Aller au contenu

Photo

Rencontres sacrées


  • Veuillez vous connecter pour répondre
Aucune réponse à ce sujet

#1 michelconrad

michelconrad

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 3 292 messages

Posté 20 mai 2023 - 07:36

Certains êtres, certains lieux ont été, pour moi, des rencontres sacrées, dont il me reste, aujourd’hui encore, des étincelles de lumière.
 
Parce qu’ Eve Malleret (1945-1984), qui traduisit Marina Tsvétaieva, avec tant d’âme, m’a dit, un jour : « toi, un poète, tu n’es pas allé à Venise et Léningrad ? Tu dois y aller d’ urgence », j’allai à Venise et Léningrad.
 
Je découvris que ces deux villes sont construites pour le rêve, et il faudrait avoir un cœur de pierre, pour n’y pas sentir, à leur spectacle, naître, en soi, une âme d’artiste.
 
A Venise, il faut contempler, en été, San Giorgio Maggiore, au soleil couchant, -- cette proue d’un navire qui s’abîme dans le crépuscule. Il faut esquisser, au crayon, un pont, une gondole, à grands traits maladroits, pour comprendre toute la distance qui nous sépare de l'insaisissable Beauté.
 
A Léningrad, en novembre, depuis la salle des Rembrandt de l’Ermitage, il faut voir la Néva gelée, où un brise-glace ouvre un chenal pour les navires, il faut entrer dans la maison où l’on porta, mourant, Pouchkine, après son duel avec le Français Georges-Charles d’Anthès, il faut voir la petite chambre d’étudiant de Pouchkine adolescent, à Tsarskoïe Siélo.
 
En ces lieux, « souffle l’esprit », selon l’expression de Barrès. En particulier si nous les percevons à un moment de nos vies où ils entrent en harmonie avec ce que nous sommes, au plus profond de nous : cette conjonction de nos états d ‘âmes et de ces signes envoyés par le monde extérieur suscite une alchimie, – et ils s’inscrivent en nous pour une éternité.
 
 
 
23/4/2017

Fichier(s) joint(s)