Aller au contenu

Photo

La brebis égarée


  • Veuillez vous connecter pour répondre
5 réponses à ce sujet

#1 Laurence HERAULT

Laurence HERAULT

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 1 029 messages
  • Une phrase ::Notre monde a besoin de plus de poésie
    Mais si l'on cherche bien, elle se niche partout.
    Il y a des fleurs sauvages au pied des grandes tours
    Et le chant des poètes embellit notre vie.

Posté 18 mars 2020 - 08:58

                                               La brebis égarée

 

 

 

                                                               Deux amis un peu grisés

                                                               Sont entrés dans une église,

                                                               Aussi à l'aise il faut dire

                                                               Que si ils étaient chez eux.

 

                                                               Dans ce lieu un peu austère,

                                                               Où la fraîcheur s'insinue

                                                               Entre les parois de pierre,

                                                               L'obscurité contribue

                                                               À ce que l'âme s'apaise.

 

                                                               Spontanément ils devisent,

                                                               Enjoués et sympathiques,

                                                               Et poursuivent leur dialogue

                                                               L'un s'exprimant haut et fort.

 

                                                               Ils ne voient pas leur voisine

                                                               Recueillie dans la prière,

                                                               Jeter un œil courroucé

                                                               En direction des compères.

 

                                                               De son prie-Dieu elle s'indigne

                                                               Et se retourne fâchée,

                                                               Lançant des « chut ! » appuyés

                                                               Qui résonnent dans l'église ;

 

                                                               L'autre gaillard, étonné

                                                               Répond sans se démonter,

                                                               Souriant, l'œil amusé :

                                                               « Madame, il faut m'excuser

                                                               Mais je suis, vous comprenez,

                                                               Dans la maison de mon père !...»

 

                                                               Par les vitraux la lumière

                                                               Se colore doucement

                                                               Tandis que brûlent les cierges

                                                               Dressés vers le firmament.

 

                                                               Ne se faisant pas prier,

                                                               La fidèle éberluée

                                                               Par cet aplomb singulier

                                                               Quitte alors ces « débauchés »

                                                               Et fuit sans se retourner.

 

                                                               Car la maison du Seigneur

                                                               Appartient à ses enfants ;

                                                               Les plus simples, les plus humbles,

                                                               Ceux qui, encor innocents,

                                                               Lui parlent directement,

                                                               Sans aigreur ni faux-semblants...

 

                                                               Et la brebis égarée

                                                               N'est pas là où on l'attend.

 

 

 

                                                                                               Laurence

                                                                                               18 mars 2019

 

 

                                                                                 Ce poème est dédié à Monsieur Hovhannès Haroutiounian qui m'a confié ce souvenir.

 



#2 patricia moles

patricia moles

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 998 messages
  • Une phrase ::La poésie vous traverse et coule vers son lecteur comme à travers un canal.














    LA poésie me traverse comme un canal qui coule vers son lecteur...

Posté 18 mars 2020 - 10:37

 

Bonjour Laurence,

 

Ton poème sur la brebis égarée m'a ravie....Bien écrit le tableau est vivant, on s'y croirait Et puis je suis bien d'accord avec le fond , et j'aime la citation de Soeur Emmanuelle 

Que je répète souvent : "  Reconnaître son néant  et Se laisser aller dans les  bras de Dieu comme un petit  enfant"...

" Je suis dans la maison de mon père" me va très bien !....

 

Amitiés,

Patricia. :) 



#3 M. de Saint-Michel

M. de Saint-Michel

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 10 886 messages
  • Une phrase ::Je suis quelqu'un pour qui poésie et respiration ne font qu'un.

Posté 18 mars 2020 - 01:33

Votre poème me rappelle ce propos de l'écrivain italien Curzio Malaparte: "L'église n'est pas seulement la maison de Dieu. C'est la maison de tout le monde, où chacun se retrouve comme chez soi, avec cette sociabilité que Dieu n'a aucune raison de dédaigner."

#4 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 3 951 messages

Posté 19 mars 2020 - 06:50

Dans les pays d'Amérique Latine, souvent les églises chrétiennes sont pleines d'enfants qui jouent et d'adultes

qui parlent fort, mangent, boivent. Leur ' recueillement ' principal étant celui de leur vie quotidienne et réelle

sur terre.



#5 Laurence HERAULT

Laurence HERAULT

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 1 029 messages
  • Une phrase ::Notre monde a besoin de plus de poésie
    Mais si l'on cherche bien, elle se niche partout.
    Il y a des fleurs sauvages au pied des grandes tours
    Et le chant des poètes embellit notre vie.

Posté 19 mars 2020 - 08:18

Un grand merci à vous, Patricia, M. de Saint-Michel et Hattie pour vos lectures attentives, vos fines observations, et ces belles citations qui viennent renforcer le propos de ce poème. 



#6 Escamillo Cavradossi

Escamillo Cavradossi

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 354 messages

Posté 20 mars 2020 - 06:30

Au moyen âge il y avait un fameux raffut dans les églises, on y faisait bien des choses. Il est étrange qu'un art comme le gothique qui cherchait à affirmer la puissance de l'église et à instiller la crainte de dieu et du diable, soit aujourd'hui l'exemple même de la sérénité.