Aller au contenu

Photo

Soleil blanc


  • Veuillez vous connecter pour répondre
5 réponses à ce sujet

#1 Diane

Diane

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 008 messages

Posté 31 mars 2021 - 08:52

Un soleil blanc
divergent
désordonne
crible
cible
ultra viole
le corps nu
vivant et perdu
ivoirine étole de tulle
étoilée
de sa chaleur
il mord dore
et darde
la peau d'eau pâle
qui dort
et sourit



#2 M. de Saint-Michel

M. de Saint-Michel

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 11 768 messages
  • Une phrase ::Je suis quelqu'un pour qui poésie et respiration ne font qu'un.

Posté 31 mars 2021 - 12:59

Rythme et sonorités sont à la fête!

#3 Escamillo Cavradossi

Escamillo Cavradossi

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 412 messages

Posté 01 avril 2021 - 06:25

Soleil vers
Verre de vain
Ciel lacté
Sans nuages de laid

#4 Diane

Diane

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 008 messages

Posté 01 avril 2021 - 03:06

Merci Messieurs de vos passages ensoleillés !



#5 Jped

Jped

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 1 488 messages
  • Une phrase ::Le voyage immobile après une vie de voyage

Posté 01 avril 2021 - 03:59

Ce soleil blanc,mystificateur, transgressif, veut-il qu'on le confonde, dans cet univers diurne/nocturne, avec l'astre de la nuit dévoyé, ou avec un clown blanc facétieux, joueur, ou mieux, avec un Père Ubu surréaliste et pervers ? Ou encore, un Casanova adepte du double langage, dissimulant les mots qui lui importent sous d'autres mots, des leurres, dans des jeux de sonorités folles, transmuant les êtres et les paysages - eau, ciel, femme, étoffes, ... -, à la poursuite insensée d'un amour impossible, d'une beauté insensible, inaccessible.

Une quête désespérée?

"Je suis belle, ô mortels ! comme un rêve de pierre ... "

#6 Diane

Diane

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 008 messages

Posté 05 avril 2021 - 04:55

Ce soleil blanc,mystificateur, transgressif, veut-il qu'on le confonde, dans cet univers diurne/nocturne, avec l'astre de la nuit dévoyé, ou avec un clown blanc facétieux, joueur, ou mieux, avec un Père Ubu surréaliste et pervers ? Ou encore, un Casanova adepte du double langage, dissimulant les mots qui lui importent sous d'autres mots, des leurres, dans des jeux de sonorités folles, transmuant les êtres et les paysages - eau, ciel, femme, étoffes, ... -, à la poursuite insensée d'un amour impossible, d'une beauté insensible, inaccessible.

Une quête désespérée?

"Je suis belle, ô mortels ! comme un rêve de pierre ... "

 

Cela aurait pu être tout cela à la fois.

Merci de votre commentaire éclairé ...par le soleil ?  ^^