Aller au contenu

Photo

Goethe / Willkommen und Abschied glosé et rimé


  • Veuillez vous connecter pour répondre
1 réponse à ce sujet

#1 Hubert-Albert Clos Lus

Hubert-Albert Clos Lus

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 649 messages
  • Une phrase ::Ex-prof d'anglais, joueur d'échecs. Père d'une fille handicapée mentale.
    Auteur de CHANTS DES VIES DIFFICILES éditions Sydney Laurent 2019

    Proverbe: O Bretagne, tu iroises mon coeur

Posté 15 avril 2019 - 10:48

Willkommen und Abschied / Bienvenue et Adieu ,rimé.
 
                       Impossible d'obtenir des octosyllabes tout du long.
                       L'un des vers est un alexandrins en 12 syllabes.
                       Les reste est 8 .9 ou10. Le plus court possible
 
 NB: le vers :<< la nuit engendrait mille monstres >>est célébrissime
                      et ne peut être changé. Il faut se contenter d'une rime
                      imparfaite avec<< folâtre>>. C'est mieux que rien.
 
 
Es schlug, mein Herz, geschwind!  zu Pferde!
                           Que mon coeur battait fort !  vite ! A cheval !
Es war getan fast eh gedacht
                            Sitôt  dit,  sitôt fait  -  je détale !
Der Abend wiegte schon die Erde
                           Le soir berçait déjà la campagne
Und an den Bergen hing die Nacht
                           La nuit se suspendait aux montagnes.
Schon stand im Nebelkleid die Eiche
                           Le chêne avait déjà mis ses atours
Ein aufgetürmter Riese, da
                           De brume et se dressait là, tel une tour
Wo Finsternis aus dem Gesträuche
                           Géante, parmi les sombres ronciers
Mit hundert schwarzen Augen sah.
                          Où  cent yeux noirs étaient à mépier.
 
 
Der Mond von einem Wolkenhügel
                         La lune observait,  pleine de langueur,
Sah kläglich aus dem Duft hervor
                         Du sommet des nuées, dans les hauteurs.
Die Winde schwangen leise Flügel
                         Les ailes du vent,  de leurs lents frottements,
Umsausten schauerlich mein Ohr;
                         Sifflaient à mes oreilles lugubrement.
 
Die Nacht schuf tausend Ungeheuer
                               La nuit  engendrait  mille  monstres.
 
Doch frisch und fröhlich war mein Mut:
                         Pourtant, j'étais dhumeur gaie et folâtre.
In meinen Adern welches Feuer!
                         Dans mes veines, quel feu ardent!
In meinem Herzen welche Glut!
                         Dans mon coeur, quel embrasement !
 
Dich sah ich, und die milde Freude
                         Je tai vue , et la si tendre  joie
Floß von dem süßen Blick auf mich;
                         De tes doux yeux coula droit  vers moi ;
Ganz war mein Herz an deiner Seite
                         Tout mon coeur se tenait près de toi
Und jeder Atemzug für dich
                         Chacun de mes souffles était pour toi
Ein rosenfarbnes Frühlingswetter
                          Une rose  aurore de printemps
Umgab das liebliche Gesicht
                          Nimbait le visage charmant.
Und Zärtlichkeit für mich - ihr Götter!
                          Et la tendresse, pour moi, ô Dieux !
Ich hofft es, ich verdient es nicht!
                          Je lespérais, moi qui la méritais  si peu !
 
 
Doch ach, schon mit der Morgensonne
                           Las, dès que vint du jour la lueur,
Verengt der Abschied mir das Herz:
                           Les adieux métreignirent le coeur.
In deinen Küssen welche Wonne!
                           Dans tes baisers, quelle exaltation !
In deinem Auge welcher Schmerz!
                           Dans tes yeux, quelle affliction !
Ich ging, du standst und sahst zur Erden
                           Je partis , tu restas , tête baissée,
Und sahst mir nach mit nassem Blick:
                            Me suivant des yeux, attristée.
Und doch, welch Glück, geliebt zu werden!
                               Pourtant, quel bonheur dêtre aimé !
Und lieben, Götter, welch ein Glück
                           Et, O, Dieux, quel bonheur d'aimer !

 
 
      Goethe.

#2 Minofabbri

Minofabbri

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 449 messages

Posté 16 avril 2019 - 09:48

Je reconnais un travail intéressant et sérieux d'un amoureux de la poésie allemande néanmoins n'est-il pas dommage de casser tout le rythme du poème en ne respectant pas le nombre de syllabes par vers (ici huit) de la version initiale? Le tout en est fortement dénaturé me semble-t-il.

Pour ce qui est du fameux vers pour lequel une seule et unique traduction ( La nuit façonnait mille monstres) serait valable, je suis désolé mais je ne partage pas ce point de vue.

Puis-je modestement proposer ma contribution à ce magnifique texte? Aussi imparfaite soit-elle vous la trouverez ci-dessous:

 

Die Nacht schuf tausend Hungeheuer          La nuit les monstres venaient par cent

Doch frisch und fröhlig war mein Mut            Si heureuse était mon humeur

In meinen Adern welches Feuer                   Un feu ardent bouillait mon sang

In meinem Herzen welche Glut                     Quelle abondance dans mon cœur!