Aller au contenu

Photo

Entre doute et certitude


  • Veuillez vous connecter pour répondre
4 réponses à ce sujet

#1 Emrys

Emrys

    Ambrosius

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 638 messages

Posté 10 juillet 2020 - 07:01

Sur une eau calme
aux rides à peine visibles,
le mouvement imprévisible
de cygnes blancs
Obombre
l'alme mélancolie
de la roche sombre,
apparemment immobile,
dés lors, tout s'agite,
la lumière se réfugie dans le silence,
tout ici m'invite
à l'absence,
une intercurrence s'ajoute
et crée le doute,
au coeur des choses
le temps disparaît.



#2 M. de Saint-Michel

M. de Saint-Michel

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 11 297 messages
  • Une phrase ::Je suis quelqu'un pour qui poésie et respiration ne font qu'un.

Posté 11 juillet 2020 - 01:07

Le temps disparu, commence l'éternité...

#3 Emrys

Emrys

    Ambrosius

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 638 messages

Posté 12 juillet 2020 - 05:00

Le temps disparu, commence l'éternité...

Le temps, nous le créons,

Ce sont les évènements,..

ils provoquent des émotions

Et nous voilà embarqués dans cette illusion: le temps et son corollaire, l'éternité.

 

Merci ami poète pour votre commentaire



#4 Sinziana

Sinziana

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 2 309 messages
  • Une phrase ::La vie en poésie, vivre en profondeur la légèreté, vivre avec légèreté la profondeur.

Posté 12 juillet 2020 - 07:26

Doute/certitude, présence /absence/
Blanc/noir, agitation /silence
Temps/éternité...

Un beau poème, tout de contrastes, exprimant la profondeur de cette interrogation humaine.

Au coeur des choses
surprend l'inconnu
Étonnement.

#5 Emrys

Emrys

    Ambrosius

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 638 messages

Posté 12 juillet 2020 - 05:51

Doute/certitude, présence /absence/
Blanc/noir, agitation /silence
Temps/éternité...

Un beau poème, tout de contrastes, exprimant la profondeur de cette interrogation humaine.

Au coeur des choses
surprend l'inconnu
Étonnement.

Oui au coeur des choses se loge l'incertitude.

N'en soyons pas étonnés chère amie poétesse