Aller au contenu

Photo

Métaphysique


  • Veuillez vous connecter pour répondre
675 réponses à ce sujet

#661 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 5 735 messages

Posté 08 juin 2021 - 05:40

L'acceptation fait foi __

 

L'Acceptation fait Foi  __



#662 Victorugueux

Victorugueux

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 19 485 messages
  • Une phrase ::Savoir se taire c'est déjà beaucoup mieux que des bavardages incessants... Oui ! Le repos c'est une chose qui nous aide

Posté 08 juin 2021 - 06:12

Deux plus deux, font quatre

Alors que dire de plus...  



#663 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 5 735 messages

Posté 08 juin 2021 - 07:14

C'est ' comme ça ' ne me paraît pas suffisant à faire une vie acceptable _



#664 Victorugueux

Victorugueux

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 19 485 messages
  • Une phrase ::Savoir se taire c'est déjà beaucoup mieux que des bavardages incessants... Oui ! Le repos c'est une chose qui nous aide

Posté 08 juin 2021 - 07:31

Le ciel est vaste

Et nos connaissances,

Elles sont limitées...



#665 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 5 735 messages

Posté 08 juin 2021 - 08:30

Oui. A plus forte raison. Essayer d'aller au-delà. Ce peut être par simple curiosité. En tout cas, pour moi c'est ' moteur '.



#666 Victorugueux

Victorugueux

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 19 485 messages
  • Une phrase ::Savoir se taire c'est déjà beaucoup mieux que des bavardages incessants... Oui ! Le repos c'est une chose qui nous aide

Posté 08 juin 2021 - 08:40

Comme je descendais...

Pour la suite, demandez la

à Arthur Rimbaud



#667 Victorugueux

Victorugueux

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 19 485 messages
  • Une phrase ::Savoir se taire c'est déjà beaucoup mieux que des bavardages incessants... Oui ! Le repos c'est une chose qui nous aide

Posté 10 juin 2021 - 12:14

Se dire poète et oublier peut-être

Toutes les myriades de mots écrits

Vivre quelques petits riens du tout

La vie ! ça reste des vécus partagés



#668 Alfred

Alfred

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 787 messages

Posté 11 juin 2021 - 10:31

 

La vie ! ça reste des vécus partagés

 

La chose a péri mais un certain nombre d’entre nous ont refusé de la reconnaître morte. Certains du cortège qui retournait aux caves avaient des yeux dans le dos et ils ont longuement parlé dans la nuit. Je voulais aussi parler et j’ai parlé dans le vide alors qu’ils baissaient les yeux. Leur désintérêt et leur ennui me faisaient autant souffrir que la mort de la chose. Je me suis endormi plein de rêves angoissants et plus angoissé encore à mon réveil. Coupé de tout, je me suis occupé tout le jour dans les caves en pensant à mille choses à la fois, mille choses inconséquentes qui m’éloignaient toujours plus loin. Je dévorais du pain sans pouvoir combler ma faim et je buvais l’eau des caves sans pouvoir étancher ma soif. Je ramassais frénétiquement les signes au sol des caves en les serrant contre moi. Je me sentais aussi liquide que l’humidité des murs des caves et je ne distinguais plus les bruits des caves de mes propres pensées. Et pourtant je n’avais pas l’impression de vivre quelque chose, je n’avais pas l’impression de vivre quelque chose que je pouvais dépasser. Je me suis arrêté un moment à un endroit connu des caves et j’ai vomi une multiplicité de signes obscurs. Au sol ces signes paraissaient pourtant bien plus signifiants que moi, ce qui m’exalta pendant une période si bien que j’aurai voulu vomir encore en me tenant aux murs de la cave. Je repris ma route satisfait car il me semblait être de moins en moins un objet. De retour parmi les autres j’étais très fier et je me sentais clairement distinct du groupe. Je les ignorais et je vis par leur attitude qu’ils notèrent ce comportement inhabituel, ce qui me rendit encore plus orgueilleux. Je mimais plusieurs fois devant eux l’acte de vomir en plaçant deux doigts dans ma bouche. Je leur dis que je vomissais sur la chose morte et que j’étais capable de lui vomir dessus même si elle était vivante. Ils se mirent tous à rire, ce qui me rendit haineux. Je n’avais jamais connu une haine si intense. J’ai ramassé un signe des caves bien aiguisé et j’ai poignardé l’un d’entre nous avant de m’enfuir le plus loin possible des caves et de retrouver la surface. L’air frais m’apaisa et je rejoignis en marchant le tombeau de la chose, plongé dans l’herbe. Le tombeau de la chose m’évoquait un monde d’une solitude sans signes. Une solitude universellement partagée et toujours individuellement close. J’étais terrifié de participer à cette vie tout autant qu’en être témoin. J’étais terrifié à l’idée d’avoir encore à vivre car tout semble passer sans avoir de fin.



#669 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 5 735 messages

Posté 12 juin 2021 - 05:41

Je suis incapable de dire pourquoi je pense ' harmonica ' _

 

Voilà ce que j'adore dans la lecture : la ' chose ' imprévue.



#670 Alfred

Alfred

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 787 messages

Posté 13 juin 2021 - 10:48

Une nuit dans la nuit.



#671 Alfred

Alfred

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 787 messages

Posté 13 juin 2021 - 11:29

Je suis incapable de dire pourquoi je pense ' harmonica ' _

 

Voilà ce que j'adore dans la lecture : la ' chose ' imprévue.

 

Une nuit dans la nuit. Une nuit nuité. Une nuit possédée et possédante. Une nuit artificielle sans artifice. Une nuit à l'aide appelant à l'aide. Une nuit ensoleillée sans soleil. Une nuit raisonnante parce qu'elle est nuit. Une nuit automatique. Une nuit mathématique et rythmée, une nuit improvisée. Une nuit comme une journée. Une nuit par ce que l'on entend une journée, par ce que l'on a entendu une journée, et par ce que l'on entend encore une journée, par ce que l'on a entendu chanter dans une nuit nuité. Une nuit belle comme ce qui donne la mort. Une nuit de rongeurs et de parasites, une nuit rythmée. Une nuit oubliée est de l'ordre de ce qui est. Le soleil se lève et la nuit est là. Une nuit avec tous ses personnages : une nuit de misère et de gloire. Une nuit de tout ce qui fait l'humanité, une nuit négative et positive de ce qui est Dieu. La nuit d'un instant. Une nuit d'excuse et une nuit de crime. Une nuit de téléphone, d'internet, de sms, de bouteilles à la mer et de bouteilles bues, une nuit de synapses brisés. Une nuit qui appelle l'histoire de la poésie. Une nuit qui dans sa poésie appelle dans sa nuit l'histoire et qui convoque dans sa nuit les poètes morts et vivants. Une nuit d'un piano face à la mer ; une nuit d'un piano dans la mer ; une nuit orale écrite dans la mer. Une nuit comme un grand sommeil, des vagues dans la mer, une flamme dans le sommeil et dans la mer et dans toutes les nuits. Une nuit destinée aux non-destinataires. Une nuit comme tant d'autres. Une nuit n-u-i-t, une nuit composée de ces lettres : une nuit pleine. Une nuit pleine de l'intensité de ses nuits et de toutes ces lettres. Une nuit d'abandon, une nuit abandonnée d'elle-même : une nuit seule pleine d'elle-même et de son temps. Une nuit.



#672 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 5 735 messages

Posté 14 juin 2021 - 06:21

épiphanies __



#673 Victorugueux

Victorugueux

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 19 485 messages
  • Une phrase ::Savoir se taire c'est déjà beaucoup mieux que des bavardages incessants... Oui ! Le repos c'est une chose qui nous aide

Posté 14 juin 2021 - 11:37

Le silence comme ne rien dire

Ce n'est pas vraiment un vécu

je sais des bavards qui blablatent

Quelques fois je me dis sans mots



#674 denis_h

denis_h

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 227 messages

Posté 14 juin 2021 - 02:37

 

La chose a péri mais un certain nombre d’entre nous ont refusé de la reconnaître morte. Certains du cortège qui retournait aux caves avaient des yeux dans le dos et ils ont longuement parlé dans la nuit. Je voulais aussi parler et j’ai parlé dans le vide alors qu’ils baissaient les yeux. Leur désintérêt et leur ennui me faisaient autant souffrir que la mort de la chose. Je me suis endormi plein de rêves angoissants et plus angoissé encore à mon réveil. Coupé de tout, je me suis occupé tout le jour dans les caves en pensant à mille choses à la fois, mille choses inconséquentes qui m’éloignaient toujours plus loin. Je dévorais du pain sans pouvoir combler ma faim et je buvais l’eau des caves sans pouvoir étancher ma soif. Je ramassais frénétiquement les signes au sol des caves en les serrant contre moi. Je me sentais aussi liquide que l’humidité des murs des caves et je ne distinguais plus les bruits des caves de mes propres pensées. Et pourtant je n’avais pas l’impression de vivre quelque chose, je n’avais pas l’impression de vivre quelque chose que je pouvais dépasser. Je me suis arrêté un moment à un endroit connu des caves et j’ai vomi une multiplicité de signes obscurs. Au sol ces signes paraissaient pourtant bien plus signifiants que moi, ce qui m’exalta pendant une période si bien que j’aurai voulu vomir encore en me tenant aux murs de la cave. Je repris ma route satisfait car il me semblait être de moins en moins un objet. De retour parmi les autres j’étais très fier et je me sentais clairement distinct du groupe. Je les ignorais et je vis par leur attitude qu’ils notèrent ce comportement inhabituel, ce qui me rendit encore plus orgueilleux. Je mimais plusieurs fois devant eux l’acte de vomir en plaçant deux doigts dans ma bouche. Je leur dis que je vomissais sur la chose morte et que j’étais capable de lui vomir dessus même si elle était vivante. Ils se mirent tous à rire, ce qui me rendit haineux. Je n’avais jamais connu une haine si intense. J’ai ramassé un signe des caves bien aiguisé et j’ai poignardé l’un d’entre nous avant de m’enfuir le plus loin possible des caves et de retrouver la surface. L’air frais m’apaisa et je rejoignis en marchant le tombeau de la chose, plongé dans l’herbe. Le tombeau de la chose m’évoquait un monde d’une solitude sans signes. Une solitude universellement partagée et toujours individuellement close. J’étais terrifié de participer à cette vie tout autant qu’en être témoin. J’étais terrifié à l’idée d’avoir encore à vivre car tout semble passer sans avoir de fin.

 

extrait d'une œuvre future en gestation ?



#675 Victorugueux

Victorugueux

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 19 485 messages
  • Une phrase ::Savoir se taire c'est déjà beaucoup mieux que des bavardages incessants... Oui ! Le repos c'est une chose qui nous aide

Posté 15 juin 2021 - 11:37

Peut être faut-il savoir faire

plus simple donc plus court !



#676 Alfred

Alfred

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 787 messages

Posté 21 juin 2021 - 12:22

 

extrait d'une œuvre future en gestation ?

 

Non, c'est déjà écrit.

 

Peut être faut-il savoir faire

plus simple donc plus court !

 

J'irai même plus loin : la poésie est ontologiquement silencieuse.