Aller au contenu





Mais Orphée n'est pas sage...

Posté par Emrys, 18 octobre 2008 · 1 145 visite(s)

Carmen VIII: Le Mythe Assassin

"La mort d'Orphée" Emile Lévy (XIXe)

[Prologus]
Dans la forêt de Thrace aux couleurs céladon
Monte le chant d'Orphée sublime comme un don.
Calliope émerveillée berce son enfant blond
Qu'accompagne déjà la lyre d'Apollon.


[Carmen]
Te voilà jeune prince, embarqué sur l'Argo ;
Ta voix et ta cithare émeuvent les Héros ;
Des Sirènes, couvrant le chant pourtant si beau,
Ta mélopée les sauve, étourdissant les flots.

Quand un jour t'apparaît du jardin des délices
La plus belle qui soit, la divine Eurydice ;
Ton cœur danse vers Elle un chant beau comme un lys
Empreint du bel Amour multiplié par dix.

La vipère et son ombre, invitées à la noce,
Mêlent sang et venin dans un malheur précoce,
Lui arrachent la Vie ; Ta douleur est atroce
Et ton chant inutile au culte d'Asclépios.

Alors tu entreprends la descente aux Enfers...
"
O Dieux qui gouvernez les ombres de la terre !
Toi Hadès et ta Reine Enfant de Déméter,
Rendez-lui son aimée, ne le faites pas taire !

Cédez !... Que sa beauté, trop tôt désincarnée,
Fasse s'ouvrir les fleurs prêtes à se faner !
"...
Dans des larmes de fer, face aux pleurs des damnés,
Pluton rend à Orphée son amour condamné.

"
Ne tourne pas vers elle un regard même inquiet
Avant d'avoir quitté mes terres sans pitié...
"
Eurydice et Orphée gravissent le sentier
Qui mène vers l'amour, exempt d'inimitié.

Quand la lumière est là Eurydice est dans l'ombre ;
Mais Orphée n'est pas sage, il s'impatiente et sombre
Dans le désir de voir les ailes qui l'obombrent.
Il la perd à nouveau quand s'efface son ombre.


[Epilogus]
Il ne t'est plus permis à toi mortel Orphée
De reprendre à la Nuit ce qu'Hadès a défait.
Ton chant si triste et beau soit-il, presque parfait,
Aux Ménades sans Loi, restera sans effet.


© Septembre 2007




Dix ans déjà....

 

Je n'écris plus comme ça maintenant.

Ma photo

1 utilisateur(s) actif(s)

0 invité(s) et 1 utilisateur(s) anonyme(s)

Bienvenue

Image IPB

Vous vous êtes échoués sur mes rives ?
Qu'importe comment,
qu'importe pourquoi
la dérive !
Vous êtes ici de pas-sage.
Laissez s'il vous plait
à l'entrée vos ba-gages.
Si je n'ai pour vous
pas encore de visage,
Apercevoir le vôtre m'oblige.
Hors de question que je vous néglige !
Permettez que
je vous guide sur mes terres !
Allons en extraire quelques vers



Les textes en prose

Ni cri ni geste-- Totale extinction -- La do mi ré fa la-- Concerto en sol-enterrement classique -- Unter den Linden -- Den a Noc-- L'enfant de sable

Les triptyques en prose

L'Aujourd'hier: Hier, l'attente -- Aujourd'hui, je te souris... -- Demain, on ne meurt que deux fois
L'ombre: L'ombre en été -- L'ombre en automne -- L'ombre en hiver

Les textes en série

Vacuum City
Veuillez déposer vos bagages -- Le temps de la métamorphose -- Si tout commence un jour

Les triptyques en vers

Recollection: Le départ--Les fausses larmes --Le compromis
La Clé: ...de la chambre -- ...du fragile édifice de sa vie -- ...d'une nuit entre toutes les nuits
Rendre ou se rendre: Je vous rends vos rêves -- Je rends mon corps à la terre -- Où se rendent nos âmes ?

La musique et Les mots

1 utilisateur(s) actif(s)

0 invité(s) et 1 utilisateur(s) anonyme(s)

Janvier 2020

D L M M J V S
   1234
567891011
12131415161718
1920 21 22232425
262728293031