Aller au contenu





Den a Noc

Posté par Emrys, 04 octobre 2008 · 1 584 visite(s)

Carmen VI: Ruptures musicales
Dix sept heures : le Café Arco
...

Que fais-je là ce soir à Prague la baroque ?
Certes j'aime ses rues ses églises d'époque,
Son palais Wallenstein ses loggias à arcades,
Place 'mala strana', pilastres en façade...

Sous les ponts de Bohème où je suis revenu,
Plus de traces du temps où Vltava courait nue.
Je pense encore à toi, ma douce Ludmila.
Tout semble disparu car toi tu n'es plus là.

Le vent d'hiver ferma tes paupières humides,
Comme une ombre glacée sur toi une chlamyde
Fidèle au rendez-vous vers toi précipitée.

Au café Radetzky tu t'engouffras livide...
Ce temps je l'ai perdu et cette ville est vide.
Au fond de moi aussi l'étrange vacuité.




Je griffonne, fébrile, ses quelques vers sur mon petit carnet rouge.
Il est l'heure. Elle m'attend.

Dix huit heures trente : L'Hôtel Europa

Dos et épaules nus. Décolleté profond jusqu'au creux de tes reins. Lignes pures et racées. Tu es belle il est vrai. Cette robe du soir, en organdi de soie et dentelle noires, délicatement imprimée de petites vandas bleues, sublime ton corps.
Tu babilles futile pour meubler le temps qui nous presse.

" Oh cher ami ! Cet après-midi ! Quel ennui cette exposition ! Tu ne trouves pas ? Je ne comprends rien à ces peintres modernes. Et puis ces noms tchèques… Tu te rappelles, toi ?..."
"Medek... Mikulas Medek...". Je réponds en pensant à une de ses toiles : Den a noc
"Medek? Tiens, presque ton prénom". Ton sourire est moqueur. Tu n'es toujours pas prête.
"Nous allons être en retard". Je lâche, indifférent à ta vénusté dévoilée.
"Oh !...Ces ballets !...C'est toujours la même chose… On donne quoi au fait, ce soir ?"
"Giselle…" (ou les Willis je pense au fond de moi)
"Ah !... Tchaïkovski !"
"Adolphe Adam... en fait Théophile Gautier." Las, je murmure à peine ce nom étranger à ta culture béotienne.

Tu n'entends pas. De toutes façons tu ne comprends rien à la musique et la poésie n'est pour toi que du verbiage inutile.

"Mais que dis-tu ?"

Je n'ai pas le temps, pas l'envie de parler. Des mots dont tu n'as rien à faire...
Autour de toi, les fragrances enivrantes d'un Guerlain que je ne reconnais plus.
Un instant plus tard, dans le hall de l'hôtel, un voiturier souriant me tend la clé : "Your car is ready, Sir ! Good evening, Lady !"… "Many thanks"...

"Ah cher ami, je dois vous dire quelques mots… nous verrons ça tout à l'heure."

Vingt heures : Le Théâtre National

Au début lumières et dorures, lustre monumental accroché sous la voûte, fresques comme un soleil... le rouge des fauteuils.
Rideau ! C'est là que tout commence.
La fin du premier acte approche lentement. Tu glisses entre mes doigts, un petit papier bleu, en deux plié.

Je ne t'aime plus.

Endommageur.

Finis la pantomime, les bourrées à quatre temps. Les danses alourdies des belles villageoises, le vin jeune des vendanges, n'enivrent encore un peu.
Et au milieu, Giselle, puisque je ne vois qu'elle.
Légère elle semble seule s'envoler sur ses pointes. Sans appuis, sans pesanteur, elle recrée l'espace en courtes pulsations d'ailes, comme les battements d'un cœur qui engendrerait la vie.

Tu me tends, agacée, un deuxième bout de papier sur lequel je lis à peine dans la pénombre.

Je vais te quitter.

Le deuxième acte c'est l'acte blanc. Tout le corps de ballet se déchaîne dans un ciel sombre. Elles dansent légères au bord de ma pensée, ces willis en tutu romantique fait de tulle illusion.
Leurs phrases sont aussi longues que mon attente, aussi désespérées que mes larmes.
Où se perd ton regard, Giselle la willi ? Est-ce toi qui effleure les cordes de l'alto qui longuement te pleure ?

Un troisième billet.

Tu ne dis rien ? Tu es perfide !

Point d'orgue.
Et je la vois, telle Sylphide; c'est Ludmila qui me revient de l'au-delà.





[Ecrit à Prague, le dimanche 26 mars 2006]



Cliquez ici pour les commentaires du salon principal
J'aimerais savoir ce que veut dire ce poème.

J'aimerais savoir ce que veut dire ce poème.

 

J'aimerais aussi savoir, cher amour...

Après tout, je l'ai écrit

 

(donc je sais)

 

Ce que veut dire ce texte..

 

Ne perdons pas un peu de nous-mêmes dans chaque rupture ,

Ma photo

0 utilisateur(s) actif(s)

0 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s)

Bienvenue

Image IPB

Vous vous êtes échoués sur mes rives ?
Qu'importe comment,
qu'importe pourquoi
la dérive !
Vous êtes ici de pas-sage.
Laissez s'il vous plait
à l'entrée vos ba-gages.
Si je n'ai pour vous
pas encore de visage,
Apercevoir le vôtre m'oblige.
Hors de question que je vous néglige !
Permettez que
je vous guide sur mes terres !
Allons en extraire quelques vers



Les textes en prose

Ni cri ni geste-- Totale extinction -- La do mi ré fa la-- Concerto en sol-enterrement classique -- Unter den Linden -- Den a Noc-- L'enfant de sable

Les triptyques en prose

L'Aujourd'hier: Hier, l'attente -- Aujourd'hui, je te souris... -- Demain, on ne meurt que deux fois
L'ombre: L'ombre en été -- L'ombre en automne -- L'ombre en hiver

Les textes en série

Vacuum City
Veuillez déposer vos bagages -- Le temps de la métamorphose -- Si tout commence un jour

Les triptyques en vers

Recollection: Le départ--Les fausses larmes --Le compromis
La Clé: ...de la chambre -- ...du fragile édifice de sa vie -- ...d'une nuit entre toutes les nuits
Rendre ou se rendre: Je vous rends vos rêves -- Je rends mon corps à la terre -- Où se rendent nos âmes ?

La musique et Les mots

0 utilisateur(s) actif(s)

0 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s)

Décembre 2019

D L M M J V S
1234567
89 10 11121314
15161718192021
22232425262728
293031