Aller au contenu





Agnès et Charles

Posté par lologentil, 25 mai 2019 · 66 visite(s)

Nous sommes à la fin du très long Moyen Âge.
Quelques années après l'admirable courage,
L'épopée et la mort de Jeanne la Pucelle,
Charles VII rencontre la jeune Agnès Sorel,
Demoiselle d'honneur à la cour de Lorraine.
Ses cheveux blond cendré, son teint de porcelaine,
Son charme et ses grands yeux attirent les regards
Du monarque troublé ; il est déjà trop tard.
Charles le Bien Servi et le Victorieux
Est dompté par l'amour, le véritable Dieu.
La Dame de Beauté est une fine mouche.
Elle attend quelque temps avant d'offrir sa bouche
Aux lèvres du Valois, de vingt ans son aîné.
Agnès lui résiste pour mieux se l'attacher.
La belle, par la suite, est la première dame.
Elle éblouit la cour et éclipse la femme
Du souverain français ; pauvre Marie d'Anjou !
Le fils aîné du roi, dans un très grand courroux,
Poursuit Agnès Sorel, une épée à la main.
La favorite échappe aux foudres du dauphin
En se réfugiant dans la couche royale,
Qui n'est plus fréquentée par l'amour conjugal.
Le jeune homme en colère est promptement chassé.
Le roi l'envoie régir le lointain Dauphiné.
La Dame de Beauté s'éteint à vingt-huit ans.
Le mercure a raison de cet être envoûtant.
Charles VII, éploré, lui offre deux tombeaux ;
L'un renferme le corps et l'autre le cœur gros
De cette âme expulsée à jamais d'ici-bas.
La porte de sa vie arbore un cadenas,
Que la Faucheuse ferme avec beaucoup de soin.
Le futur Louis XI a un sourire en coin.