Aller au contenu

Photo

Feuilles mobiles


  • Veuillez vous connecter pour répondre
7 réponses à ce sujet

#1 Laurence HERAULT

Laurence HERAULT

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 421 messages
  • Une phrase ::Notre monde a besoin de plus de poésie
    Mais si l'on cherche bien, elle se niche partout.
    Il y a des fleurs sauvages au pied des grandes tours
    Et le chant des poètes embellit notre vie.

Posté 02 décembre 2018 - 04:08

                                                   Feuilles mobiles

 

 

                                                                 Les feuilles de novembre

                                                                 Détachées sans égards

                                                                 Par la pluie, les bourrasques,

                                                                 Et tous les éléments

                                                                 Réunis en rafales,

                                                                 Ont rompu leurs amarres.

 

                                                                 Un cycle se termine,

                                                                 Démarré au printemps,

                                                                 Trois splendides saisons

                                                                 Avant que les maisons 

                                                                 Ne se couvrent d'hermine.

 

                                                                 Pour leur seule escapade,

                                                                 Libérées, elles entament,

                                                                 Ivres d'air et de vent,

                                                                 Un ballet étonnant ;

                                                                 Puis, grisées par leur danse,

                                                                 Profitant des courants,

                                                                 Dans un ultime élan

                                                                 Descendent en planant.

 

                                                                 J'aime la sensation

                                                                 Éprouvée en foulant

                                                                 Ces brassées de feuillages

                                                                 Que l'automne changeant

                                                                 Laisse dans son sillage,

 

                                                                 Pour peu que l'on s'attarde

                                                                 Dans ces entassements ;

                                                                 Monceaux de végétaux

                                                                 En dunes aérées

                                                                 Finement feuilletées,

                                                                 Que l'on frôle du pied.

 

                                                                 Ces frêles feuilles mortes

                                                                 Aux multiples nuances,

                                                                 Encor souples ou craquantes,

                                                                 Simples, ou plus ouvragées,

                                                                 Dentelées et brillantes,

                                                                 Vernies ou satinées,

                                                                 Puis mates et figées

 

                                                                 Bruissent tout doucement

                                                                 Quand nos pieds les écrasent

                                                                 Comme un papier de soie

                                                                 Froissé du bout des doigts.

 

 

                                                                                    Laurence



#2 gab

gab

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 103 messages
  • Une phrase ::"Les frontières de mon langage sont les frontières de mon monde", Ludwig Wittgenstein

Posté 02 décembre 2018 - 04:31

Les feuilles mortes... Une source d'inspiration pour tous!

#3 M. de Saint-Michel

M. de Saint-Michel

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 170 messages
  • Une phrase ::Je suis quelqu'un pour qui poésie et respiration ne font qu'un.

Posté 02 décembre 2018 - 06:29

Votre poème me fait penser à ces vers célèbres de "Cyrano de Bergerac":

Fichier(s) joint(s)



#4 Laurence HERAULT

Laurence HERAULT

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 421 messages
  • Une phrase ::Notre monde a besoin de plus de poésie
    Mais si l'on cherche bien, elle se niche partout.
    Il y a des fleurs sauvages au pied des grandes tours
    Et le chant des poètes embellit notre vie.

Posté 02 décembre 2018 - 11:37

Merci à vous !

 

Gab : Oui l'automne et les feuilles mortes ne peuvent laisser personne indifférent, et bien que ces sujets soient récurrents, je pense que chacun peut les ressentir et les interpréter à sa manière, toujours renouvelée, car chaque poète a son regard et son langage propres... C'est d'ailleurs assez passionnant à lire !

 

M. de Saint-Michel : Merci beaucoup pour ces vers magnifiques d'Edmond Rostand !

Je suis une grande admiratrice de Cyrano de Bergerac, et ce court extrait démontre bien la qualité poétique de ce texte, et sa grande beauté...



#5 Sinziana

Sinziana

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 794 messages
  • Une phrase ::La vie en poésie, vivre en profondeur la légèreté, vivre avec légèreté la profondeur.

Posté 02 décembre 2018 - 11:57

Comme elles vous ont inspirée, ces feuilles mortes!

 

toutes ces joies sensuelles que vous décrivez, en plus de symboliser pour nous

 

le détachement, l'abandon,

 

dans une néanmoins joyeuse, grâce à la mise en scène chorégraphique de Mère Nature, fin de cycle.



#6 Laurence HERAULT

Laurence HERAULT

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 421 messages
  • Une phrase ::Notre monde a besoin de plus de poésie
    Mais si l'on cherche bien, elle se niche partout.
    Il y a des fleurs sauvages au pied des grandes tours
    Et le chant des poètes embellit notre vie.

Posté 03 décembre 2018 - 12:28

Merci Sinziana !

 

J'aime toutes les saisons, mais j'avoue que l'automne a quelque chose de magique :

Il diffuse une lumière et une douceur assez particulières... Et la nature rivalise de couleurs inoubliables, pour notre plus grand bonheur !

 

Je ne m'en lasse pas ;-)



#7 claus

claus

    envers et contre tout

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 736 messages
  • Une phrase ::des mots pour soigner mes maux, chant des vibrations intérieures offert à tous, tous ceux qui y sont sensibles.

Posté 03 décembre 2018 - 08:06

l'automne et ses feuilles mortes, d'eux surgit le plaisir de mourir pour renaître d'autant plus et mieux au printemps suivant. Chaque mort est le passage d'un état d'être à un autre et la Nature nous le démontre bien.



#8 Laurence HERAULT

Laurence HERAULT

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 421 messages
  • Une phrase ::Notre monde a besoin de plus de poésie
    Mais si l'on cherche bien, elle se niche partout.
    Il y a des fleurs sauvages au pied des grandes tours
    Et le chant des poètes embellit notre vie.

Posté 03 décembre 2018 - 09:10

Merci Claus,

 

Comme l'a si bien dit Antoine-Laurent de Lavoisier, "Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme." 

 

L'humus de ces feuilles mortes fertilisera la terre pour nourrir la végétation du prochain printemps... Ainsi se fera la transition d'un état d'être à un autre, car dans la nature, il n'y a pas de mort inutile.