Aller au contenu

Photo

Tu es l'amour


  • Veuillez vous connecter pour répondre
8 réponses à ce sujet

#1 Emrys

Emrys

    Ambrosius

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 657 messages

Posté 11 septembre 2020 - 08:12

Tu es l'amour, le vrai, le vif-argent,
L'amour qui danse, chante, fait la fête,
L'amour qui blesse et laisse, âme défaite,
Le corps décomposé dans l'entre-temps.

 

Tuer l'amour hurlant aux quatre vents,
L'amour qui cogne à la porte des têtes,
L'amour idiot qui rend fou, qui rend bête,
Qui fait de nous des géants, des enfants.

 

L'ai-je connu un jour, un seul instant ?
L'ai-je brûlé dans ton foyer ardent
Que ne pouvait éteindre ma tempête ?

 

Qu'importe maintenant, je suis devant
Tes bras ouverts et ton cœur rouge sang !
Je suis au bout du chemin de ma quête.



#2 Jped

Jped

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 1 307 messages
  • Une phrase ::Le voyage immobile après une vie de voyage

Posté 12 septembre 2020 - 11:46

Poème d'une grande force qui traduit l'ambivalence du sentiment, à la fois fondateur et destructeur de notre être profond - tu es l'amour/tuer l'amour - et pourtant notre quéte ultime. L'image finale, dans sa dimension christique, confirme l'importance essentielle de l'enjeu.

#3 M. de Saint-Michel

M. de Saint-Michel

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 11 375 messages
  • Une phrase ::Je suis quelqu'un pour qui poésie et respiration ne font qu'un.

Posté 12 septembre 2020 - 12:13

Un sonnet écrit avec art sur cet amour qui est à la fois notre vie, notre mort et notre salut! (Amour-obsession que renforcent la répétition du mot dans les quatrains et la reprise des rimes desdits quatrains dans les tercets... )

#4 Emrys

Emrys

    Ambrosius

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 657 messages

Posté 12 septembre 2020 - 05:00

Poème d'une grande force qui traduit l'ambivalence du sentiment, à la fois fondateur et destructeur de notre être profond - tu es l'amour/tuer l'amour - et pourtant notre quéte ultime. L'image finale, dans sa dimension christique, confirme l'importance essentielle de l'enjeu.

je ne sais que répondre à un tel commentaire.

Une juste lecture qui m'impressionne autant que le choix de vos mots. Merci, ami poète.
 


Un sonnet écrit avec art sur cet amour qui est à la fois notre vie, notre mort et notre salut! (Amour-obsession que renforcent la répétition du mot dans les quatrains et la reprise des rimes desdits quatrains dans les tercets... )

Encore un !

Merci pour cette fine analyse cher poète !

Rien ne vous échappe.

 

 

----

 

à vous aussi Laurence pour ce like discret   :)



#5 patricia moles

patricia moles

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 1 782 messages
  • Une phrase ::Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés ...
    Heureux ceux qui ont soif de justice car ils seront rassasiés...

Posté 12 septembre 2020 - 08:44

L'amour qui vit, qui déchire, tout cela en phrases simples.
Tout cela coule jusqu'au dernier vers.
J'aime votre poème...

Amicalement,
Patricia.

#6 Cyraknow

Cyraknow

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 5 232 messages

Posté 13 septembre 2020 - 12:04

Un sonnet de réellement très belle facture et, soit dit en passant, d'autant plus maîtrisé qu'il est réalisé en décasyllabes.

J'aime ce ton soutenu (vif-argent, feu ardent) que vient tempérer un langage plus simple, plus usuel (bête). 

L'amour, ici, prend une dimension métaphysique et pure. Saint-Michel a parlé de dimension christique. J'aurais plutôt vu une dimension arthurienne ou templière: recherche d'un graal.

En tout cas, ce feu de l'amour donne un tout autre sens au biblique "buisson ardent" !!



#7 M. de Saint-Michel

M. de Saint-Michel

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 11 375 messages
  • Une phrase ::Je suis quelqu'un pour qui poésie et respiration ne font qu'un.

Posté 13 septembre 2020 - 01:03

Un sonnet de réellement très belle facture et, soit dit en passant, d'autant plus maîtrisé qu'il est réalisé en décasyllabes.
J'aime ce ton soutenu (vif-argent, feu ardent) que vient tempérer un langage plus simple, plus usuel (bête). 
L'amour, ici, prend une dimension métaphysique et pure. Saint-Michel a parlé de dimension christique. J'aurais plutôt vu une dimension arthurienne ou templière: recherche d'un graal.
En tout cas, ce feu de l'amour donne un tout autre sens au biblique "buisson ardent" !!

Rendons à Jped ce qui lui appartient: en l'occurrence la "dimension christique"...

#8 Emrys

Emrys

    Ambrosius

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 657 messages

Posté 14 septembre 2020 - 06:45

L'amour qui vit, qui déchire, tout cela en phrases simples.
Tout cela coule jusqu'au dernier vers.
J'aime votre poème...

Amicalement,
Patricia.

 

 

"Fragile comme un enfant" écrit Prévert

 

Amitiés à vous Patricia  :)



#9 Emrys

Emrys

    Ambrosius

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 657 messages

Posté 15 septembre 2020 - 06:41

Un sonnet de réellement très belle facture et, soit dit en passant, d'autant plus maîtrisé qu'il est réalisé en décasyllabes.

J'aime ce ton soutenu (vif-argent, feu ardent) que vient tempérer un langage plus simple, plus usuel (bête). 

L'amour, ici, prend une dimension métaphysique et pure. Saint-Michel a parlé de dimension christique. J'aurais plutôt vu une dimension arthurienne ou templière: recherche d'un graal.

En tout cas, ce feu de l'amour donne un tout autre sens au biblique "buisson ardent" !!

Un subtil commentaire qui explore le fond et la forme. Merci à vous Cyraknow

 

Toute mon amitié