Aller au contenu

Photo

patrice blanc


  • Veuillez vous connecter pour répondre
1 réponse à ce sujet

#1 denis_h

denis_h

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 899 messages

Posté 13 septembre 2018 - 09:04

Patrice Blanc, « De sang, de nerfs et d’os », éditions du contentieux. 192 pages ; 15 euros.

C’est d’abord pour des raisons matérielles et contingentes que Patrice Blanc, l’homme et l’œuvre, demeurent comme cachés et mal discernables dans une région quasi-coupée de tout lien avec la poésie contemporaine institutionnelle de maintenant, 2018. Né en 1956, il commence à écrire vers 14 ans, apprend à jouer du piano, se passionne pour Trakl et Whitman mais parait, déjà, en décalage complet avec un système scolaire dont les contraintes et les limitations lui pèseront toujours, avant qu’il ne le quitte définitivement de façon précoce. Nous sommes donc en présence, essentiellement, d’un autodidacte. On sait qu’il travailla dans les années 80 dans un comptoir de métaux précieux, ce qui est ironique pour un homme qui ne roula jamais, et ne roule toujours pas sur l’or. Puis se succèdent plusieurs emplois « alimentaires », dont un poste de gardien de parking, jusqu’à la rupture avec le monde salarial. On s’en tiendra là pour la biographie. Pour ce qui nous intéresse, la poésie, on remarquera que la plupart des recueils publiés de Patrice Blanc (une douzaine ?) ne sont pas disponibles au catalogue de la BNF, ni dans la base éditoriale Electre qu’utilisent les libraires. On cherchera également son nom en vain dans les archives du CNL poésie ou autre officine régionale chargée d’aider pécuniairement les poètes en difficultés. Il a pourtant beaucoup publié en revues, mais ne semble pas avoir pris le virage internet conduisant au tout numérique. En tapant son nom sur Google, on peut trouver quelques rares articles du critique Jean-Paul Gavard Perret, qui explique à son propos : « La poétique de l’auteur contraint d'émerger hors du signifié et annonce une fin puisque cesse - ou presque - le langage sinon celui de l’amour qui tente de perdurer encore. » Patrice Blanc serait donc une sorte d’adepte de la théologie négative de Maître Eckhart ou du Tractatus Logico Philosophicus, un mystique constatant l’inanité, la vanité du langage à explorer certaines zones inscrutables de la spiritualité. Ce serait oublier son amour des mots, de leur son, de leur sens aussi, de leur propriété à provoquer l’émotion. Alors certes il écrit « aux limites de la parole / l’énigme crée l’obstacle », il n’en demeure pas moins que cette poésie, éminemment « lisible », voire « lyrique », ne peut aucunement être rattachée à certains cas extrêmes relevant plus de la pathologie autistique que de la poésie. Toujours reliée à la subjectivité et à l’empirie, cette écriture ne nie pas le monde, le soi où le langage, mais les transfigure en les appareillant et les tissant mutuellement d’une façon inédite. Pour un poète, que demander de plus ?



#2 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 005 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 14 septembre 2018 - 07:02

Intéressant ! Merci de nous le faire découvrir (même si sa poésie, comme le Canard enchaîné, semble en effet échapper au capharnaum d'internet).

J'espère que je ne risque pas de me retrouver devant des pages composées de trois vers extatico-métaphysuques si je le lis, tout de même.

En tout cas, ta présentation montre un bel effort de ta part pour ne pas céder aux vitupérations pas toujours infondées mais qui, trop souvent, nous éloignent de... euh... l'essentiel ?