Aller au contenu

Photo

(Hommage) à Jude Stefan (1er juillet 1930 - 11 novembre 2020), par Cyril Anton


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 tim

tim

    Administrateur

  • Administrateur principal
  • PipPipPipPip
  • 5 596 messages

Posté 11 janvier 2021 - 10:33


Jude Stefan : Une Hantologie


6a00d8345238fe69e20263e98789a7200b-100wiSilence : câest bien dans cet habituel et assourdissant silence que nous apprenons la fin dâun poète, non pas la mort dâun homme, mais bel et bien la fin dâune langue â dite et voulue étrangère â que le poète emporte avec lui et dont il ne restera que peu de pratiquants. Ainsi, le Jude a disparu, laissant à la concentration des médias (verticale et horizontale) et à leur concertation hasardeusement déplorable le soin dâembaumer une langue singulière avec rite silencieux, à coup de flashs plus ou moins exprès oubliés eux â aussi dans lâinstant de la publicité qui les suit. Jude Stéfan, qui hésitait à voir le XXIe siècle se moquerait bien â et avec raison â de ces états dââme et de mes quelques mots. Mais quâil nous laisse tranquilles de saluer ses poèmes « bons à rien » tout en nous excusant de ne pas être à la hauteur de ce que « la communauté des solitaires » (Quignard) lui doit.
Jude aima être lâObscur du moins par le scandale, et Néfaste, par lâanagramme de Stéfan (quâil doit au Stephen Dedalus de Joyce). Frère dâincompatibles de Michaux, de Cioran, et de Rimbaud, écrire fut dâabord écrire contre : écrire contre Jacques Dufour (nom de naissance) à lâaide de Jude Stéfan, et avec Jude Stéfan écrire contre les poètes et une impossible poésie, écrire contre la vieillerie et la répétition chancelante ; jamais épigone, toujours dans un après où peut-être enfin vivre, câest-à-dire avec et contre Mallarmé et Ponge, mais aussi contre soi, contre les solitudes où tout moisit, près des latins et loin des anciens dâaujourdâhui, frère du « pas gagné », proche de Jean Ristat, de Philippe Beck, et de Bernard Noël. 
Son entrée en publication, il la doit aux Cahiers du Sud de Jean Ballard qui publie ses Stances sous le nom de Jude Stéphan pendant lâhiver 1965, entre Raymond Jean, Jean Tortel, André Robin, Gérard Arseguel, Joseph Guglielmi ; à Maurice Blanchot quâil avait lu avec ferveur et qui tendit le manuscrit de Satires aux mains de Georges Lambrichs qui dirigeait alors la collection âLe Cheminâ aux Éditions Gallimard, le recueil fut égaré par Jean Paulhan, mais câest là, dans ce cercle dirigé par Michel Chaillou quâil rencontra Jean-Philippe Salabreuil, Jacques Réda, compagnons dâentrelectures, puis Michel Deguy, Jacques Borel, Ludovic Janvier , Jean-Loup Trassard, et Pierre Lepère. La suite est connue de toutes ses biographies : poèmes (pour la plupart aux Éditions Gallimard) et également répartis : des nouvelles ou des faux journaux ainsi que des aphorismes aux Éditions Champ Vallon et au Temps quâil fait.
Toute son Åuvre rend caduque lâopposition entre émotion et intellect, que ce soit ménipées, povrésies, faux journal, prosopées, curriculum mortis, scholies, sa poésie hétérométrique où le vers se noie dans la prose fait encore acte de refus, demeure nuisible à lâordre des choses. Le classer dans le lyrisme critique de Jean-Michel Maulpoix ? Ou bien dans le Néoclassicisme selon Pierre Alferi qui est proche du Jude ? Voisin en cela du Jacques Réda le plus moderne ? Pourquoi pas⦠Mais ces trois derniers petits points de suspension pour vider ces tiroirs et encaissements qui, sâils sont utiles pour découper des périodes et des avancées, demeurent nébuleuses pour Jude Stéfan, dandy aigu et baroque qui écrivait sa vie en formes, avec cette voix perdue, de son vivant, de sa mort, avec cette libère stéfanique à jamais irréconciliable avec les conciliabules théoriques.

Que nous laisse-t-il ? Que la poésie nâest quâune désinvolture honteuse et pourtant une éclaircie, tout comme lâamour, lâérotisme, les fleurs, les arbres, le sport, la sieste ; que Catulle portait une casquette des Leakers ; que le sexe pouvait intervenir en poésie sans Jocrisse ; que de Sollers à Laures les amantes il nây avait césure mais enjambement ; que la compagnie des hommes est compagnie de la mort et que seule la prose peut corriger ce tir ; quâil faut lire au moins dix ou quinze ans de poésie avant dâoser y entrer ; que les angelots de la rhétorique et de la poésie pouvaient porter cornes rouges, que lâalexandrin faisait onze vers, et que le vers était pris dans la prose du monde (Hegel) ; quâil fallait rester « absolument moderne », avec un lyrisme aussi bas que le ciel ; que le rire nâest ni jaune ni noir ni stupide, mais contre. Pour détourner Properce, quâil est doux en poésie de changer dâesclavage afin que la vie nous laisse un peu de corde. Que nous reste-t-il de Jude Stéfan ? Quâa-t-il voulu nous dire ? Que les langues mortes et les langues vivantes parlent ensemble. Que Horace parle lâanglais le plus dialectique. Que par la porte Poésie on entre en résistance armé dâun désespoir qui, par rires et charité, trouble et fait trembler la vie telle quâelle nous est imposée et quâil faut la faire sortir avec force dynamismes du dictionnaire où tout se meurt, comme lâêtre dans le fond du nom propre.
Être né : voilà le drame à sauver en quelques actes dérisoires ; briser ce tourment avec ce fond de lumières quâon appelle « poèmes », voilà la chute.
Contrairement à ses compagnons de plumes et de génération (Deguy, Roubaud, Roche) Jude Stéfan sâest tenu à lâécart de beaucoup de manifestations et de lectures ou entretiens publics. Ce qui, sans verser dans une naïveté dâinterprétation, sâaccommode de sa vision dâune survie par lâécriture, toutes les deux actes assez honteux, lâun comme lâautre. Mais pourtant écrire, et avec lui, ce qui suit, mot après mot : il faut vivre mais ne pas écrire, toutes les plumes mènent à la charogne.
« Jâai expulsé le ver. Quitté mon dernier compagnon de viscères. Comme on règle ses dettes avant de disparaitre. Par propreté ». (Extrait de Faux Journal)
Jude Stéfan, qui nâa jamais existé, nâest donc pas mort à Orbec quâil nâa jamais habité. Ceci est un fait divers quâil aurait aimé lire.
La vie est le crime parfait.

Cyril Anton

NDA. Beaucoup dâinformations ici tirées de trois ouvrages et dâune émission :
« Jude Stéfan, Rencontre avec Tristan Hordé », Argol, 2005
« Jude Stéfan, le festoyant français », actes du colloque de Cerisy, Béatrice Bonhomme et Tristan Hordé, Honoré Champion, 2014
« Jude Stéfan », Michel Sicard, Poètes dâaujourdâhui, Seghers, 1994
« Jude Stéfan au bon plaisir dâOrbec », France Culture, 1999 ; disponible à cette adresse 


On peut lire aussi des deux notes critiques de Cyril Anton parues en 2004 dans le CCP, indisponibles sur internet et augmentées d'extraits, en cliquant sur ce lien..

On peut visionner cette rare vidéo de Jude Stéfan

commentaire de Jude Stefan sur la photo :
"A cette tradition toujours pas obsolète (être figé dans lâinanimé menaçant - au bout dâune décennie, un disparu ; au bout de deux, trois, etc.) jâessayai dâéchapper le plus possible, si elle tombait sur les heures personnelles, sauf à ne vouloir désobliger les élèves quand ils insistaient par trop ; je nâen ai donc conservé aucune. Une exception : dans une seconde (1990-1991) quatre élèves, les plus modestes de niveau (on les dit « en difficulté » sans doute pour les encourager ! ) tinrent à mâentourer, lâune la main placée à mon épaule, lâautre la sienne passée à mon bras : jâen ai lâair assez flatté, mal rasé, une pochette et un foulard de fantaisie, les mains dans les poches du veston de velours, le tout sur un fond de peupliers et devant un banc peint en rouge - sang de boeuf : quâelles soient remerciées de leur gentillesse et de leur simplicité !"
(photo sont tirée de "Jude Stéfan, Une vie d'ombres"






96EGUyPadLc

Voir l'article complet