Aller au contenu

Photo

Inaccompli


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 En hoir de Loup-de-lune

En hoir de Loup-de-lune

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 169 messages
  • Une phrase ::_diaphanescence
    _jadescence
    _libellulescence
    _opalescence
    _albescence
    _ramescence
    _évanescence

Posté 15 mai 2020 - 11:07

(Note : À l'image du propre abandon de Loup-de-lune à la "carène-écrire", à s'immerger de tout son corps et de tout son coeur, comme nous l'avons entrepris depuis plusieurs semaines, dans les manuscrits laissés, en ce monde corporel et temporel, par cette navigatrice chère et qui nous a communiqué son ultime tressaillement comme le plus clair du poème, il arrive que nous ressentions une sorte de grâce de "résurrection"... Oui, certains instants, dont l'écriture vitale a gardé la trace, sont véritablement ramenés à la vie entre nos mains méticuleuses, sous nos yeux attentifs, et parfois, en voilà un plus réel que le réel lui-même ! Comme cela est galvanisant, émerveillant et transportant ! Ainsi, en lisant le poème intitulé "Inaccompli", c'est avec une netteté supérieure que nous retournons au profond de cette forêt, ce jour-là, défiant avec plus de toupet encore "l'ascendant de l'hôpital", et nous sommes à nouveau les témoins ravis par la "surgie" de ce signe circulaire, d'une nuance rose, si claire, si pure, qu'elle semble venir d'un monde parallèle pour s'offrir "idéale ou angélicielle à la systole lacunaire".)



Inaccompli



les passages
lotissent l'étoile
entre leurs défauts de célérité

s'allume en braise
le calme du myocarde

longtemps par nulle pénétration
la lisière ne vieillit le charme

à l'approche des pâtures
l'angle dévoué
réunit les tentations en son dardement abiétin


Mais ce défi à l'ascendant de l'hôpital
sa fraction
pour fronder le tracé

aussi d'écorce en écorce
est absorbé
l'aspect suranné


Transfixant le reposoir de feuilles
cette discosurgie
où confluer avec le poecile des planètes sanguines

ce qu'augure son rose sylphide
prévaut

le faîte
de ses pièces de lumières
parsème le brun pluriel

leur mouvement
emporte

le retour mêle sa poudre
à la tissure d'aranelle

l'une effleure
et s'éloigne

une équerre soudaine
se coalise avec l'autre


et n'étant jointe
la couleur
retourne au moment végétal

la fraîcheur souffle les reptations clarteuses


Ne sera que cette lacune
aurore des lacunes
à l'orée des immeubles
la prochaine systole



Loup-de-lune
LIU Bizheng

Fichier(s) joint(s)