Aller au contenu





Les Bannis

Posté par Laurence HERAULT, dans Poèmes 11 novembre 2023 · 140 visite(s)

Génocide destruction culture antique désert exil patrie respect pays d accueil liens indéfectibles Arménie
Les Bannis À Hovhannès Haroutiounian
 

 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Les Bannis
 
 
Ils ont abandonné tout ce qu'ils possédaient,
Les tombes de leurs pères, la terre où ils vivaient,
Les cieux qui leur offraient l'éther et l'Empyrée,
Cheminant jour et nuit sans boire ni manger
Dans ce désert brûlant où tant d'autres périrent,
Innocentes victimes aveuglément broyées
Par la sauvagerie et la cupidité.
 
Survivant aux massacres lâchement perpétrés,
Unis dans la douleur et la nécessité,
Ils ont fui leur patrie si tendrement aimée
Pour trouver d'autres lieux pouvant les accueillir
Avec pour tout bagage leurs profondes racines.
 
De là, sans ménager leur peine ni leur vie,
Ils se sont adaptés aux règles du pays
Enrichissant leurs hôtes de solides valeurs,
De multiples talents, de généreux esprits,
De l'immense héritage de siècles de labeur
Avec reconnaissance, courage et empathie.
 
Ces êtres malmenés, condamnés à l'exil
Par d'autres qui n'ont pas leur antique culture
Mais détruisent la leur au fur et à mesure
En déformant l'Histoire au gré de leurs envies
 
Poursuivant aujourd'hui tous ces crimes qu'ils nient,
Au nez et à la barbe d'une Europe assoupie
Incapable d'aider un peuple dit « ami »
Se battant comme un lion contre la perfidie ;
 
Ces êtres rescapés de tant d'atrocités
Ayant pris pour beaucoup le parti de se taire,
Ont planté autour d'eux quelques petites graines
Laissant leurs descendants gérer l'ignominie
D'actes qui laisseront, avec leurs cicatrices
 
Des personnalités éprises de justice
À l'acuité de l'aigle veillant sur ses petits,
Sans jamais oublier leur pays d'origine
Avec lequel ils gardent des liens indéfectibles.
 

 
Laurence
03 mai 2023

 
 
Poème inspiré par l’œuvre d'Hovhannès Haroutiounian : « Les Bannis »
Huile sur toile, 41x27cm, 2023.
 
 

 



Un vibrant hommage à l'histoire et à la culture de ce peuple discret si injustement malmené.

Merci beaucoup Estérina, très touchée...

Derniers billets

Derniers commentaires