Nous avons pour nous le droit, et nous sommes prêts à tout sacrifier, je dis bien tout, pour recouvrer notre droit usurpé et violé. Par conséquent, cet équilibre des forces, il est vraisemblable que nous parviendrons, petit à petit, à le créer… De son début, jusqu’à son terme, l’Intifada a changé de tactique militaire, passant d’un mode d’action à un autre, jusqu’à être en mesure de porter des coups à l’ennemi et à arrêter son agression permanente contre notre peuple.

S.C. - Quelle a été la politique de Yasser Arafat vis-à-vis du Hamas ? Et quelle est aujourd’hui celle d’Abou Mazen ?

Moshir al-Masri : La politique vis-à-vis du mouvement Hamas du président disparu Abu Ammar [Yasser Arafat] – que Dieu l’accepte dans Sa miséricorde ! – était une politique fluctuante, variant d’un instant à l’autre. Une chose est sûre : en 1996, l’Autorité palestinienne a eu une politique faite d’arrogance et d’arbitraire à l’encontre du Hamas ; elle a jeté en prison ses militants et ses dirigeants, qu’elle a pourchassés jusqu’à imposer l’assignation domiciliaire au Shaïkh Ahmad Yassine. Nous avons patienté, nous avons surmonté nos blessures. Non pas par faiblesse, mais par respect pour le sang palestinien et afin de préserver l’union nationale. A l’inverse, il y a eu des périodes où la relation entre le Hamas et le président Abu Ammar était une relation solide : il y avait alors interaction. Cette relation, on le voit, n’était pas monocolore : au contraire, elle a pris de multiples colorations, des plus variées… En ce qui concerne, cette fois, nos relations avec le président Abu Mazen [Mahmud Abbas] : jusqu’ici, le président Abu Mazen est un homme faible. Nous sommes tombés d’accord avec lui sur beaucoup de points, mais les décisions prises n’ont pas trouvé de traduction concrète sur le terrain et, jusqu’à présent, il est impossible de procéder à une véritable évaluation de sa politique. D’une part parce que l’expérience n’est pas assez longue pour permettre cette évaluation, mais surtout, d’autre part, parce qu’Abu Mazen n’a mis en application réelle aucun projet politique sur l’arène palestinienne, à l’aune duquel nous soyons en mesure de le juger…

S.C. - Plus de 650 000 Palestiniens sont passés par les prisons israéliennes et beaucoup ont été soumis à des tortures traumatisantes. Il y a actuellement en Israël 9 200 prisonniers palestiniens. Comme vous le savez, la police du Shabak se sert de techniques sophistiquées pour les dégrader, les humilier, les transformer en collaborateurs. On peut s’étonner que l’Autorité palestinienne n’ait pas exigé avec plus d’insistance la libération des prisonniers, comme préalable à toute négociation ! Des centaines de militants du Hamas et du Jihad ont été arrêtés, au cours des derniers mois, en Cisjordanie. Ces arrestations et ces assassinats auraient-ils pu réussir de manière si massive, sans la collaboration des services de sécurité palestiniens avec le Shin Beth ?

Moshir al-Masri : En ce qui concerne les arrestations et les assassinats « ciblés », il faut savoir qu’ils n’auraient jamais pu se produire sans la coopération des services de sécurité palestiniens avec le Shin Bet. Nous affirmons qu’il y a eu un pacte, par lequel l’Autorité palestinienne s’est liée les poings face à l’ennemi israélien et qu’aux termes de ce pacte, il y avait une coordination sécuritaire qui a placé l’arène palestinienne dans une terrible impasse et dans des dissensions intestines. Les arrestations, les chasses à l’homme, les assignations domiciliaires n’ont pu être imposées aux militants et aux dirigeants du Hamas qu’en raison de cette coopération sécuritaire entre [responsables] palestiniens et israéliens. En ce qui concerne les assassinats ciblés et les arrestations, il est évident qu’il existe tout un réseau de traîtres, qui vont et viennent librement en Palestine. Ce sont eux qui jouent un rôle essentiel direct dans les opérations d’élimination israéliennes. Il en va de même des incursions et des rafles. Malheureusement, l’Autorité palestinienne n’a pas été à la hauteur de ses responsabilités, dans ce domaine, et nous n’avons pas voulu nous charger de cette tâche d’ordre public, afin de ne pas créer des dissensions dans l’arène palestinienne, et aussi afin qu’on ne puisse pas dire de nous que nous aurions été un Etat dans l’Etat. Nous ne dirigeons nos armes que contre ceux qui nous agressent et il incombe à la justice palestinienne de prendre ses responsabilités et de régler tout problème interne. Il est évident que l’Autorité palestinienne s’est elle-même liée les mains, en signant des accords qui nous interdisent de pourchasser les traîtres, qui pratiquent l’assassinat de nos concitoyens en désignant aux forces d’occupation les endroits où se cachent des Palestiniens [résistants] pourchassés, qu’elles recherchent afin de les arrêter, voire, plus fréquemment encore, de les assassiner.

S.C. – Il est apparu que l’Autorité palestinienne, après avoir mis son peuple dans une situation impossible - en l’appelant à la cessation de la lutte armée avant même la libération nationale – et après avoir signé avec Israël des traités « entre deux parties », a fait disparaître le terme « ennemi israélien » de son vocabulaire. Récemment le « droit au retour », a également été évacué du vocabulaire des dirigeants palestiniens qui parlent maintenant « d’une solution au problème des réfugiés » mais pas de droit. Pendant ce temps, l’argent se déverse à flot dans les caisses d’Abou Mazen. Est-ce un hasard ? Cet argent n’est-il pas destiné à acheter toute une élite politique et une classe moyenne susceptibles de renoncer à la lutte nationale de libération ? Quelle est aujourd’hui la position du Hamas vis-à-vis de l’Autorité palestinienne ?

Moshir al-Masri : En ce qui concerne la modification de la terminologie et de l’utilisation, ou de l’interdiction, de l’expression « ennemi israélien », l’Autorité palestinienne a œuvré, de conserve avec l’ennemi israélien, en vertu d’un accord sécuritaire conclu entre eux, à faire disparaître beaucoup de concepts et à tenter de les effacer de l’esprit des diverses générations de Palestiniens. Mais l’Intifada bénie d’Al-Aqçâ a remis ces définitions et ces concepts à l’ordre du jour, d’une manière encore plus forte qu’auparavant et, cela, grâce surtout aux agissements de l’occupant, faits de crimes et de massacres des plus horribles perpétrés contre les enfants de notre peuple.

Oui, il y a une faiblesse insigne, dans l’action de l’Autorité palestinienne, à bien des égards. Et comme par hasard, ce sont ses responsables qui veulent changer le vocabulaire. Mais les définitions du peuple ne sont pas celles des représentants de l’autorité. Il en va de même en ce qui concerne le droit au retour des réfugiés palestiniens. Quand un responsable palestinien parle de « résoudre le « problème » des réfugiés », on peut voir là une concession exorbitante, provenant de ce côté-là… Nous parlons ici des millions d’enfants de notre peuple (plus de cinq millions de Palestiniens) qui sont exilés, chassés, éparpillés dans la quasi totalité des pays du monde et qui ont le droit de revenir chez eux, sur leurs terres, dans leur patrie dont on les a chassés par la force. Ce sont là les termes qu’utilisent le peuple et les combattants. Ce que disent certains responsables palestiniens n’est pas représentatif de l’ensemble des palestiniens.

S.C. - Le Congrès pour le « droit au retour » réuni à Nazareth en décembre 2005, a mis en garde ceux qui veulent vous imposer la reconnaissance de l’Etat d’Israël en tant qu’Etat juif et évacuer le droit au retour. Ce droit demeure-t-il pour vous la pierre d’achoppement, « un droit inaliénable » sur lequel nul ne peut revenir ?

Moshir al-Masri : En ce qui concerne l’imposition d’une reconnaissance arabe et palestinienne de l’Etat d’Israël en tant qu’Etat juif et la reconnaissance du fait accompli, je pense que cette reconnaissance de l’Etat d’Israël est extrêmement dangereuse, car elle signifie l’abandon du droit palestinien, et elle signifie que la politique du fait accompli s’est imposée définitivement au monde arabo-musulman. Nous accueillons à bras ouverts les juifs en tant que tels, mais nous n’accueillons pas à bras ouverts une occupation qui écrase notre terre et notre peuple. Comme je l’ai déjà dit, nous ne pouvons accepter d’être chassés de chez nous, de nos maisons, de nos terres, après quoi nous reviendrions prendre possession d’une portion congrue de ces terres et nous reconnaîtrions au voleur la propriété de tout le reste, en disant que cela lui revient de droit et en consacrant ce droit devant le monde entier. C’est la raison pour laquelle, nous, au Hamas, nous mettons en garde toutes les parties prenantes contre les conséquences terribles qu’aurait le fait de tomber dans le piège israélien consistant à consacrer la politique israélienne des faits accomplis.

S.C. - L’autorité palestinienne a tout misé sur la création d’un Etat palestinien indépendant. Mais les Palestiniens étaient-ils prêts à accepter un Etat sur 8 % des terres historiques pour tout règlement des torts causés par Israël depuis 1948 ? Un Etat unique où juifs et non juifs vivent avec des droits égaux ne serait-il pas une solution plus équitable ?

Moshir al-Masri : Je tiens à dire que le mouvement Hamas croit aux solutions par étapes, mais pas aux solutions basées sur des concessions. C’est ce qu’avait affirmé le Shaïkh Yassine, fondateur et dirigeant du Hamas, il y a plus de quinze ans. Il avait dit : « Nous pouvons accepter la création d’un Etat en Cisjordanie, dans la bande de Gaza et à Jérusalem Est, avec le retour des réfugiés et la libération de tous les prisonniers. C’est alors que nous pourrons signer une trêve sur le long terme, pour dix ans s’il le faut, voire même plus ». Mais il est évident que l’ennemi sioniste veut perpétuer son occupation. La preuve en est que Sharon, après avoir vendu son retrait de Gaza, en le présentant comme une « concession douloureuse », revient à Gaza et y assassine, y bombarde, y frappe, et revient au nord de la bande de Gaza pour y établir un no man’s land. On le voit : il ne connaît que le langage de l’occupation. Il ne sait pas ce que veut dire une trêve, comme le montre sa violation de la trêve actuelle, et il ne connaît pas le langage de la paix. Il ne connaît que le langage du crime et de la terreur contre notre peuple. Par conséquent, nous confirmons notre adhésion à des solutions par étapes, mais, en contrepartie, nous ne saurions reconnaître l’occupation de notre territoire. C’est pourquoi le reste du monde doit se rassembler afin de se tenir aux côtés de notre peuple endeuillé et meurtri, dont le territoire est occupé, dont les lieux saints sont violés et dont les enfants sont les victimes de la pire agression. Quant à la création d’un Etat qui réunirait les juifs et les Palestiniens, nous n’avons cessé d’affirmer – mais je veux bien le réaffirmer encore une fois – que nous avons vécu avec les juifs tout au long de l’histoire islamique, qu’en tant que Dhimmis, dans l’Etat musulman, ils bénéficiaient des mêmes avantages et ils étaient soumis aux mêmes obligations que nous ; ils faisaient partie de notre patrie. Encore une fois : le problème n’est pas avec les juifs. Le seul problème que nous ayons, c’est avec l’occupation israélienne.

S.C. - Après le retrait des colons de Gaza, la communauté internationale a considéré ce retrait comme une avancée vers la paix. Or ; où est la paix ? Votre mouvement a affirmé que Gaza était libérée. Or, ceux qui l’ont visitée récemment ont rapporté que le million et demi de Palestiniens qui l’habitent, demeurent sous le contrôle absolu d’Israël ; surveillance et coercition qui vont encore s’accroître par la construction par Israël de la triple barrière munie de mitrailleuses télécommandées, de détecteurs électroniques et optiques. Plutôt que de parler de libération, pourquoi n’avoir pas dénoncé le fait que les habitants de Gaza sont emmurés derrière des barrières, dans un camp de concentration ?

Moshir al-Masri : Oui. Il est clair que ce qu’a voulu vendre Sharon, c’est un mensonge. En effet, le retrait de la bande de Gaza n’est pas un véritable retrait, ni un retrait total. Israël continue à occuper l’espace aérien de Gaza : ses avions ne cessent de survoler Gaza, les bombardements continuent et les simulacres d’attaques aussi, ainsi que les assassinats ciblés depuis les airs, par drones et missiles. Il en va de même de l’encerclement terrestre et maritime, y compris du point de passage de Rafah, qui est l’unique issue laissée au peuple palestinien vivant dans la bande de Gaza : il est truffé de caméras, il y a des commissions sécuritaires mixtes, qui interrogent toute personne qui entre dans la bande de Gaza ou qui en sort, même s’il n’y a plus de présence militaire israélienne effective. Il en résulte que nous vivons dans une immense prison, dans la bande de Gaza, et que l’ennemi israélien n’a fait aucune concession. Il ne s’est retiré de Gaza que sous les coups de la résistance : il a lui-même reconnu ne plus pouvoir supporter le fardeau sécuritaire qui pesait sur ses épaules en raison de son occupation de la bande de Gaza, en particulier dans les colonies, en butte aux frappes de la résistance palestinienne, en dépit des moyens rudimentaires de celle-ci, qui a néanmoins réussi à atteindre l’ennemi israélien en lui infligeant une dure leçon et en lui apprenant que la terre palestinienne ne saurait tolérer la perpétuation de son occupation par Israël.

S.C. - Contrairement à l’ANC en Afrique du Sud, ni Arafat ni Abou Mazen n’ont jamais appelé au boycott international, ni à la lutte civile, ni à des sanctions punitives contre Israël. Le président de l’Université palestinienne Al Quds s’est même élevé contre le boycott des universités israéliennes lancé par des Britanniques. Comment expliquez-vous une telle soumission à Israël, alors que les Palestiniens attendent de leurs autorités qu’elles défendent leur cause ?

Moshir al-Masri : Il est clair que l’Autorité palestinienne est en train de connaître une dérive dangereuse et que certains de ses dirigeants s’accrochent à leur fauteuil. Ils sont prêts à faire toutes les concessions possibles et imaginables. C’est ce dont nous nous sommes rendu compte, avec le genre d’accord qu’ils ont signés : il n’y avait pas de position solide de l’Autorité palestinienne qui fût en mesure de mettre un terme à l’agression sioniste contre le peuple palestinien. Le discours dominant, c’était celui des concessions : c’est cette langue des concessions qui s’est imposée la plupart du temps, à un point tel que le président d’une université palestinienne a osé protester, vous avez tout à fait raison, contre le boycott des universités israéliennes, comme si nous vivions avec Israël dans un même cadre, en oubliant totalement notre sang versé, la confiscation de nos terres et la mise sous occupation de toutes les possibilités du peuple palestinien ! Oui, hélas, il y a une soumission, de la part de l’Autorité, à l’administration israélienne, en échange de non-concessions israéliennes vis-à-vis de l’Autorité. Et cela, parce que celle-ci s’est liée les mains avec des accords dont elle est incapable de s’extraire, au moment même où Sharon et consorts nient les accords dont il est question, en déclarant que les accords d’Oslo n’ont plus d’existence pratique, sur le terrain.

S.C. - Les parlementaires européens - gauche et droite - ont voté en 2004, à une large majorité, une résolution dite " Paix et Dignité au Proche-Orient" qui exige de l’Autorité palestinienne de mener une lutte contre les actes de terrorisme. Cette résolution :
« réitère sa ferme condamnation ainsi que le rejet de tout acte de terrorisme commis par des organisations terroristes palestiniennes contre le peuple israélien, et exige que l’Autorité nationale palestinienne mène une lutte sans merci contre ces actes de terrorisme jusqu’au démantèlement total de ces organisations »
« déclare expressément que le terrorisme palestinien, que ses victimes soient civiles ou militaires, non seulement est responsable de nombreuses victimes innocentes, ce qui le rend des plus condamnables, mais en plus nuit gravement au processus de paix que l’on veut reprendre ». _ Que dites-vous à l’Europe ?

Moshir al-Masri : En ce qui concerne les « terroristes », et l’affirmation selon laquelle la résistance non seulement tuerait des innocents, mais ferait obstacle au processus de paix, nous disons : « Observons attentivement et précisément la scène palestinienne et les événements qui s’y sont produits depuis la signature de l’accord de paix entre Palestiniens et Israéliens. Qui a commencé à tuer ? Qui a perpétré des massacres le premier ? Comment l’Intifada d’Al-Aqçâ, que nous continuons à vivre aujourd’hui, a-t-elle débuté ? Ne serait-ce pas, par hasard, avec la visite provocatrice de Sharon à la Mosquée Al-Aqçâ, bénie et sainte pour les musulmans et pour le peuple palestinien ? Les fidèles [musulmans] ayant protesté, les forces de l’occupation ont abattu des dizaines d’entre eux, en quelques instants. C’est alors que les foules se sont levées, partout, afin de défendre leurs lieux saints, comme c’était leur droit et leur devoir. La première Intifada, quant à elle, n’avait-elle pas éclaté après qu’un colon eut écrasé volontairement sept ouvriers palestiniens à Jabalya ? Par conséquent, nous défendons notre peuple, et ceux qui nous qualifient de « terroristes » se trompent ; ils doivent reconsidérer leur appréciation. Nous ne sommes pas des « terroristes ». Nous prônons la vie, nous prônons un projet de libération, nous défendons la dignité et la légitime fierté. Il faut que le monde européen cesse d’être le complice de l’Amérique, dans son alignement patent sur l’ennemi israélien. Si vous étudiez et examinez précisément les problèmes en jeu sur l’arène palestinienne, vous comprendrez que, dans la quasi totalité des cas, c’est l’occupation qui provoque les problèmes.

S.C. - Le récent succès électoral du Hamas a jeté un vent de panique au sein de l’Autorité palestinienne. Pensez-vous qu’après avoir régné durant douze ans en maître absolu, s’être enlisée dans des négociations « de paix » qui ne menaient qu’à plus de souffrances pour les Palestiniens, sera-t-elle capable de renoncer aux privilèges acquis aux dépens de son peuple et d’accepter le message que ce dernier lui envoie ?

Moshir al-Masri : Nous pensons qu’un des principes de la démocratie, c’est l’acceptation des résultats des élections. La nation n’est le monopole de personne, elle appartient à tout le monde. Le mouvement Hamas tient à rassurer tout le monde, l’Europe, l’Amérique et le monde entier, ainsi que l’Autorité palestinienne : nous n’avons nullement l’intention de prendre la place de qui que ce soit dans ces élections, ni de contester quiconque. Nous voulons consacrer une nouvelle étape, celle de la participation politique, afin d’en finir avec l’exclusive dans la prise de décision politique palestinienne. Cette étape sera aussi celle de l’union nationale face aux défis propres à cette étape : ce peuple qui a fait les plus grands sacrifices pour contraindre l’occupant à se retirer d’une partie de son territoire doit aujourd’hui pouvoir vivre une vie tranquille et décente, loin des manifestations d’anarchie et d’insécurité, provoquées la plupart du temps par les services dits « de sécurité » eux-mêmes, loin du système du piston et des pots-de-vin, loin de la perte des repères, du vide devant l’inconnu, qui dominent actuellement la scène palestinienne. C’est la raison pour laquelle le Hamas a voulu participer sans plus tarder aux élections législatives, afin de tenter de sauver la scène palestinienne de cette situation délétère.

S.C. - C’est pour le peuple palestinien une situation on ne peut plus déprimante. Rien de ce que l’Autorité palestinienne avait promis n’a été réalisé. Mais si les Palestiniens lui ont tourné le dos, cela ne veut pas dire, pour autant, qu’ils adhèrent à votre programme ?

Moshir al-Masri : Il est clair qu’en raison de la monopolisation du pouvoir par l’Autorité palestinienne, qui prend seule toutes les décisions concernant l’avenir du peuple palestinien depuis dix ans, et d’autre part du succès du mouvement Hamas et de son programme en matière de résistance légitimement reconnue par le droit international et du fait que ce mouvement a été le porteur des préoccupations du peuple palestinien et de la bannière du changement et de la réforme, on a assisté à un rassemblement populaire autour du Hamas. De plus, le peuple palestinien est un peuple musulman en majorité. Or, le Hamas est un mouvement musulman, qui veut que notre peuple vive l’Islam comme une réalité concrète autant que cela nous est possible. Il est clair que l’Autorité palestinienne n’a pas tiré les leçons de ses erreurs, et que sa situation est déplorable. Elle est même incapable de tenir tête à ceux de ses membres qui pratiquent des enlèvements d’étrangers, qui nuisent à l’image honorable de notre peuple, ou qui pratiquent les occupations de diverses institutions, le racket et l’intimidation. Tout ceci fait que l’Autorité palestinienne traverse une période de grande faiblesse et de décomposition. C’est la raison pour laquelle nous avons tenu à participer aux élections, afin que l’Autorité recouvre son prestige et que le droit retrouve sa primauté. Nous voulons créer une Autorité palestinienne respectable, afin que le peuple palestinien puisse la respecter.

S.C. - Sauf à Ramallah, durant l’année écoulée, lors des élections locales, le Hamas a récolté plus de 50 % des voix. Le FPLP, parti de gauche, a dans certaines villes fait alliance avec vous. Cela tend-il à démontrer qu’il ne s’agit pas de voter pour une religion mais pour des hommes et des femmes intègres qui, contrairement aux cadres du Fatah, n’ont jamais abandonné la lutte de libération ?

Moshir al-Masri : Le fait que le Hamas conclut des alliances avec le Front Populaire de Libération de la Palestine ou d’autres organisations, confirme qu’il n’est pas un mouvement sectaire, ni sclérosé, ni replié sur lui-même. Le Hamas est un mouvement qui s’affirme comme une page ouverte à tous, comme un mouvement prêt à s’allier avec tous les enfants de notre peuple palestinien, afin de défendre les intérêts supérieurs de notre peuple, dans le cadre d’un changement et d’une réforme réels dans l’arène palestinienne. C’est de là que découle le soutien apporté par le Hamas à une candidate de gauche à la mairie de Ramallah, soutien qui n’est pas un cas unique, loin de là. Nous disons à tous que nous ne voulons prendre la place de personne, nous ne voulons évincer personne. Nous voulons vivre une existence digne et tranquille, à l’abri de tous les phénomènes que connaît la scène palestinienne depuis dix ans. Nous voulons convenir d’une stratégie bien définie qui protège les droits du peuple palestinien et préserve ses avancées, sans considération sur les appartenances de ces alliés : il suffit qu’ils soient Palestiniens et qu’ils veuillent servir la cause du peuple palestinien.

S.C. - Pourquoi avez-vous pris le parti de participer à ces élections alors que le Jihad islamique, lui, s’est abstenu ? Des élections sous occupation ne détournent-elles pas les Palestiniens de l’essentiel ? La priorité n’est-elle pas de nouer le dialogue inter-palestinien pour relancer la lutte nationale ?

Moshir al-Masri : Quelles sont les priorités du Hamas, dans la période actuelle ? Mettons les points sur les « i » : le Hamas a trois priorités, dont aucune n’est caduque, ni moins importante que les autres. La première priorité, c’est le renforcement de l’unité interne, étant donné que c’est cette unité qui est à même de protéger l’arène palestinienne contre tout développement dangereux. La seconde, c’est le renforcement de la participation politique, qui représente une option susceptible de sauver la scène palestinienne du marasme actuel. Le troisième point, c’est le renforcement du programme de la résistance en tant que choix stratégique de notre peuple, tant qu’une occupation continuera à peser sur notre terre et tant que se poursuivra l’agression continue contre notre peuple. Ce choix a été celui de toutes les révolutions de par le monde, y compris en Europe et en Amérique. Il s’agit d’un choix reconnu par le droit international.

S.C. - La participation du Hamas aux élections législatives palestiniennes, dans les territoires sous contrôle de l’Autorité Palestinienne, a été mise en cause par Javier Solana. Celui-ci, reprenant la menace des Etats-Unis, a fait pression sur les Palestiniens en affirmant que si le Hamas remportait les élections, l’aide financière de l’Europe serait suspendue. Ce qui indique que l’Europe ne reconnaît pas aux Palestiniens le droit de choisir leurs propres représentants ni celui de résister. Ce chantage, qui menace les Palestiniens d’un étranglement financier, donc de les rendre encore plus faibles face à l’occupant, empêchera-t-il les Palestiniens de voter pour les candidats du Hamas ou du FPLP ?

Moshir al-Masri : En ce qui concerne la question de savoir si les menaces européennes et les menaces américaines de couper les aides sont susceptibles de dissuader notre peuple de soutenir le Hamas, je répondrai que je pense que les déclarations tant européennes qu’américaines à cet effet ont coïncidé avec la quatrième étape des élections municipales palestiniennes, en particulier dans les plus grandes villes. Or, quel en a été l’effet ? Le Hamas a remporté les élections dans les plus grandes villes palestiniennes, comme Naplouse, El-Biréh, Ramallah ou Jénine. Par conséquent, notre peuple palestinien est un peuple qui compte essentiellement sur Dieu – Qu’Il soit exalté ! – et qui connaît ce verset coranique « C’est dans le ciel que se trouve la véritable vie qui vous a été promise ». Le peuple sait très bien qu’il y a un complot international ourdi contre lui. Par conséquent, il veut choisir ceux qui seront capables de porter sa préoccupation et ceux dont il sait, de confiance, qu’ils seront dignes de la mission qu’il leur aura confiée, par la grâce de Dieu ! Nous, au Hamas, nous avons fait nos preuves, au fil des années, dans de nombreuses institutions, syndicats, coopératives, ou autres, et nous avons donné un exemple à suivre. C’est en connaissance de cause que le peuple palestinien nous a élus, c’est en raison de sa confiance. Par conséquent, la provocation de l’administration américaine qui, aux dires des responsables de l’Autorité palestinienne, n’accorde au peuple palestinien que des miettes qui ne représentent pratiquement rien dans le budget palestinien et la position européenne, voire même les déclarations de Javier Solana dont je ne pense pas qu’elles reflètent une position européenne bien étudiée qui représente vraiment tous les Etats membres de l’Union européenne, vous savez… Disons que je ne considère pas que la dernière position adoptée par le Quartette soit une position d’une grande fermeté. Il s’agit plutôt de l’expression d’un recul : après avoir refusé la participation du Hamas aux élections, certains partenaires internationaux ont dépassé ce blocage, après avoir constaté la détermination et la volonté des Palestiniens, ainsi que l’unanimité sur la nécessité de la participation de tous à ces élections. Les puissances étrangères opposées à notre participation ont commencé à brandir la menace de la suspension des aides économiques, puis elles ont cessé de le faire après avoir constaté que cela ne dissuaderait en rien les Palestiniens de voter pour le Hamas. Elles se sont alors contentées de formuler des mises en garde contre la participation du Hamas à tout gouvernement palestinien à venir. Je suis persuadé que les partenaires internationaux se verront contraints de composer avec une réalité nouvelle pour eux : le mouvement Hamas est une composante authentique du peuple palestinien, il fait partie de ceux qui déterminent la décision politique palestinienne.

S.C. - La position du Quai d’Orsay, était plus nuancée que celle de Solana : « Nous pensons qu’il est important que le processus électoral qui a été engagé dans les territoires palestiniens puisse se dérouler normalement…Le Hamas demeure inscrit sur la liste « des organisations terroristes de l’Union européenne, tant qu’il n’aura pas renoncé à la violence et reconnu l’Etat d’Israël. Pour notre part, nous suivons avec intérêt ce qui se passe et cette évolution du Hamas sur le plan politique ». Vous paraît-il possible de renoncer à la lutte armée et de reconnaître l’existence de l’Etat juif d’Israël ?

Moshir al-Masri : En ce qui concerne la reconnaissance de l’Etat d’Israël et le renoncement à la lutte armée, je réponds : comment le Liban s’est-il libéré ; comment beaucoup de pays européens se sont-ils libérés, et comment l’Amérique du Nord s’est-elle libérée ? N’est-ce pas en chassant les puissances qui les occupaient ? Cela fait dix ans que nous essayons de négocier : pour quel résultat ? Le résultat, n’est-ce pas l’inconnu ? Le résultat, n’est-ce pas le vide ? Qu’est-ce que l’Autorité palestinienne a récolté ? Qu’est-ce que le peuple palestinien a récolté ? Rien, sinon des malheurs, la destruction, le recul de la cause palestinienne pour des lustres… On ne peut pas continuer à faire ce genre d’expérience vouée à l’échec ni accepter une occupation qui s’incruste, qui continue à tuer, à massacrer, à perpétrer la terreur contre le peuple palestinien. Nous disons que le Hamas est un mouvement ouvert, prêt au dialogue avec qui le souhaite à la lumière des intérêts supérieurs du peuple palestinien. Mais un dialogue avec l’occupation sioniste, c’est un dialogue qui a échoué, bien qu’il ait été tenté sur la base des plus grandes concessions de notre part, en échange de rien du tout, du côté israélien.

S.C. - De savoir que les dirigeants des pays démocratiques ont systématiquement refusé de sanctionner Israël qui viole les Conventions de Genève - démolitions de maisons, exécutions sommaires, arrestations arbitraires, assassinats d’enfants - et aussi de savoir que les associations en faveur de la Palestine ont collaboré avec l’Autorité palestinienne qui était un système corrompu et répressif, vous choque-t-il ? Ne pensez-vous pas que votre meilleure arme est de mieux expliquer à l’opinion internationale quel type de soutien les Palestiniens sous occupation militaire attendent ?

Moshir al-Masri : Oui, cela me choque. Effectivement, nous avons besoin d’une vaste campagne médiatique. Mais il est évident que les sionistes, leurs séides et leurs amis possèdent des moyens d’information extrêmement puissants qui écrasent les nôtres. Israël a violé la quasi totalité des résolutions du Conseil de sécurité de l’Onu, ainsi que toutes les Conventions de Genève, en perpétrant les pires crimes terroristes contre notre peuple : destruction de maisons, de terres agricoles, assassinat délibéré d’enfants innocents et, cela, sans qu’il ne juge le moindre soldat responsable de ces assassinats, notamment d’enfants, comme celui du jeune Muhammad Al-Durra, auquel le monde entier a assisté : on l’a vu crier, supplier. En vain. Le résultat ? Le soldat responsable d’avoir tué délibérément a été emprisonné pendant un mois à peine. Cela équivalait purement et simplement à se gausser du sang palestinien répandu. Oui ; il nous faut dénoncer toutes ces exactions israéliennes, toutes les violations israéliennes des résolutions du Conseil de sécurité, et aussi celles des Conventions de Genève. Nous avons besoin des efforts des journalistes européennes et européens, des juristes, de toutes les personnes et instances porteuses du sens du mot « humanité », qui comprennent ce que l’occupation signifie et qui connaissent l’horreur du crime et du terrorisme sionistes à l’encontre de notre peuple, afin qu’ils fassent comprendre au monde, autant qu’il leur est possible, quelle est la véritable situation. Nous savons qu’il existe une connivence entre les régimes politiques européens et l’ennemi israélien, mais nous savons aussi qu’il y a chez vous, en Europe, des gens qui défendent les valeurs humaines, et nous leur serrons fraternellement la main, en les priant de multiplier les contacts avec nous.

S.C. - Autrement dit, Israël aura le beau rôle aussi longtemps que l’opinion n’aura pas compris que la racine de ce conflit ce n’est pas la religion mais la lutte d’un peuple pour garder sa terre, et aussi l’expulsion des trois quarts des Palestiniens, en 1948, pour installer, à leur place, des gens de confession juive venus de partout. Tant que ce déni de l’histoire perdure il est facile à Israël de renverser les responsabilités et d’accuser de terrorisme ceux qui relèvent la tête. Si vous obtenez une majorité aux élections législatives, êtes-vous prêts à rencontrer les responsables politiques européens pour leur rappeler que le point central du conflit est l’expropriation et l’épuration ethnique des Palestiniens par Israël ? Et de façon plus générale, que pensez-vous faire ?

Moshir al-Masri : Si nous remportons la majorité lors des élections législatives, nous aviserons. Mais, sur le plan du dialogue avec l’Europe et les États-Unis, le Hamas n’a d’hostilité envers personne, et nous sommes prêts à dialoguer avec qui voudra dialoguer avec nous. Nous avons dialogué avec l’Europe, notamment avec des parlementaires européens, et nous avons instauré un dialogue avec des universitaires américains, à Beyrouth (mais il ne s’agit pas de personnes détentrices d’un quelconque pouvoir exécutif aux États-Unis). Le Hamas est un mouvement ouvert à tous, et certainement pas un mouvement rigoriste, ni un mouvement complexé. Bien entendu, le Hamas est un mouvement porteur d’un projet islamique, qui veut que tout le monde vive en liberté et dans la dignité, et donc que notre peuple vive libre et dans la dignité. Ce que nous demandons au monde, c’est de ne pas s’aligner, de ne pas persister dans son alignement patent, meurtrier et provocateur sur l’ennemi sioniste, au prix des intérêts nationaux du peuple palestinien. Nous sommes prêts à dialoguer avec tout partenaire, mis à part Israël, qui perpétue l’occupation et l’agression contre notre peuple palestinien, afin d’expliciter ce qui doit et peut l’être et de mettre tout un chacun au courant de ce qui se passe sur la scène palestinienne, et aussi afin de rappeler à nos partenaires que le problème, c’est l’occupation et l’agression, et en aucun cas notre peuple ni sa résistance légitime. Le problème est du côté de ceux qui sont venus chasser notre peuple de chez lui et en occuper les terres. Par conséquent, nous sommes persuadés que le monde libre doit s’efforcer de faire en sorte que le peuple palestinien vive libre, dignement, comme il vit lui-même.

Nous vous remercions tous.

#10 alzeno

alzeno

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 341 messages

Posté 15 janvier 2009 - 03:29

bien mon général, et tu en penses quoi de cette "interview"?

#11 LeGénéralAnonyme

LeGénéralAnonyme

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 672 messages

Posté 15 janvier 2009 - 03:34

Attends d'abord je met tout ce que je trouve, ensuite je pense (et j'ai peu de temps à consacrer à Gaza, et je connais peu le Hamas). Bon c'est vrai, il faut parler du contexte de l'article posté : il est publié sur le réseau Voltaire. Le premier vient de causeur, j'ai mis le lien.

L'affaire Gaza est-elle une nouvelle affaire Dreyfus ? La réponse dans quelques années.

#12 alzeno

alzeno

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 341 messages

Posté 15 janvier 2009 - 04:07

ah Raz! il semblerait que tireurs des mortiers s'étaient postés sur le complexe de l'UNRWA. Si c'est pas joli comme acte de résistance... le plus tragique c'est que ces fameux résistants détournent des convois humanitaires, pour revendre et contenu à leur population chérie, s'en mettre sous le coude et acroître la pénurie...

Voilà un autre son de cloche d'une femme syrienne, détestée par les fondamentalistes, mais heureusement écoutée par beaucoup de musulmans:

http://www.mediarabe...php?article1644

#13 Invité_zara_*

Invité_zara_*
  • Invité

Posté 15 janvier 2009 - 05:08

J’ai confectionné ce texte pour redonner un peu sa dimension à la religion musulmane, qui est prise sous les feux de la rampe depuis belle lurette. Dans son dogme, l’islam est l’une des religions qui brille par l’humanisme. Bien sûr, je ne me voile pas la face devant toutes les dérives sociales qui ont découlé de plusieurs passages du Coran, en particulier la condition infâmante laissée aux femmes en terre musulmane. Mais la foi est une affaire très émotionnelle et profonde chez les personnes qui la vivent, on ne peut pas la mépriser. Alors j’espère que ces extraits redoreront le lustre de ce monde au grand cœur, nos frères et sœurs méditerranéens.





Universalisme

Puisqu’il y a eu, selon Muhammad, 124 000 prophètes dans l’humanité, et que 27 seulement sont mentionnés dans le Coran, il faut bien explorer l’histoire : Bouddha, Zoroastre et Akhenaton, par exemple, ont été pressentis comme des prophètes par les savants musulmans.

Cela signifie que la source de la Révélation est unique dans le principe, mais plurielle dans le déroulement de l’Histoire. Le Coran évoque la « Religion primordiale », ou adamique, dont toutes les religions historiques seraient issues. Chaque croyant sera rétribué pour sa foi et son observance de sa propre religion.



« À chacun de vous, Nous avons donné une voie et une règle » (Coran 5 : 48)

« Ceux qui croient, ceux qui pratiquent le judaïsme, ceux qui sont chrétiens ou sabéens, ceux qui croient en Dieu et au Jour dernier, ceux qui font le bien : voilà ceux qui trouveront une récompense auprès de leur Seigneur. Ils n’éprouveront alors plus aucune crainte, et ne seront pas affligés » (Cor. 2 : 62).

« Nous autres, prophètes [tous les prophètes, bouddhistes autant qu’égyptiens, etc.], sommes tous les fils d’une même famille ; notre religion est unique » (parole de Muhammad rapportée par Bukhârî)

« Quiconque fait du mal à un chrétien ou à un juif sera mon ennemi le jour du Jugement. » (issu de la tradition)



Amour et Ă©thique

Selon le Coran, nous sommes sur la sente étroite qui a marqué la rupture originelle entre Dieu et Sa Négation, Iblîs [Le diable]. Le modèle éthique de l’homme de foi est ce marcheur vers le salut qui se méfie jusqu’à tituber et biaiser sur le chemin aux deux bordures si souvent équivoque.


« A celui qui est dans la gêne, accordez un sursis jusqu'à ce qu'il soit dans l'aisance. Mais il est mieux pour vous de faire remise de la dette par charité ! Si vous saviez ! » (Cor. 2:280)

« La bonne action et la mauvaise ne sont pas pareilles. Repousse le mal par ce qui est meilleur ; et voilà que celui avec qui tu avais une animosité devient tel un ami chaleureux. » (Cor. 41:34)

« La sanction d'une mauvaise action est une mauvaise action identique. Mais quiconque pardonne et réforme, son salaire incombe à Dieu. » (Cor. 42:40)

« Les serviteurs du Tout Miséricordieux sont ceux qui marchent humblement sur terre, qui, lorsque les ignorants s'adressent à eux, disent: "Paix". » (Coran, 25: 63)

« Aucun d'entre vous ne croira vraiment, à moins qu'il n'aime pour son frère ce qu'il aime pour lui-même. » (issu de la tradition)

« La bonté pieuse ne consiste pas à tourner vos visages vers le Levant ou le Couchant. Mais la bonté pieuse est de croire en Allah, au Jour dernier, aux Anges, au Livre et aux prophètes, de donner de son bien, quelque amour qu'on en ait, aux proches, aux orphelins, aux nécessiteux, aux voyageurs indigents et à ceux qui demandent l'aide et pour délier les jougs […]. » (Cor. 2:177)



« La vraie richesse d'un homme en ce monde se mesure au bien qu'il a fait autour de lui. » (issu de la tradition)

« Combattre le mal par le bien est honorable, lui résister par le mal est funeste. » (issu de la tradition)





Je l’ai dit plus haut, et mon travail bibliographique B) pour construire cet article me le confirme : le Coran abrite de nombreuses controverses. Je me borne ici à ne rendre qu’une partie du dogme, une des meilleures. Il n’était pas question d’exégèse ou même de religion. Mais juste d’ouvrir des portes.





on pe oci lire les verset satanique de salman rushdie hein?

g une question: on donne israel au "peuple juif" et en cinq ans a peu pres, israel devient un des états le puissant armée, et un des mieux doté en armes nucléaire?!

ils devaient avoir ke ça a foutre....

leur gouvernement est bien d'extrem droite hein?! ou je me trompe?!

uai, une fois j'ai appris que les juif et les arabes là bas travaillaient ensemble pour aider les populations, c'était pas des officiels, ni organisation reconnue; par contre j'attends encore de lire un article publique par un "ex-membre" de l'etat d'israel dénonçant autant l'idéologie sioniste (whatever!) et fanatique qui s'en suit...

une fois encore, si les femmes peuvent faire quelques choses ben tient KENY ARKANA; elle fait pas que du rap... parce que le problème, outre l'horreur, se trouve déjà entre nos murs...

#14 Comtoise

Comtoise

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 044 messages

Posté 15 janvier 2009 - 05:28

Vous avez toujours pas fini avec ce sujet ?

#15 senelbi

senelbi

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 435 messages

Posté 15 janvier 2009 - 05:31

ah Raz! il semblerait que tireurs des mortiers s'étaient postés sur le complexe de l'UNRWA. Si c'est pas joli comme acte de résistance... le plus tragique c'est que ces fameux résistants détournent des convois humanitaires, pour revendre et contenu à leur population chérie, s'en mettre sous le coude et acroître la pénurie...

Voilà un autre son de cloche d'une femme syrienne, détestée par les fondamentalistes, mais heureusement écoutée par beaucoup de musulmans:

http://www.mediarabe...php?article1644



Tout ce qui est excessif est dérisoire ! ! !

#16 alzeno

alzeno

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 341 messages

Posté 15 janvier 2009 - 05:44

Voila une belle initiative. Wafa Sultan oeuvre pour une lecture de l'Islam proche de la tienne. Elle a créé un mouvement dans ce sens je crois.

Senelbi, les exemples qu'elle cite sont-ils dérisoires? Chacun en tirera certes les conclusions qu'il veut...

#17 Comtoise

Comtoise

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 044 messages

Posté 15 janvier 2009 - 05:55

Cher Alzeno


Tu devrais laisser tomber la partie


Je t'entends très bien parce-que je suis intelligent


HĂ©las la grande intelligence comme la tienne et la mienne et celle de beaucoup d'autres



ne peut mathématiquement pas convaincre ceux qui ne la possèdent pas


Sans animosité aucune envers les moyennements intelligents


C'est ainsi


Nul n'y est pour rien


Amicalement tous

#18 Victorugueux

Victorugueux

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 16 266 messages
  • Une phrase ::Savoir se taire c'est déjŕ beaucoup mieux que des bavardages incessants... Oui ! Le repos c'est une chose qui nous aide

Posté 15 janvier 2009 - 06:08

juste une remarque pour Alzeno quelles sont les densités de bombes et d'habitants? Israël et très peu peuplé par rapport à gaza et c'est pareil pour les bombes c'est tellement asymétrique que je ne ferais pas d'autres commentaires

#19 Reilly

Reilly

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 78 messages

Posté 15 janvier 2009 - 11:22

(Analyse d'un blogueur français)

Destruction de la société palestinienne: le modèle irakien

[note : la première partie expose ce fameux modèle irakien, c'est une analye du conflit entre les Etats-UNis et l'Irak. Dans une seconde partie est exposé le parallèle entre le modèle irakien et la situation en Palestine.]

"De nombreux commentateurs critiquent la manière employée à Gaza, sa violence, son terrible coût humain, les destructions massives... Nombreux également s'interrogent sur la possibilité pour Israël d'atteindre son but de guerre annoncé (faire cesser les tirs de roquette depuis Gaza, affaiblir durablement le Hamas...). En réalité, le simple fait de constater que la manière de mener la guerre revient, très exactement, à obtenir l'inverse du but annoncé (le Hamas sera renforcé, la violence durablement ancrée...), devrait mener à comprendre que cela n'est pas du tout la bonne façon d'aborder la question. À moins de prendre les israéliens pour des imbéciles capables de se lancer dans des guerres dont les buts politiques sont aussi évidemment impossibles à atteindre par de tels moyens.

Pour ma part, je pense que le modèle des évenements de Gaza est à trouver en Irak. Une autre guerre généralement analysée de travers, puisque là aussi on part du but de guerre annoncé, la démocratisation, ou d'un autre but suspecté (la prédation des ressources naturelles), pour s'interroger sur les moyens utilisés pour y parvenir.

Or, dans les deux cas, il est certainement plus constructif d'observer la manière de mener la guerre, de voir quels sont les résultats obtenus, de voir si ces résultats découlent logiquement de la manière de procéder, et donc de conclure que le but de la guerre était le résultat obtenu. Ce qui permet d'atteindre plus sûrement aux buts réels (potentiellement inavoués) qu'en partant des buts annoncés (possibles alibis) ou de buts supposés préconçus.

Alain Joxe a publié, en janvier 2007, une des analyses qui me semblent les plus pertinentes sur ce sujet: si l'on considère que le but de guerre réel n'est ni la démocratisation, ni la prédation, mais la destruction de la société irakienne elle-même, alors la guerre d'Irak est un succès terrible.

La «stratégie globale» des États-Unis et sa réalité, par Alain Joxe


L'analyse stratégique ne peut pas prendre au pied de la lettre les déclarations d'intention, même si elles font partie du dossier. On aurait donc tort d'accorder le moindre crédit à l'idée que le but politique de la guerre (le «Zweck», dans le vocabulaire de Clausewitz) n'ait jamais été réellement la démocratisation, car les Etats-Unis n'ont jamais mis en oeuvre aucun des moyens adéquats. En écrasant pratiquement sans combat sous les bombes et les bulldozers les forces armées irakiennes, en détruisant complètement toutes les institutions, en licenciant tous les fonctionnaires, les Etats-Unis ont plongé la société irakienne dans un chaos. Lorsqu'une armée d'occupation n'a pas les moyens d'une présence ubiquitaire répressive, combinée avec une reconstruction, et quand un pays, par ailleurs, regorge d'arsenaux, distribués pour la «défense populaire généralisée» puis récupérés au marché noir des milices confessionnelles, l'occupant est clairement en train de construire le chaos. La construction du chaos n'exige pas un suivi tatillon et policier; au contraire, elle repose sur la libération incontrôlée de toutes les violences, déchaînées par la peur, la précarité et l'insécurité qui règne dans l'état de guerre. Les troupes américaines se sont repliées rapidement dans des positions fortifiées et n'ont plus pratiqué que des expéditions punitives, sans jamais tenir ensuite le terrain. Bain de jouvence nécessaire du «néolibéralisme», le chaos d'Irak peut donc être considéré comme un succès sanglant. S'il requiert aujourd'hui des moyens accrus, c'est pour un nouveau but politique, peut-être hors de portée des Etats-Unis.

Des critiques militaires furent énoncées publiquement par l'armée de terre, au début, par des généraux retraités, réclamant plus d'effectifs, puis par des officiers d'active, réclamant un objectif politique réel. On peut donc dire que le militarisme de Rumsfeld n'est pas un militarisme militaire mais un choix politique. Les militaires voulaient plus de troupes pour réussir la démocratisation: ce sont là des naïvetés militaires. La guerre contre le terrorisme, entamée par Rumsfeld, était et reste pour le président Bush une «guerre de trente ans». Elle conduisait à détruire complètement tout ce qui pouvait encore faire surgir de l'Irak la société arabe, technologiquement la plus avancée du Moyen-Orient ­ un pouvoir d'Etat rationnel et éventuellement démocratique. La destruction permanente de l'Etat est un but politique atteint.

À tort, tous les commentaires actuels sur la guerre d'Irak la font débuter avec l'invasion de 2003.

La crainte de se faire taxer de «théoricien du complot» interdit d'ailleurs aux commentateurs de lier les événements qui ont pourtant frappé le même pays sans discontinuer pendant plus de quinze années (la première guerre du Golfe, l'embargo, l'invasion, le déferlement des mercenaires et des milices...) pour y lire une stratégie globale cohérente. Pourtant, les promoteurs de ces guerres, eux, n'hésitent pas à évoquer une stratégie à long terme:

Lorsqu'un officiel du Pentagone, décrit comme proche des super-hawks du groupe Wolfowitz-Perle, explique à l'Observer que «[n]ous voyons cette guerre comme une guerre contre le virus du terrorisme. Si vous avez un cancer des os, il n'est pas suffisant de couper le pied du patient. Vous devez faire le traitement entier de chimiothérapie. Et si cela signifie qu'il faut s'embarquer dans une nouvelle Guerre de Cent Ans, eh bien c'est ce que nous ferons.»

Pour les irakiens, il est évident qu'il faut, au moins, remonter à la guerre de 1991 (certains remonteront à la guerre contre l'Iran, qui a contribué à épuiser la société irakienne). Une formidable armada bombarde massivement le pays et détruit l'intégralité des infrastructures militaires, mais aussi civiles.

Puis, pendant douze ans, un embargo terrible frappe directement la population civile d'un pays qui n'a déjà plus d'infrastructures. Le coût humanitaire est monstrueux. Sophie Boukhari dresse un rapide bilan dans le Courrier de l'UNESCO en juillet 2000; elle cite le congressiste américain Tony Hall:

Même si les sanctions étaient levées rapidement, les gens que j'ai rencontrés en Irak auraient un sombre avenir, écrit-il. Parce que leurs enfants sont dans un triste état; un sur quatre est mal nourri et un sur 10 dépérit, affamé ou malade. La principale cause de mortalité infantile, la diarrhée, est 11 fois plus répandue en Irak que partout ailleurs et la polio, qui avait été éradiquée du Moyen-Orient, est redevenue une plaie. Les écoles et le système d'assainissement sont ruinés; les hôpitaux manquent d'équipements et de médicaments de base. Les gens ordinaires ont épuisé leurs réserves et leur santé à essayer de survivre avec deux à six dollars par mois... Il faudra attendre une génération avant que la population irakienne se relève.

C'est bien la société irakienne qui est la cible. Un rapport d'information de l'Assemblée nationale indique:

La situation humanitaire en Iraq a conduit plusieurs personnalités à protester contre le statu quo. Plusieurs hauts fonctionnaires des Nations unies ont successivement démissionné afin d'attirer l'attention sur «la destruction d'une société tout entière», selon les termes de Denis Halliday, ancien Sous-secrétaire général et coordonnateur des opérations humanitaires en Iraq, démissionnaire en 1998, et dont la démission a été suivie par celle de son successeur M. Von Sponeck en février 2000. L'on citera encore la démission, l'année dernière, de Mme Jutta Burghardt, responsable du Programme alimentaire mondial en Iraq.

L'invasion de 2003 n'est alors qu'une étape supplémentaire vers la destruction de la société irakienne, et non le point de départ d'une nouvelle «guerre».

Un point largement occulté dans la stratégie américaine est le déferlement de milices et de mercenaires sur le pays. Totalement caché, ou largement sous-évalué (on évoque 40000 mercenaires en 2006), le chiffre apparaît discrètement dans un article du Monde du 11 décembre 2008:

Au terme du traité de sécurité conclu en novembre entre l'Irak et les Etats-Unis, les 163000 «agents privés» actuellement employés par les Américains (ils étaient 230000 en 2006) seront soumis aux lois irakiennes dès le 1er janvier 2009.

Le scandale devrait être énorme, mais ce chiffre est quasiment inconnu du grand public: les américains ont établi en Irak beaucoup plus d'«agents privés» que de troupes régulières: en 2006, il y avait (selon le chiffre connu du Monde) 230000 mercenaires et miciliens en Irak payés par les États-Unis, pour environ 150000 soldats de l'armée américaine. Notoirement, les mercenaires et les miliciens n'amènent jamais la stabilité ou la démocratisation; ils ne peuvent qu'être les outils de la terreur des populations et de la destruction de la société.

Le chaos est ainsi obtenu via une attaque qui ne se limite pas à des campagnes de «shock and awe», dont l'inefficacité pour briser la résistance populaire est connue. Concernant les bombardements stratégiques, leur principal promoteur en 1942, Arthur Harris, les justifiait cyniquement:

Ce but est la destruction des villes allemandes, la mort des ouvriers allemands et l'interruption de la vie communautaire civilisée dans toute l'Allemagne. Il faut souligner que les buts acceptés et fixés de notre politique de bombardement sont les suivant : la destruction des maisons, des services publics, des transports et des vies humaines; la création d'un problème de réfugiés à une échelle inconnue; et la destruction du moral à la fois dans le pays et sur les fronts par peur de bombardements étendus et intensifiés. Ce ne sont pas des sous-produits de tentatives pour frapper des usines.

Les «dommages collatéraux» des bombardements massifs n'ont ainsi jamais été conçus pour être «collatéraux»: ils sont au contraire le but premier des bombardements massifs. Cependant, l'histoire a prouvé que ces bombardements ne sont jamais parvenus à briser la volonté du peuple qui les subit. En revanche, la liste de dommages établie par Harris (destruction des maisons, services publics, réfugiés...) est bien réelle, et elle est aujourd'hui utilisée pour produire un autre effet: instaurer un chaos durable dans la société visée.

Il s'agit d'un type nouveau de stratégie: une attaque systémique de la société elle-même. Outre les infrastructures militaires, c'est avant tout la société qui est brisée, via la destruction de toutes ses composantes: l'économie (jusqu'à la substistance qui est menacée), la santé, la culture, le savoir, l'enseignement, les infrastructures de subsistance civile, l'agriculture, la société civile...

L'arsenal militaire est, selon ce nouveau besoin, complété par une pléthore de spécialistes des sciences sociales. Le scandale des «anthropologues embarqués» éclate fin 2007; le Monde diplomatique titre «L'anthopologie, arme des militaires» en mars 2008.

Alain Joxe l'avait annoncé début 2007: «le chaos d'Irak peut donc être considéré comme un succès sanglant. [...] La destruction permanente de l'Etat est un but politique atteint.»

***

Revenons en Palestine.

C'est à mon avis cette stratégie irakienne que l'on voit désormais mise en œuvre à Gaza. Le but de guerre doit être ainsi formulé: la destruction de la société palestinienne elle-même. C'est ce que dit par exemple le professeur Salah Abdel-Jawad dans une interview du Monde du 5 janvier 2009:

Il ne s'agit pas simplement de détruire tel ou tel mouvement politique. Sinon pourquoi bombarder les ministères, l'Université islamique et l'Ecole américaine de Gaza? Tout comme le saccage des bâtiments publics opéré en 2002, lors de l'invasion de la Cisjordanie, ces actions participent d'un plan concerté. Il vise à détruire non seulement l'entité politique palestinienne mais aussi et surtout la société. L'objectif est de créer une forme de résignation, d'amertume, d'imposer une violence quotidienne, que les Palestiniens finissent un jour par retourner contre eux.

Témoignage recueilli par Amira Hass (Haaretz, 30 décembre 2008):

«Cette agression n'est pas contre le Hamas. Elle est contre nous tous, contre l'ensemble de la nation.»

Le but? Il est connu depuis longtemps: «une terre sans peuple». Dennis Collin le rappelle dans La Sociale (3 janvier 2009):

Cette situation elle-même n'est pas tombée du ciel. Elle découle directement de la colonisation sioniste en Palestine et de la proclamation de l'État d'Israël en 1948. Les Occidentaux ont pu se dédouaner à bas prix des crimes commis contre les Juifs en payant leur dette sur le dos des Arabes. Le mensonge inventé par la propagande sioniste (la Palestine: « une terre sans peuple pour un peuple sans terre ») s'est vite heurté à la réalité et la création de l'État juif s'est faite par le massacre des populations civiles (par exemple le massacre de Deir Yassin perpétré par l'Irgoun de l'ancien premier ministre Menahem Begin) et la déportation en masse – ce qu'on n'appelait pas encore « épuration ethnique » nécessaire pour confisquer les terres et les biens des Palestiniens. Bref, une guerre de conquête coloniale typique, dont la nouvelle génération d'historiens israéliens commence à révéler la réalité.

Dans ce texte, il précise:

Ceux qui croient être utiles au peuple palestinien en comparant la politique d'Israël à l'extermination des Juifs par les nazis se trompent tout aussi lourdement. Israël n'a nul envie de détruire les Palestiniens en tant que tels.

C'est un point important. Il ne me semble pas pertinent de parler de génocide, puisque la destruction physique systématique des individus n'est pas possible. En revanche, puisqu'il n'est pas possible ni souhaitable d'éliminer physiquement l'intégralité des individus, la cible est la société palestinienne, qui doit être, elle, totalement détruite. Après avoir nié l'existence du peuple palestinien, les propagandistes israéliens ont nié l'existence d'une «société palestinienne» (on retrouve encore cet argument dans quasiment tous leurs écrits); il suffit donc de réaliser sur le terrain cette négation.

Ça n'est pas irréalisable, comme la destruction de la société irakienne l'a prouvé.

Sans remonter à 1948... on peut tracer une succession d'événements dont la similarité avec les événements irakiens est troublante.

Élections de 2006, le Hamas remporte les élections législatives. Les pays occidentaux s'allient à Israël pour imposer des sanctions lourdes pour punir les mauvais électeurs palestiniens. Les sanctions, déjà, frappent un territoire particulièrement fragile; le Hamas parvient à maintenir un minimum de services publics de santé et d'éducation.

En 2006, bombardements israéliens contre Gaza (opération «Pluies d'été»): l'unique centrale électrique du territoire est détruite. L'IRIN publie en janvier 2009 un intéressant document à ce sujet: «D'où vient l'électricité de Gaza - analyse».

Tout au long de 2006 et 2007, les États-Unis, avec l'accord d'Israël, arment et entraînent la milice de Mohammed Dahlan pour le Fatah. C'est la politique de constitution de mercenaires et de milices, qui changent profondément la nature des forces palestiniennes et leur rapport non seulement à l'occupation, mais aussi à la population. À la mi-2007, le Hamas éjecte le Fatah.

Pendant tout ce temps, Israël et l'Égypte imposent un blocus quasiment total de Gaza. L'inefficacité politique et militaire est évidente, mais l'impact sur la société palestinienne est énorme. Gaza est un enfer environnemental et, en décembre 2008, le Bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires (UNOCHA) décrit le stade avancé de destruction de la société palestinienne: chômage de masse, accès à l'eau potable, aux soins, à l'éducation, à la nourriture, à l'électricité...

Selon un rapport de l'organisme onusien, cette situation est due au blocus imposé par Israël. L'UNOCHA affirme que le taux de chômage dans ce territoire palestinien est passé de 32 % à 49 % en une année.

Les 1,4 million d'habitants de la bande de Gaza ont le plus grand mal à assurer leur subsistance en raison des pénuries en nourriture. Ils sont également privés d'électricité jusqu'à 16 heures par jour.

L'eau potable, dont la qualité est à 80 % inférieure aux normes sanitaires, n'arrive qu'une fois par semaine à la moitié de la population locale, pendant quelques heures seulement.

[...]

Selon le rapport de l'ONU, 40 000 emplois permanents et temporaires ont été perdus dans les secteurs de la pêche et de l'agriculture.

Seulement 23 entreprises industrielles sur les 3900 existantes sont fonctionnelles de façon permanente.

Toujours selon l'organisation onusienne, 70 % des terres agricoles dans la bande de Gaza ne sont plus irriguées. Ce qui conduirait à une désertification.

En raison de l'absence de pièces de rechange et du manque d'électricité, les équipements médicaux sont devenus obsolètes.

En mars 2008, Matan Vinaï, vice-ministre israélien de la défense, promet une «shoah» aux Palestiniens:

Plus les tirs de roquettes Qassam s'intensifieront, plus les roquettes augmenteront de portée, plus la shoah à laquelle il s'exposeront sera importante, parce que nous emploierons toute notre puissance pour nous défendre.

Les bombardements et l'invasion actuels ne doivent plus alors être considérés, comme dans le cas de l'Irak, que comme une des étapes vers la destruction totale de la société palestinienne, et non comme un événément guerrier répondant à des objectifs propres. La succession des événements à Gaza est, en raccourci, très similaire aux événements qui ont frappé l'Irak: bombardements initiaux et destruction des infrastructures, blocus total, installation de mercenaires et de milices, et à nouveau une phase de bombardements achevant de détruire ce qui subsistait (et éventuellement relancer un nouveau cycle de délabrements sociétaux et d'affrontements miliciens).

Et à nouveau: «le chaos [...] peut donc être considéré comme un succès sanglant. [...] La destruction permanente de l'Etat est un but politique atteint.» Et les israéliens pourront clamer: «il n'existe pas de société palestinienne».

C'est un crime de sociéticide."

***

source (via le blog du duc de trèfle): http://tokborni.blog...estinienne.html

#20 Reilly

Reilly

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 78 messages

Posté 16 janvier 2009 - 01:14

Ça doit être une déformation professionnelle de ta part. En tout cas, l'extrait cité dans l'article me paraît contenir une hypothèse cohérente pour tenter d'expliquer l'attitude américaine au Moyen-Orient. Ensuite, je ne connais pas ce 'Alain Joxe', ni 'Alain Minc' (même si ce nom m'est familier). J'ai lu les quelques extraits auxquels renvoient ton lien, et je n'y vois rien d'apocalyptique. Il considère seulement les Etats-Unis comme un Empire (avec la majuscule, s'il vous plaît) qui, pour étendre son pouvoir ou le consolider, aiderait à ce que se développe une certaine forme de chaos dans les États arabes, entre autres manœuvres politiques. Après bon je ne connais pas ses livres je n'irai pas plus loin. Mais restons plutôt dans le sujet.

#21 alzeno

alzeno

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 341 messages

Posté 16 janvier 2009 - 06:56

encore une théorie fumeuse construite sur quelques faits plus ou moins avérés.
la plupart de ces sources indique une orientation politique partisane Ă  commencer par le Monde Diplomatique.

Pourquoi ne pas voir la réalité des discours et des actes du Hamas et autres fondamentalistes :racisme (lecture des protocoles des sages de Sion, on apprend aux petits palestiniens que les juifs sont des cochons), violence, haine, un rapport cynique à la vie, une utilisation plus que discutable des fonds d'aide etc...

Les universités, les mosqués, les écoles, etc...sont utilisés par le Hamas à des fins militaires (cache d'armes, lancement de roquette) ou de formation militaire.
Détruire des bâtiments symboliques pour affaiblir la légitimité de l'ennemi, évidemment, ça participe de toutes les guerres, surtout quand les leaders en déroute continuent de crier victoire sur les ondes, planquées sous un hôpital ou dans un pays étranger, et font croire à leurs combattants que dans quelques heures la situation sera renversée.

Le fondamentalisme n'est pas un mouvement qui est né du conflit Israélo-arabe. Qu'il l'utilise pour d'autres fins que le bonheur des palestiniens, ça me semble évident, comme d'ailleurs l'ensemble de la planète qui y trouve un lieu d'exaltation et d'indignation privilégiée, et dont les belles initiatives ne sont que de nouvelles mèches qu'on allume.

L'histoire n'est qu'un concours de circonstances que certains cherchent toujours Ă  exploiter, n'est-ce pas Mr Sarkozy...?

Quant à dire que les Israéliens ont déporté les palestiniens lors de la guerre d'indépendance de 48, c'est faux. Les archives de Tsahal ouvertes il y a une 20 ans ( ça a du bon la démocratie quand même...) atteste qu'aucun plan de ce type n'était programmé. Il y a eu des massacres, de part et d'autres, des intimidations certainement, des départs volontaires aussi, rien de véritablement tranché, hélas.

#22 Victorugueux

Victorugueux

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 16 266 messages
  • Une phrase ::Savoir se taire c'est déjŕ beaucoup mieux que des bavardages incessants... Oui ! Le repos c'est une chose qui nous aide

Posté 16 janvier 2009 - 01:31

Petit cours de rappel de vocabulaire religieux judéo-chrétien... Apocalypse, Ben ... ça veut dire dévoilement, révélation et non pas chaos, guerre, destruction c'est un livre de sagesse avec des symboles forts... Mais en aucun cas il est le scénario de films catastrophes comme les aiment ces cons d'américains... Il est des trucs simples bon à vous rappeler... De même nul part dans la bible Hébraïque il est écrit que Israël est autorisé à faire des conneries... Rappelez vous messieurs l'Israël des nations est le royaume de la sagesse et ce n'est en aucun cas une justification pour Israël de foutre le bordel. Il y a autant de sagesse dans la charte des droits de l'homme de 1947 que tous les textes de la Bible car la constitution des droits de l'homme date de 1947 et elle est conséquente aux horreurs de 1933-1945... Dieu s'est tu pendant tout ce temps et que reste-t-il de la sagesse de la Bible ?

#23 alzeno

alzeno

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 341 messages

Posté 16 janvier 2009 - 01:55

heu tu te prétends expert de la bible hébraïque? T'es bien un vrai colon de la pensée, rabbi raz, tu penses et lis à la place des autres.

En fait tu ne reconnais pas le droit d'Israel de se défendre. C'est vrai que le droit international, chacun s'y réfère quand ça lui chante et que le hamas est le vaillant défenseur de la Charte des nations-unis.

#24 Victorugueux

Victorugueux

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 16 266 messages
  • Une phrase ::Savoir se taire c'est déjŕ beaucoup mieux que des bavardages incessants... Oui ! Le repos c'est une chose qui nous aide

Posté 16 janvier 2009 - 02:20

Je reconnais à Israël le droit de se défendre et mais pas le droit de propager la haine sans limites car c'est une politique suicidaire, un mauvais complexe puis question Bible Hébraique ce sont des rabbins qui ont posé la question de savoir ce que foutait Yah entre 1933 et 1945, Note bien ce n'est pas de moi cette pensée

#25 aboubacar ghanem

aboubacar ghanem

    Tlpsien

  • Membre
  • Pip
  • 9 messages

Posté 16 janvier 2009 - 03:01

chers monsieurs , vous qui jugez legitime ce masacre d' hommes à gaza, vous imaginez d' bord ce que c' est ? imaginez cela dans vos pays , votre nation entrain de subir une telle invasion de tels bombardements, ceux que vous connaissez mourir sans cause; est - ce cela de la legitimité? sachez que peut etre aujourd' hui c' est au tour des palestiniens , mais demain ça sera pour un autre peuple tant que nous ne crions pas pour que prenne fin cette guerre. sinon c' est toute une epidemie qui va se propoger dans l' ensemble de la planette. ni Israel ni le hamas n' ont aucun profit à tirer de ça car nous savons qu' il faudra que l' un extermine l' autre pour crier victoire alors autant que chacun reconnaisse l' autre avec ses propres conditions. qu' Israel reconnaisse hamas comme etant force repesentant le peuple palestinien et qu' hamas reconaisse l' existence d' un etat juif Israel. en d' autres termes c' est l' apocalypse car plus la guerre continue, plus les tensions montent dans les autres pays de quoi craindre une eventuelle entrée en guerre de certaines forces comme le hezbollah de liban etc.

#26 alzeno

alzeno

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 341 messages

Posté 16 janvier 2009 - 03:01

Tu sais Raz, ça fait plus de 2000 ans qu'on trouve toujours des raisons de haïr les Juifs. Il n'est plus question de vivre dans des ghettos et marcher tête basse, ou de se faire plus anti-sioniste que les anti-sionistes, par frousse ou complexe, ni d'accepter 2000 obus par an sur la tête. Personne ne l'accepterait et pourquoi les Juifs devraient-ils?

Tiens Sarko nous fait une nouvelle pirouette ce matin!

#27 Victorugueux

Victorugueux

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 16 266 messages
  • Une phrase ::Savoir se taire c'est déjŕ beaucoup mieux que des bavardages incessants... Oui ! Le repos c'est une chose qui nous aide

Posté 16 janvier 2009 - 03:14

Si tu veux que je fasse de l'antisémitisme ben voilà les juifs intelligents, sont chiants, m'a tu vu, bosseur et ils ont des réseaux d'amis, je crois plus à la maffia juive qu'à un autre racisme sur les juifs... je pense que la bible c'est très dur à expliciter mais que les juifs ont inventé le concept d'histoire par la messianisme, ils m'agacent en ce moment parce qu'ils ont une très grosse tête et surtout qu'ils justifient toutes leurs conneries par la shoah.... Bordel de merde...apprennez à vivre et vivez en paix et comme disait un certain JESUS UN JUIF DU PREMIER SIECLES AIMEZ VOUS LES UNS LES AUTRES et AIMEZ VOS ENNEMIS...

#28 LeGénéralAnonyme

LeGénéralAnonyme

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 672 messages

Posté 16 janvier 2009 - 03:17

Il est certain qu'une victoire ne s'obtient que par l'entrée de forces terrestres sur l'espace tenu par l'ennemi. Il est pourtant regrettable de voir nos soldats risquer leurs vies pour conquérir des bâtiments et les fouiller. Que l'aviation et les bulldozers rasent des agglomérations serait préférable et que nos journalistes cessent de parler de victimes innocentes gazaouies. Ils ont voté Hamas, défendu le Hamas, participé aux manifestations de haine, ont lancé des cris de joie pour chaque attentat criminel réussi. Ils ne sont pas plus civils et certainement pas plus innocents que les habitants d'Hiroshima ou de Dresde. (hutzpah inside)

Jacques Kupfer



#29 alzeno

alzeno

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 341 messages

Posté 16 janvier 2009 - 03:35

On va pas refaire les disputes du Moyen-Age? Si?

Va prier avec tes amis fondamentalistes tu pourras plus librement encore sortir d'aussi affligeants stéréotypes.
La bĂŞte humaine, tu la portes autant que les autres.

#30 Victorugueux

Victorugueux

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 16 266 messages
  • Une phrase ::Savoir se taire c'est déjŕ beaucoup mieux que des bavardages incessants... Oui ! Le repos c'est une chose qui nous aide

Posté 16 janvier 2009 - 03:40

Tu crois au sionisme ? C'est pareil que le nazisme
Une philosophie raciste,nationaliste, belliqueuse, antédiluvienne