Aller au contenu

Photo

Now, are you free ?


  • Veuillez vous connecter pour répondre
7 réponses à ce sujet

#1 baccala

baccala

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 261 messages

Posté 01 novembre 2019 - 09:53

Que sont devenues tes plaines herbeuses ?

 

Des savanes cuivrées,
Un couchant vert-de-gris
Et ton coeur qui saigne les silences
Des compassions fanées,

Musique de ton coeur
Et ton regard trempé
Par un chant de tristesse.

Tu les as tant rêvées comme des crinières,
Tes prairies qui ondoient dans l’horizon figeant
Ses montures fourbues de vaines espérances,

Des sanglots enroulés sur le front rouge sang
De tes olympes rendus aux peines de l’ivresse,
Ce chatoiement de boucles
Et de couronnes fleuries.

Mais si seules portées par les chevaux de frise
Elles ne font que courir au bord des cécités
Dans le miroir flambant de tes yeux mouillés.

Des galops qui s’enferrent
Et piétinent tes libertés.

Il te reste les larmes,

Et Je t’entends pleurer...



#2 Laurence HERAULT

Laurence HERAULT

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 849 messages
  • Une phrase ::Notre monde a besoin de plus de poésie
    Mais si l'on cherche bien, elle se niche partout.
    Il y a des fleurs sauvages au pied des grandes tours
    Et le chant des poètes embellit notre vie.

Posté 02 novembre 2019 - 08:43

Un beau voyage mélancolique... Très émouvant.



#3 balila

balila

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 327 messages

Posté 02 novembre 2019 - 11:07

Que sont nos paysages devenus...

 

Lorsque notre imaginaire déborde et se coule dans les champs de notre (in)conscience, altérant parfois notre vision de ce qui est, ou de ce qui n'est plus, du rêve à la réalité, que sont nos tristesses devenues.

 

Dans les larmes du temps tu plonges ta plume poète, de mille éclaboussures tu noies ton coeur pris dans l'étau d'une liberté aveuglée par...

 

Un je ne sais quoi qui me touche, peut-être ces espaces dans lesquels je cours moi aussi, peut-être encore ce J majuscule, liberté suprême de s'octroyer le choix de la douleur partagée.

 

balila

 

ps : deux petites choses à corriger "tu les as tans rêvées" "tes prairies"



#4 Sinziana

Sinziana

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 1 356 messages
  • Une phrase ::La vie en poésie, vivre en profondeur la légèreté, vivre avec légèreté la profondeur.

Posté 02 novembre 2019 - 11:38

Immobile ou
au bout du monde
Les larmes sont le point d'orgue de tant de voyages...

#5 baccala

baccala

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 261 messages

Posté 03 novembre 2019 - 12:58

Un beau voyage mélancolique... Très émouvant.

 

Il suffit d'un leitmotiv dont une voix profonde célébrerait la monodie grisante d'une intuition lointaine exilée dans l'oubli....Comme un vin triste.



#6 baccala

baccala

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 261 messages

Posté 03 novembre 2019 - 02:11

Que sont nos paysages devenus...

 

Lorsque notre imaginaire déborde et se coule dans les champs de notre (in)conscience, altérant parfois notre vision de ce qui est, ou de ce qui n'est plus, du rêve à la réalité, que sont nos tristesses devenues.

 

Dans les larmes du temps tu plonges ta plume poète, de mille éclaboussures tu noies ton coeur pris dans l'étau d'une liberté aveuglée par...

 

Un je ne sais quoi qui me touche, peut-être ces espaces dans lesquels je cours moi aussi, peut-être encore ce J majuscule, liberté suprême de s'octroyer le choix de la douleur partagée.

 

balila

 

ps : deux petites choses à corriger "tu les as tans rêvées" "tes prairies"

 

Que sont nos paysages devenus...

 

Cette nostalgie qui rend à la fragilité de nos petites légendes toute leurs sensibilités, même peut-être celle d'un chagrin qu'on croyait à jamais révolu...Un vague à l'âme qui laisse ses impressions à la lisière de l'inconscient...

 

...Et le refrain lancinant d'une mélodie nous rappelant que nos désinvoltures ne nous affranchissent jamais de ces peines qui pleurent en silence des libertés qu'on ne soupçonnait pas être nôtres.

 

Un sanglot digne d'être ressenti dans un moment qui nous saisit et qui déborde nos pudeurs, et notre propre vision d'un monde où nous nous sentons finalement à l'étroit.

 

S'écrire avec le caractère capital de la singularité.....Comme une majuscule qui nous émancipe des convenances.

 

Et oui,  je pleure...

 

Merci à toi, Balila.

 

PS.

J'ai corrigé.


Immobile ou
au bout du monde
Les larmes sont le point d'orgue de tant de voyages...

 

Elle est là l'immobilité de ce qu'on est...au bout d'un monde qui parfois se révèle à nous-même.

On l'écoute, on le regarde, des larmes dans les yeux. Comme un regret, peut-être....



#7 William Valant

William Valant

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 579 messages
  • Une phrase ::La poésie est un souffle de vie de l'âme,
    qu'elle l'inspire ou qu'elle l'expire.

Posté 03 novembre 2019 - 08:25

Une tristesse absolue, et pourtant rêveuse...
WV

#8 baccala

baccala

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 261 messages

Posté 03 novembre 2019 - 10:50

Une tristesse absolue, et pourtant rêveuse...
WV

 

Libre de rêver encore...