Aller au contenu

LeGénéralHamilton

Inscrit(e) : 16 mai 2008
Hors-ligne Dernière activité : aujourd'hui, 03:28

Publications sur Toute La Poésie

Poème

31 août 2022 - 12:05

Rapport(s)

28 août 2022 - 02:45

En cours

Myope(s)

19 août 2022 - 12:39

L'oeil prend la main. Poursuivre. Echouer. Persister à présenter tout cela. Persister, échouer toujours mieux. Langage articulé, signal. Paradigmes, changement de paradigmes. Changer. Persister dans l'échec, revenir. Revenir à l'échec. Subjectivité. Echouer. Revenir dans l'échec. S’abîmer. En revenir. Faire table rase. Secouer les miettes. Refaire. Lire. Apprendre. Objectif. Tout oublier. Revenir. Essayer de parler. Essayer le langage. Sans effet. La main prend l’œil. Des images. Réunir toutes les images. Réunir dans le souvenir les images. Réunir dans tous les souvenirs toutes les images. Réunir toutes les images et tous les souvenirs. Correspondance, correspondre, communiquer. Décevoir : échouer toujours. Un signal. Revenir près du signal. Des années : une seconde. Des images : du temps et des secondes. Cut-up, analogies, symbole, inter-textualité, méta-textualité, métaphysique : langage. Langage : échec. Le langage est la réussite de tous les échecs. Converser. Confronter. Ego. Volonté. Défendre ce que l'on entend. Renoncer à entendre. Renoncer à entendre ce que l'on entend. Un milliard d'images. Un milliard de milliard d'images multiplié par un milliard d'images. Toujours une même image. Un homme. Des hommes. L'humanité. Un ensemble. Des ensembles. Des ensembles circonscrits. Des ensembles comprenant des ensembles circonscrits : c'est à-dire Rien. La langue : du sexe, de la vie, de la mort. Du temps. Oublier le temps. Réussir à oublier le temps et la mort. Faire mourir les images. Voir une seule image. Un seul mort, une seule vie, un seul sexe. Pas de temps. Signal. Myope. Signal myope. Un vivant, un signal, un myope. Un mort. Définitif. Définitif est certainement mourant. Mouvant. Souvenirs : ensemble d'échecs mouvants. Ca parle, ça grouille, tripote. L'ensemble mouvant parle et parle à la mort. La mort écoute. Force de la mort, puissance effective de la mort : le silence, la réussite. Échouer. Tromper la mort. Un voile sur le mort, incinérer la mort, photographier le mort, filmer le mort. Parler de la mort jusqu'à ne plus orthographier la mort, ne plus circonscrire la mort, oublier la mort. Penser que si l'absence de sens donne le sens alors l'absence de mort donne la vie. Signal. Signaler. Peu importe le signe. Cut-up, analogies, symboles, répétitions : disponibilité du monde. Plus il est présent moins il est là. Plus il est moins je suis. Absoudre et discriminer. Discriminer chaque élément. Former tous les éléments. Dormir et rêver toutes les planètes mortes. Tout absoudre. Tout comprendre. Tout échouer. Le signaler. Signaler l'ocre de mars, signaler le sel et l’œil qui prend la main, la main qui prend l'oeil et quand tout devient tempête et quand la mort trompe la vie et quand la mort trompe la vie et quand résonne tous les souvenirs de toutes les images et quand toutes les images sont tous les souvenirs et quand cela est comme une tempête de toute la vie et de toute la mort et de tous les souvenirs et toutes images et quand tout cela a si bien réussi que tout cela a échoué et quand tout devient myope alors que tout cela est si clair mais que tout cela est si flou et que ça devrait être clair alors que tout est flou et que cela a échoué alors que ça aurait pu réussir mais que tout a réussi si bien que tout cela a échoué et que tout est si bien compris dans un ensemble circonscris dans les parties correspondantes à l'ensemble de toutes les planètes et que le temps est à la fois de la vie, du sexe, de la mort et finalement beaucoup de temps. Tout a si bien échoué et si bien réussi et tout est signalé et il y a encore tellement de temps et de mort et que le temps trompe si bien la mort et qu'on pourrait même douter que la vie est un mensonge et que ce qui a été signalé a toujours été signalé et qu'il y a encore du temps pour signaler tout cela et que la mort trouve du sens à faire mentir la vie et que le langage est cut-up, une analogie, un symbole, un signal, une répétition de lui-même et que dans la fin toujours proche il n'y a que du sexe, de la vie, de la mort et du temps et leur disponibilité dans tous les souvenirs et dans toutes les images, dans l'unique image du sel de mars et de tous les mots et de tous leurs échecs et de toute l'humanité et de tous ses échecs qui grouillent, marchent, se meuvent et tripotent et que de tout cela il faut attendre de la métaphysique comme une tempête et que tout cela va venir et échouer et vivre et mentir et tout absoudre et qu'il y a encore un milliard d'images multipliée par un milliard et qu'il y a autant d'ensembles qui vont circonscrire et provoquer tout cela et que tout cela va être signalé et que moins il y a, plus il y aura de toute cette subjectivité et de toutes ces subjectivités et de tous ces oublis et de toutes ces correspondances et de toutes ces communications et de toutes ces correspondances dans tous les abîmes de ce qui est infiniment toujours plein.