Aller au contenu

Photo

(Anthologie permanente) Lucian Blaga, La Lumière d'hier


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 tim

tim

    Administrateur

  • Administrateur principal
  • PipPipPipPip
  • 5 188 messages

Posté 02 décembre 2019 - 09:10


6a00d8345238fe69e20240a4a407f7200c-100wiLes éditions Po&psy (Erès) publient La Lumière dâhier,
un recueil de poèmes du grand poète roumain Lucian Blaga (1895-1961).







Perspective
Nuit. Sous les sphères, sous les mers,
dorment les monades.
Mondes comprimés, larmes silencieuses dans l'espace,
dorment les monades.
Leur mouvement - éloge du sommeil.

Perspectivà
Noapte. Subt sfere, subt marile,
monadele dorm.
Lumi comprimate,
lacrimi fÄrÄ de sunet în spaÅ£iu,
monadele dorm.
MiÅcarea lor â lauda somnului.



Spectres et miroirs
Les spectres n'aiment pas notre sphère
où tant de bassesses se font sentir.
Les spectres ne se sentent pas à leur place
là où le hibou terrifiant ulule.
Là où le chien-de-la-terre* aboie
ils sont gênés à chaque pas.
Les spectres n'aiment pas être sur terre
ni nous rencontrer de manière inattendue.
Et souffrir des affronts qu'ils tentent d'oublier.
Timides, ils se retirent, doucement,
dans l'espace profond mais irréel des miroirs,
où ils peuvent vivre selon leur loi*.

           
Duhuri Èi oglinzi
Duhurilor nu le place spaÈiul nostru
cu-atâtea silnicii ce se fac simÈite.
Duhurile nu se simt la locul lor
pe unde buha uhuie înfiorând.
Pe unde latrÄ cÄÈelul-pÄmântului
ele se simt la fiece pas stingherite.

Duhurilor nu le place pe pÄmânt
sÄ se-ntâlneascÄ, neaÈteptat, cu noi.
Suferind ofense, pe cari încearcÄ sÄ le uite,
sfioase, ele se retrag, încetiÈor,
în spaÈiul adânc, dar ireal, din oglinzi,
unde pot trÄi dupÄ pravila lor.



Sommeil
Nuit noire. Les étoiles dansent dans l'herbe.
Les chemins se retirent dans les bois et les grottes,
le forestier se tait.
Des hiboux gris sont posés comme des urnes sur les sapins.
Dans les ténèbres sans témoins
s'apaisent oiseaux, sang, campagne
et les aventures dans lesquelles tu retombes éternellement.
Un souffle subsiste dans la brise
sans aujourd'hui,
sans lendemain.
Avec de sourdes rumeurs à travers les arbres
montent des siècles brûlants.
Dans le sommeil mon sang comme une vague
reflue de moi
pour retourner vers les ancêtres.

Somn
Noapte întreagÄ. DÄntuiesc stele în iarbÄ.
Se retrag în pÄdure Åi-n peÅteri potecile,
gornicul nu mai vorbeÅte.
Buhe Åure s-aÅazÄ ca urne pe brazi.
În întunericul fÄrÄ de martori
se liniÅtesc pÄsÄri, sânge, Å£arÄ
Åi aventuri în cari veÅnic recazi.
DÄinuie un suflet în adieri,
fÄrÄ azi,
fÄrÄ ieri.
Cu zvonuri surde prin arbori
se ridicÄ veacuri fierbinÅ£i.
În somn sângele meu ca un val
se trage din mine
înapoi în pÄrinÅ£i.

Lucien Blaga, La lumière d'hier, traduit du roumain par Andreea-Maria Lemnaru-Carrez, pastels de  Sophie Curtil, Po&psy (Erès), 2019, 96 p., 12â¬.
Sur le site de lâéditeur

Lucian Blaga est un poète et philosophe roumain majeur, qui accorde une place fondamentale à l'enracinement et à la transcendance mythologique.
Écrivant dans une langue archaïque, proche des incantations et des conjurations populaires de la tradition orale, ce poète attaché à sa Transylvanie natale connaît intimement l'esprit chtonien des campagnes. Dans ses vers, le chemin silencieux des pierres côtoie l'absence cruelle d'un dieu voilé. Pour Blaga, le taureau, « lumière née de la lumière », qui accueille chaque matin le soleil entre ses cornes, est le « Dieu véritable ». Mort et renaissance se succèdent : les cercueils « laissent sâenvoler vers le ciel dâinnombrables alouettes » et « les bourgeons et l'herbe » poussent aussi vite « que les ongles et les cheveux des morts ». L'être marche aux côtés du non-être.

Lucian Blaga (1895-1961) est un philosophe, théologien et poète roumain, membre de lâAcadémie roumaine. Il entre dans la carrière diplomatique en 1926. Il est successivement en poste à Varsovie, Prague, Vienne (1932), Berne et Lisbonne (1938). Élu à lâAcadémie roumaine en 1937, puis professeur à lâuniversité de Cluj en 1940, il fut un temps proche du courant existentialiste et anti-rationaliste de « Gândirea » (« La Pensée ») â qui fondait la « roumanité » dans le vécu orthodoxe â mais a fini par s'en éloigner. Au lendemain de la guerre, le régime communiste le réduit à l'isolement (en allant jusqu'à s'opposer à ce qu'il puisse concourir pour le prix Nobel). Il ne lui reste plus alors que son lyrisme pour chanter en poète ce que lui inspire « l'étoile la plus triste ».
Entre expressionnisme et néoromantisme, l'Åuvre poétique de Lucian Blaga exprime une mystique de la terre qui se dit en mots de l'esprit.

 

UaF5RW8bDkA

Voir l'article complet