Aller au contenu

Photo

Tout ce tout, en écho.


  • Veuillez vous connecter pour répondre
1 réponse à ce sujet

#1 michel à franquevaux

michel à franquevaux

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 239 messages

Posté 17 mai 2020 - 09:25

Où que nous en soyons, fronton étrange, feuille d’acanthe, ornement, nous en sommes, au principe en sommes-nous, devant la porte tout se range, les pierres, l’écho, clameur émue, cri terrible et terriblement inutile, et fermez donc et taisez-vous, muets qui parlez trop de temps et de blessures, temps.

Trop frais, blessure ouverte fermée bientôt mais avec peine et feuilles qui tremblez au vent sous les fenêtres, un temps, un bien et tout encore, le chien et les oiseaux, tout est ouvert et tout commence, tout ce tout obstiné et sans réponse, question posée, phrase tranchée, cœur mobile, sens et histoires.

Et tout ce tout au ciel tranché, tu vis, tu tiens et tu espères, boîte posée au mur et pleine, bijoux et souvenirs, et branches sans écorces, sorties de mer et tournées au-devant, sable gris et coquilles rouges, vous êtes bien vues et tenues et sans suite, sable, portes, branches tout ici témoigne et reconnaît.

La vie avance et le vent tourne, le temps certainement revient, des pierres au parterre, des cornes et du bruit, plus rien ici ne dort, et tout ici ressemble au vol tremblé, aux plumes métalliques, ramiers et tourterelles vous êtes embarrassés, et où que nous soyons, vous êtes fort étrangement, sans risque.

A son trésor, tout ce tout est au tremblement, plumes de métal, pigeons qui volent et tout est remarquable, le vent, le soleil, le ciel, il a le nez en l’air et au plus loin regarde, les yeux, les saisons, le sel dans la mer, la chair au bout des doigts et je plonge et je tiens ferme, encore un regard encore sangloté.

Je t’ai croisé et tu tournes la tête et le cœur et je dis la vieille histoire, cœurs trahis et mâchoires serrées, les dents grincent et les fleurs fanent, tout ici fuit l’éternité, châteaux et herbes folles, monde vide, cœur entouré vous êtes, ils sont et tout tremble encore, châteaux effondrés et murs sans pierres.

Tout au trahi, tout à l’abandon, je vous aimais et je tourne la tête et le cœur, maudits et idiots, sourds sans plus aucun sentiment, la vie est longue, le portail grince, les yeux ouverts cherchent l’oubli et tout au mal et tout à la fenêtre je vous regarde et je vous fuis, tôt croisés, tôt oubliés, serments, faiblesse.

Rien n’est utile, tout est croisé, les cœurs, les pieds, les promesses, enfin, enfin, tout doit partir et tout s’effacera, cour oublié, et raisons pour attendre, il faut maintenant attirer la lumière, cœur obstiné et feuilles qui tremblez au vent sous les fenêtres, un temps un bien et tout encore je plonge.

Je tiens ferme, encore un regard, encore un sanglot, je t’ai croisé et tu tournes la tête et le cœur, je dis la vieille histoire, cœurs trahis et mâchoires serrées, devant la porte tout se range, tout ici fuit l’éternité, châteaux et herbes folles, monde vide et cœur entouré, vous êtes, tu es, et ils sont ce tout.

Tout ce tout tremble encore ici.

31 Juillet 2016.


#2 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 4 178 messages

Posté 24 mai 2020 - 08:59

Un mais l'autre

Plusieurs mais seul

Louanges inutiles

Leur   / l’œuvre -amas

L'heure démesurée

__   du lecteur