Aller au contenu

Photo

Le passant déréel


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 En hoir de Loup-de-lune

En hoir de Loup-de-lune

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 169 messages
  • Une phrase ::_diaphanescence
    _jadescence
    _libellulescence
    _opalescence
    _albescence
    _ramescence
    _évanescence

Posté 24 mai 2020 - 12:08

(Note : Un jour gris-bleu de promenade citadine, nous avons croisé avec Loup-de-lune, le chemin d'un homme qui était figé au milieu du trottoir, et qui présentait un visage si accablé qu'il paraissait en proie à une véritable nausée. Il venait visiblement d'accomplir la besogne des courses, car il était chargé de grands sacs débordant de produits alimentaires. Il regardait au loin, devant lui, vers ce qui était sans doute sa destination, son quartier, son logis... où il lui fallait retourner par un chemin sans surprise, pour y ranger encore une fois ses courses, pour s'y nourrir d'elles encore une fois, et prodiguer à son sang l'énergie de continuer cette vie vaille que vaille... jusqu'aux prochaines courses ! Soudain, Loup-de-lune me révéla une sorte de boîte fixée au-dessus de l'entrée de l'immeuble près duquel nous nous trouvions: un seul côté, celui qui donnait sur la ruelle, était une plaque transparente ; un papillon richement coloré y était peint ; on en voyait un autre sur le fond bleu de la boîte. Cela produisait un effet d'optique saisissant, comme un oxymorique "mouvement d'immobilité", comme si les deux papillons cherchaient indéfiniment à se rejoindre sans jamais y parvenir. Loup-de-lune, amorçant alors le poème que l'on va lire, souhaita qu'une telle distance, "féérique" ou "déréelle", remplaçât celle à laquelle était condamné notre maussade passant, non pas pour qu'il ne puisse plus jamais atteindre son chez-soi, mais afin qu'il ait la chance d'être un moment détourné de la routine mortifère de son existence, qui était gravée sur sa figure. Car c'est souvent en s'égarant, dans la traverse aussi bien que dans le rêve, que l'on trouve les merveilles de son propre chemin.)



Le passant déréel



Tant d'achat
à noirturgescer le sac
à lanciner l'épaule
et ogresquer le dos

l'itinéraire sera remis à l'abondance

parmi les immeubles suspendue
et bravant l'axiome de la porte
une boîte
sur son couvercle de verre
coloréploie un papillon sur son fond
de bleu nuit un autre

elle est emplie par
cette distance imparcourable
qui les isole

Un vestige de voirie fée
la translate entre le ravissement du portefaix
et son destin mansardé



Loup-de-lune
LIU Bizheng

Fichier(s) joint(s)