Aller au contenu

Photo

L'adieu à la mère


  • Veuillez vous connecter pour répondre
8 réponses à ce sujet

#1 Laurence HERAULT

Laurence HERAULT

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 1 247 messages
  • Une phrase ::Notre monde a besoin de plus de poésie
    Mais si l'on cherche bien, elle se niche partout.
    Il y a des fleurs sauvages au pied des grandes tours
    Et le chant des poètes embellit notre vie.

Posté 07 juin 2020 - 05:16

À Roza

 

 

                                              L'adieu à la mère

 

 

 

                                                              Calée dans son fauteuil,

                                                              Toujours belle malgré

                                                              L'empreinte des années,

                                                              Bien que très affaiblie

                                                              Par le dernier écueil

                                                              De cette maladie

                                                              Qui lui brouillait le teint,

 

                                                              D'un geste de la main

                                                              Dans le jour qui vacille,

                                                              Elle a donné congé

                                                              À toute la famille

                                                              Pressée à son chevet ;

                                                              Les jeunes, les anciens,

                                                              Les proches, les cousins

                                                              Pieusement rassemblés,

 

                                                              Mais quand son fils aîné

                                                              À son tour s'est levé

                                                              Pour la laisser en paix,

                                                              Elle lui prit la main

                                                              Pour mieux le retenir

                                                              Dans l'ombre de son sein,

                                                              Lui offrant le parfum

                                                              Cher à ses souvenirs

                                                              D'enfance retrouvés.

 

                                                              Dans le silence dense

                                                              Qui régnait dans sa chambre,

                                                              Son petit tout près d'elle,

                                                              D'une ultime caresse

                                                              Elle a posé sa main

                                                              Doucement sur son front,

 

                                                              Comme pour lui donner

                                                              En plus de sa tendresse,

                                                              La bénédiction

                                                              De celle qui l'avait

                                                              Enfanté vaillamment ;

                                                              Sa douceur maternelle

                                                              Son regard sur la vie,

                                                              Son chant, son énergie,

                                                              Son goût pour la lumière

                                                              Et pour la poésie.

 

                                                              Puis le fils a veillé sa mère

                                                              Avec ferveur, toute la nuit,

                                                              Dans l'atmosphère recueillie

                                                              De la maisonnée assoupie,

                                                              Et cette communion des êtres

                                                              A resserré plus fort les liens

                                                              Qui unissaient leurs deux esprits

                                                              En faisant se joindre leurs mains.

 

                                                              Lors dans un murmure distinct

                                                              Doucement sorti de sa bouche,

                                                              L'âme légère et apaisée

                                                              D'avoir pu mener jusqu'au bout

                                                              La mission qui lui incombait,

                                                              Elle expira son dernier souffle

 

                                                              Et lâcha prise pour de bon

                                                              De la plus sereine façon,

                                                              Abandonnant son existence

                                                              Sans opposer de résistance,

                                                              Ouvrant l'invisible chemin

                                                              Que nous emprunterons demain,

                                                              Le corps dissout et le cœur nu

                                                              Pour avancer dans l'inconnu,

                                                              Vers notre dernière maison.

 

 

 

                                                                                             Laurence

                                                                                             24 mai 2020

 

 

                                                                                Ce poème est dédié à Monsieur Hovhannès Haroutiounian qui m'a confié ce souvenir.

 

 

 



#2 M. de Saint-Michel

M. de Saint-Michel

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 11 241 messages
  • Une phrase ::Je suis quelqu'un pour qui poésie et respiration ne font qu'un.

Posté 07 juin 2020 - 05:40

À travers votre poème, pétri d'émotion, une pensée et une prière à toutes les mères qui ne sont plus là...

#3 Laurence HERAULT

Laurence HERAULT

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 1 247 messages
  • Une phrase ::Notre monde a besoin de plus de poésie
    Mais si l'on cherche bien, elle se niche partout.
    Il y a des fleurs sauvages au pied des grandes tours
    Et le chant des poètes embellit notre vie.

Posté 07 juin 2020 - 06:51

À travers votre poème, pétri d'émotion, une pensée et une prière à toutes les mères qui ne sont plus là...

 

À celles qui ne sont plus là, et à celles qui luttent en ce moment de toutes leurs forces contre les affres de la maladie...

Ce poème s'adresse à toutes les mères qui perdent leur enfant, et à tous les enfants qui perdent leur mère...

Merci à vous.



#4 Sinziana

Sinziana

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 2 247 messages
  • Une phrase ::La vie en poésie, vivre en profondeur la légèreté, vivre avec légèreté la profondeur.

Posté 07 juin 2020 - 08:03

Un tableau en clair obscur,
la noblesse grave d'un visage, d'une silhouette
des gestes, qui me fait penser aux peintres flamands...
Une fin digne, entourée de l'amour des siens, qui n'est pas hélas le lot de toutes.

#5 Laurence HERAULT

Laurence HERAULT

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 1 247 messages
  • Une phrase ::Notre monde a besoin de plus de poésie
    Mais si l'on cherche bien, elle se niche partout.
    Il y a des fleurs sauvages au pied des grandes tours
    Et le chant des poètes embellit notre vie.

Posté 07 juin 2020 - 09:31

Un tableau en clair obscur,
la noblesse grave d'un visage, d'une silhouette
des gestes, qui me fait penser aux peintres flamands...
Une fin digne, entourée de l'amour des siens, qui n'est pas hélas le lot de toutes.

 

 

Tu as raison Sinziana, la solitude est souvent au rendez-vous, bien avant le grand départ...



#6 Sinziana

Sinziana

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 2 247 messages
  • Une phrase ::La vie en poésie, vivre en profondeur la légèreté, vivre avec légèreté la profondeur.

Posté 07 juin 2020 - 10:18

En partage, un poème de Maurice Carême, auquel je pense en te lisant...

 

 

LA MAIN DE MA MERE

 

 

Je prenais la main de ma mère

Pour la serrer dans les deux miennes

Comme l'on prend une lumière

Pour s'éclairer quand les nuits viennent.

 

Ses ongles étaient tout usés,

Sa peau quelquefois sombre et rêche.

Pourtant je la tenais serrée

Comme on le fait sur une pêche.

 

Ma mère était toujours surprise

De me voir prendre ainsi sa main.

Elle me regardait, pensive,

Me demandant si j'avais faim.

 

Et, n'osant lui dire à quel point

Je l'aimais, je la laissais

Retirer doucement sa main

Pour me verser un bol de lait.

 

Souvenirs (2011)

 

 

 

La dévotion d'un fils pour sa mère...

 

(parfois une mère ne suscite pas cette dévotion. Mais tous les enfants ne sont pas ingrats, toutes les mères ne sont pas parfaites... personne ne peut entrer dans le secret d'une famille...)



#7 Laurence HERAULT

Laurence HERAULT

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 1 247 messages
  • Une phrase ::Notre monde a besoin de plus de poésie
    Mais si l'on cherche bien, elle se niche partout.
    Il y a des fleurs sauvages au pied des grandes tours
    Et le chant des poètes embellit notre vie.

Posté 07 juin 2020 - 10:48

C'est un poème qui me touche... Merci Sinziana pour ce partage !

 

Le lien qui unit un enfant à sa mère peut-être très fragile ou si solide qu'il peut tout endurer, et perdurer bien au-delà de la disparition de l'un ou de l'autre...

Aucune mère n'est parfaite, et aucun enfant non plus, mais si chacun fait de son mieux, ce lien sera sauvegardé.



#8 William Valant

William Valant

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 1 083 messages
  • Une phrase ::La bonne humeur c'est mon moteur !

Posté 13 juin 2020 - 04:27

J'aime bien la douceur triste et vraie, l'amour familial qui structurent le poème.

 

"Comme pour lui donner

En plus de sa tendresse,

La bénédiction ..."

 

Et on l'intériorise dans ces circonstances :

                                                           

Ô l'amour d'une mère! Amour que nul n'oublie! Pain merveilleux qu'un Dieu partage et multiplie! (Hugo,Feuilles automne)

 

La clé c'est de montrer son amour, il ne faut pas trop attendre ...

 

WV



#9 Laurence HERAULT

Laurence HERAULT

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 1 247 messages
  • Une phrase ::Notre monde a besoin de plus de poésie
    Mais si l'on cherche bien, elle se niche partout.
    Il y a des fleurs sauvages au pied des grandes tours
    Et le chant des poètes embellit notre vie.

Posté 13 juin 2020 - 11:26

J'aime bien la douceur triste et vraie, l'amour familial qui structurent le poème.

 

"Comme pour lui donner

En plus de sa tendresse,

La bénédiction ..."

 

Et on l'intériorise dans ces circonstances :

                                                           

Ô l'amour d'une mère! Amour que nul n'oublie! Pain merveilleux qu'un Dieu partage et multiplie! (Hugo,Feuilles automne)

 

La clé c'est de montrer son amour, il ne faut pas trop attendre ...

 

WV

 

Merci William d'apporter ici ta touche poétique, ainsi que celle de Victor Hugo que j'aime tant !