Aller au contenu

Photo

Recohérence


  • Veuillez vous connecter pour répondre
18 réponses à ce sujet

#1 Emrys

Emrys

    Ambrosius

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 634 messages

Posté 08 juin 2020 - 07:21

Entre passé décomposé
Et probables demains
L'instant se met à table
Sur sa chaise à bascule
Il a faim de projets
Aux sauces oniriques
Que chaque être recommandé
Lui apporte dévoué

 

Il dévore indécent
Invisible et obscène
Seconde après seconde
Des regrets ridicules

Sur une nappe rouge sang
Brûle du temps
Coulent du vin du vent
Se consument des avenirs
Toujours possibles

Entre passer et composer
L'instant choisit de fuir
Sans dire merci
Il est repu
Laisse reclus
Des êtres étourdis
D'audacieux mystères
Le voyageur ne s'est pas arrêté
Il fait semblant d'être l'ami
Vous a trahi
Vous livre au temps



#2 hasia

hasia

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 731 messages

Posté 08 juin 2020 - 11:23

Un chant dont le silence intérieur touche, insiste, remue...  

à l'authentique du déroulé d'une poétique insigne, à l'intime de la voix et pensée

sur ce chemin de crête...

 

permettez-moi ce soir,  Emrys:

 

https://youtu.be/dW4HCi1zZh8

 

                 à Vous,

 

hasia 



#3 M. de Saint-Michel

M. de Saint-Michel

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 11 229 messages
  • Une phrase ::Je suis quelqu'un pour qui poésie et respiration ne font qu'un.

Posté 09 juin 2020 - 12:18

D'instant en instant, le temps nous efface...

#4 hasia

hasia

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 731 messages

Posté 09 juin 2020 - 02:12

D'instant en instant, le temps nous efface...

 On pourrait s'y tromper, n'est-ce-pas...        peut-être...

 

            La trahison cs,  organisée, instrumentalisée,  in-fine orchestrée    

                                                   nous efface-t-elle  à nous-même...       je ne sais               pas encor                

                                                                                                                   quant aux Autres observateurs,  pas nécessairement

           

* et la temporalité s'offre,        telle une manne          'notre' plus large variable qui soit :

Elle ouvre perspective d'aplanir le trauma,

 permet le travail actif d'élaboration de l'intégrable

 de la subjectivité engagée ...

 

           Quant à la mort, elle requiert : 

la douceur d'un silence infini

d'une re-co-naissance jamais trahie

et marque du manque d'un visage,        in-ouï,       in-oublié

pour tous les signes d'amour-vestiges concrets :      et mémoire, d'une Vie disparue

qui demeure, - sceau - d'un impérissable de Vérité inaliénable

et de pure Beauté     

 

 

continuité  de  la Vie      au Large du Rêve       pour Tant sa Poétique...?!  

 

 

                  à Vous,  Michel           à Vous, Emrys

 

                                                                    de Vos Présences respectives,

je Vous remercie 

 

hasia



#5 M. de Saint-Michel

M. de Saint-Michel

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 11 229 messages
  • Une phrase ::Je suis quelqu'un pour qui poésie et respiration ne font qu'un.

Posté 09 juin 2020 - 05:51

 On pourrait s'y tromper, n'est-ce-pas...        peut-être...


 


            La trahison cs,  organisée, instrumentalisée,  in-fine orchestrée    


                                                   nous efface-t-elle  à nous-même...       je ne sais               pas encor                


                                                                                                                   quant aux Autres observateurs,  pas nécessairement


           


* et la temporalité s'offre,        telle une manne          'notre' plus large variable qui soit :


Elle ouvre perspective d'aplanir le trauma,


 permet le travail actif d'élaboration de l'intégrable


 de la subjectivité engagée ...


 


           Quant à la mort, elle requiert : 


la douceur d'un silence infini


d'une re-co-naissance jamais trahie


et marque du manque d'un visage,        in-ouï,       in-oublié


pour tous les signes d'amour-vestiges concrets :      et mémoire, d'une Vie disparue


qui demeure, - sceau - d'un impérissable de Vérité inaliénable


et de pure Beauté     


 


 


continuité  de  la Vie      au Large du Rêve       pour Tant sa Poétique...?!  


 


 


                  à Vous,  Michel           à Vous, Emrys


 


                                                                    de Vos Présences respectives,


je Vous remercie 


 


hasia


Merci à vous, hasia, pour vos commentaires toujours inspirés...

#6 Emrys

Emrys

    Ambrosius

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 634 messages

Posté 11 juin 2020 - 04:41

Merci chers amis poètes pour votre passage en chaire...



#7 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 444 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 11 juin 2020 - 06:50

Et quel temps suspendu !

#8 hasia

hasia

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 731 messages

Posté 11 juin 2020 - 08:20

 Qu'est-ce à dire... là.

 

      ...et moi, qui attendais  d'en savoir plus, 

 et plus encore           quant à cette théorie de l'escalier, qui,

lorsque jeunes et impertinents,              nous prisions les enjeux : à classer le temps!!!!

 

                     Quel courant?    quelle praxis?

 

je veux Tout savoir de ce billet.

 

                              à Vous

 

hasia (intriguée) 



#9 Emrys

Emrys

    Ambrosius

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 634 messages

Posté 12 juin 2020 - 05:56

 

Un chant dont le silence intérieur touche, insiste, remue...  

à l'authentique du déroulé d'une poétique insigne, à l'intime de la voix et pensée

sur ce chemin de crête...

 

permettez-moi ce soir,  Emrys:

 

https://youtu.be/dW4HCi1zZh8

 

                 à Vous,

 

hasia 

 

J'ai écouté ce chant dont notes et voix sobres résonnent comme des silences

 

merci à vous chère poétesse



#10 Emrys

Emrys

    Ambrosius

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 634 messages

Posté 12 juin 2020 - 06:18

D'instant en instant, le temps nous efface...

Non pas vraiment, cher ami poète

C'est ce qui change qui nous efface, or tout est changement, de la plus lointaine étoile à l'atome qui compose nos cellules


 

je veux Tout savoir de ce billet.

 

                              à Vous

 

hasia (intriguée) 

 

Je reviens vers vous chère amie, le temps de classer mes idées devant un café noir...



#11 hasia

hasia

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 731 messages

Posté 12 juin 2020 - 07:01

Fête      Monseigneur?

 

                   D'humeur à sérier          dès le matin    

 

               Faites Emrys             je Vous en prie, faites

 

le p'tit dèj        ce doux premier réconfort du jour

 

 

rire!

 

 

hasia



#12 Emrys

Emrys

    Ambrosius

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 634 messages

Posté 12 juin 2020 - 10:13

Chère poétesse,

 

Je ne veux surtout pas ennuyer....

 

Pour faire court:

 

la question du temps nous taraude car nous vivons toujours avec sa prégnante illusion réelle,

Aristote, le premier à avoir une pensée aboutie sur le sujet, conclut qu'il (le temps) est la mesure du changement donc pas de changement pas de temps.

Puis, quelques siècles après, Newton l'introduit (le temps, toujours) dans ses équations comme une donnée 'vraie', différente du reste, une donnée à part,, entraînant la quasi totalité des philosophes dans l'analyse..

Enfin, et depuis confirmée par l'expérience, Einstein tente une synthèse entre temps et espace en établissant de manière formelle la notion de 'champs' (en autres les champs gravitationnels)...Le temps n'est  plus exotique, c'est une partie intégrante d'un champs appelé l'espace-temps.

 

Je m'arrête là. Je ne veux pas vous fatiguer...(sourire)

 

Mais l'interrogation continue avec les propriétés quantiques de l'espace-temps...

 

Je dois vous avouer chère poétesse, que ce sont là (entre autres) mes centres d'intérêts, avec la poésie bien sûr,

 

Bien à vous



#13 Emrys

Emrys

    Ambrosius

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 634 messages

Posté 12 juin 2020 - 05:26

Je trouve ma réponse déplacée voire stupide...

 

Désolé chère Hasia.

 

Aussi, j'en fais une autre (peut-être plus poétique).

 

Imaginez !

 

Un grand champ d'herbe verte, une vaste étendue sans relief,

hormis un bel arbre isolé.

Un homme, chemise blanche et pantalon noir, marche d'un pas lent, il s'éloigne puis se rapproche de vous.

Vous l'observez, suspendue à un nuage.

Son mouvement par rapport à l'arbre s'imprime en vous.

Ainsi vous percevez le temps qu'il met  et la distance parcourue.

A-t-il été trop long  ?

.

 

Imaginez maintenant le même champ,

mais plus d'arbre

et des milliers d'hommes en noir et blanc

ils marchent tous dans des directions différentes

sans cohérence apparente...

 

N'êtes-vous pas troublée par ce désordre ?

 

(sourire)



#14 Sinziana

Sinziana

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 2 236 messages
  • Une phrase ::La vie en poésie, vivre en profondeur la légèreté, vivre avec légèreté la profondeur.

Posté 12 juin 2020 - 10:42

J'ai lu vos explications avec intérêt, bien qu'étant novice en la matière ...

Peut-être connaissez-vous les ouvrages de Philippe Guillemand ? (La route du temps. Le pic de l'esprit)

Bien à vous

#15 Emrys

Emrys

    Ambrosius

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 634 messages

Posté 13 juin 2020 - 06:33

Et quel temps suspendu !

Lamartine aussi a essayé

 

(sourire)



#16 hasia

hasia

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 731 messages

Posté 13 juin 2020 - 03:27

                   

 

                    Bonjour Cher Emrys, 

 

Pardon, pour ce temps réflexif indispensable de l'après mot, Vôtre!

 

Or,  il est si bon de Vous lire à TLP, magnifique, "nouvel Ulysse d'entre-nous"

sur ce  très singulier, chemin de l'en-dur, de la temporalité espace-temps et confluence rare

             quoique prégnante, de la rencontre d'une transversalité qui nous éclaire et nous construit poète(s), parmi, l'immense en diversité des talents.

 

Avec, 'envisagement' plus large et / ou , du moins, revisité, diversifié, du partage des attendus fonctionnels de l'Art Poétique ou inversement, traversant.

 

eu égard à : 

 

tous ses actants

son historique

son historicité 

ses lumières

ses atermoiements

ses différends

ses différentiels

 

Temporalité dont la prise en compte seule, nous remet sur le rail du changement, l' orientation de ses besoins fondamentaux.

 

 

J' ose à peine, avancer l'hypothèse du souhait le mieux partagé, de s'approprier la nouvelle demande sociétaleet de la moduler,au respectable de : ses racines profondes qui,

 

nous fondent, nous donnent à vivre,  permet le Vivre du Groupe large,

véritable dynamique, au sein d'une multi-culturalité    à soutenir, à nourrir des richesses inouïes indivis de, chacun du parmi-nous, 

 

ceci, au plus fort des apports sociaux évolutifs, créatifs et identitaires des Poètes...

 

In-fine, rassembler Toute force Vive  pour / vers ces embellies, petites et grandes  victoires

d'humanité,  héroïque de courage, acte de résilience s'il en est, sans jamais renoncer, lors de ce que nous venons de traverser, et pour certains, traversons toujours...

 

Tout se crée. Rien ne se perd. Sous nos yeux, une solidarité nouvelle  vient au secours avec des 'tout', avec des riens, des bouts de ficelles (parfois),

et aussi des mots, des mots, des mots - éphémères -  'les plus soft -', ceux qui font du bien,

rendus plus forts, d' applications neuves de  La Création,          qui nous convient,  

à nous agenouiller.

 

 

 

                                               à Vous, Emrys                     grand merci

 

 

Me pardonnerez-Vous,  jamais, de ce temps pris sur...?

 

hasia 



#17 Emrys

Emrys

    Ambrosius

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 634 messages

Posté 15 juin 2020 - 06:06

J'ai lu vos explications avec intérêt, bien qu'étant novice en la matière ...

Peut-être connaissez-vous les ouvrages de Philippe Guillemand ? (La route du temps. Le pic de l'esprit)

Bien à vous

Philippe Guillemand est intéressant à lire.

Ce centralien aborde le sujet sur ses aspects épistémologiques plus que purement scientifiques.

Il reprend de façon accessible  les grandes interrogations sur la connaissance scientifique (Bachelard, Husserl, Popper et bien d'autres...)

 

Merci Sinziana pour ce partage

 

Toute mon amitié



#18 Emrys

Emrys

    Ambrosius

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 634 messages

Posté 01 juillet 2020 - 06:37

                   

 

                    Bonjour Cher Emrys, 

 

Pardon, pour ce temps réflexif indispensable de l'après mot, Vôtre!

 

Or,  il est si bon de Vous lire à TLP, magnifique, "nouvel Ulysse d'entre-nous"

sur ce  très singulier, chemin de l'en-dur, de la temporalité espace-temps et confluence rare

             quoique prégnante, de la rencontre d'une transversalité qui nous éclaire et nous construit poète(s), parmi, l'immense en diversité des talents.

 

Avec, 'envisagement' plus large et / ou , du moins, revisité, diversifié, du partage des attendus fonctionnels de l'Art Poétique ou inversement, traversant.

 

eu égard à : 

 

tous ses actants

son historique

son historicité 

ses lumières

ses atermoiements

ses différends

ses différentiels

 

Temporalité dont la prise en compte seule, nous remet sur le rail du changement, l' orientation de ses besoins fondamentaux.

 

 

J' ose à peine, avancer l'hypothèse du souhait le mieux partagé, de s'approprier la nouvelle demande sociétaleet de la moduler,au respectable de : ses racines profondes qui,

 

nous fondent, nous donnent à vivre,  permet le Vivre du Groupe large,

véritable dynamique, au sein d'une multi-culturalité    à soutenir, à nourrir des richesses inouïes indivis de, chacun du parmi-nous, 

 

ceci, au plus fort des apports sociaux évolutifs, créatifs et identitaires des Poètes...

 

In-fine, rassembler Toute force Vive  pour / vers ces embellies, petites et grandes  victoires

d'humanité,  héroïque de courage, acte de résilience s'il en est, sans jamais renoncer, lors de ce que nous venons de traverser, et pour certains, traversons toujours...

 

Tout se crée. Rien ne se perd. Sous nos yeux, une solidarité nouvelle  vient au secours avec des 'tout', avec des riens, des bouts de ficelles (parfois),

et aussi des mots, des mots, des mots - éphémères -  'les plus soft -', ceux qui font du bien,

rendus plus forts, d' applications neuves de  La Création,          qui nous convient,  

à nous agenouiller.

 

 

 

                                               à Vous, Emrys                     grand merci

 

 

Me pardonnerez-Vous,  jamais, de ce temps pris sur...?

 

hasia 

C'est moi vous demande pardon, chère Hasia, pour cette absence...

 

J'ai lu et relu vos mots posés ici.

Ils sont si justes si pleins d'humanité  que je ne peux qu'approuver.

 

Merci encore à vous chère poétesse pour votre présence parmi nous pauvres écrivants,  votre présence si précieuse.



#19 hasia

hasia

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 731 messages

Posté 06 juillet 2020 - 09:41

à Vous, Emrys          

   qui, consacrez Votre extrême lucidité sensible et  Votre émouvante présence à Être,

 à la perfection de la pensée poétique...

 

 

https://youtu.be/GnV78j8WDQg

 

merci      

 

hasia