Aller au contenu

Photo

Séjour en Martinique

Paul Gauguin art peinture Martinique acrostiche

  • Veuillez vous connecter pour répondre
17 réponses à ce sujet

#1 Cyraknow

Cyraknow

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 4 990 messages
  • Une phrase ::Thé, livres, poésie... un bonheur simple.

Posté 12 juillet 2014 - 09:02

Séjour en Martinique

 

 

 

Martinique des souvenirs,

Anse Turin de mer en terre,

Révèle au peintre en devenir

Toiles inondées de lumière.

Inspiration de chaque instant,

Nouveaux beaux tableaux se succèdent,

Immenses preuves du talent

Qui vit en lui et qui l’obsède.

Une vie précaire et sans fard,

Entre la maladie et l’art.

 

 

 

 

 

 

Novembre 2013 

Atelier du musée Petiet sur la vie de Gauguin. Inspiré par son séjour en Martinique, de juin à octobre 1887.

Les conditions de vie y sont précaires ; Gauguin contracte successivement le paludisme et la dysenterie, mais y produit 12 toiles.



#2 FlorentM

FlorentM

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 721 messages
  • Une phrase ::J’écris lorsque je n’ai rien
    à ne pas écrire.

Posté 12 juillet 2014 - 09:18

Un éblouissant acrostiche, dont la contrainte se fait presque oublier tant la succession des vers semble naturelle ! J'aime particulièrement la musicalité des vers 2 et 3. 

 

J'aurais juste une toute petite remarque : les "e" élidés aux vers 4 et 9 me semblent nuire (très légèrement) à la fluidité. Mais cela n'est vraiment pas grand chose en regard de la justesse de tes vers (et c'est peut-être moi qui suit trop enfermé dans les règles classiques pour voir la beauté de ces élisions^^)



#3 Anwen

Anwen

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 425 messages
  • Une phrase ::«La route vers l'inconnu est toujours bienvenue»

Posté 12 juillet 2014 - 10:36

Un joli texte dont j'apprécie la simplicité franche.
En revanche, Est-ce vraiment utile de préciser qu'il s'agit d'acrostiche ? Ca gâche un peu le plaisir de la surprise, non ??? ^^

#4 Philippe Le Pelvé

Philippe Le Pelvé

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 437 messages

Posté 13 juillet 2014 - 06:53

Ton poème crie la vérité

Sur leur seul pauvreté

Dans un décor rêvé.

Il ne faut l'oublier.

 

Berhe ou Philippe Le Pelvé



#5 Cyraknow

Cyraknow

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 4 990 messages
  • Une phrase ::Thé, livres, poésie... un bonheur simple.

Posté 13 juillet 2014 - 10:17

Merci encore une fois à tous de vos lectures et commentaires.

 

Anwen, tu as bien raison. En général, je ne mets le type de poème que sur mes feuillets, pour mémoire et classification, puis retire la mention au moment où je copie / colle pour publier. Un oubli, oups...

 

Florent, de quel e parles-tu comme étant élidé? Normalement, vers 4, toiles (non) inondées (oui) et vers 9 entre (non). Enfin, si j'ai bien compris ce que des amis classicistes se sont échinés à m'expliquer...

 

Philippe, quel joli quatrain commentaire! Oui, beaucoup de gens ont tendance à ne voir de Gauguin que les toiles aux décors paradisiaques et aux femmes magnifiques, sans savoir ce que cela cachait...



#6 FlorentM

FlorentM

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 721 messages
  • Une phrase ::J’écris lorsque je n’ai rien
    à ne pas écrire.

Posté 13 juillet 2014 - 11:04

Je parle bien du 'e' de "inondées". Si j'ai bien compris, si l'on suit stricto sensu les règles classiques, (sources : http://jocab.over-bl...us-3240975.html, qui reprends essentiellement le contenu du traité de Gilles Sorgel), en poésie classique un 'e' en fin de mot suivant une voyelle doit être élidé, mais comme tout autre 'e' ne peut l'être que s'il est suivi d'un son voyelle. Ainsi, "joie de vivre" est interdit car le 'e' de "joie" doit être élidé mais ne peut pas l'être. De même, un mot se terminant pas "ées" ne peut qu'être placé en fin de vers, le 'e' étant nécessairement suivi d'un son consonne sinon.

 

Pour le vers 9 (si j'ai bien compté), je parle du 'e' de "vie", qui pour la même raison ne peut, selon les règles classiques, être élidé.

 

Cela dit, je crois que le néo-classicisme relâche cette règle en permettant à ces 'e' d'être élidés. La poésie médiévale autorise également ces tournures, mais alors le 'e' n'est pas élidé, produisant une sonorité à laquelle l'oreille moderne n'est guère habituée (mais que je trouve fort jolie lorsque bien maîtrisée).

 

(Je suis loin d'être un expert de ces questions, donc ces remarques ne sont pas à prendre trop au sérieux.) 



#7 Cyraknow

Cyraknow

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 4 990 messages
  • Une phrase ::Thé, livres, poésie... un bonheur simple.

Posté 13 juillet 2014 - 11:10

Florent, tu me vois déconfite. J'ai non seulement lu le traité de Sorgel, j'en ai publié le lien sur mon blog, l'un de mes tous premiers articles.

Et, tu as tout à fait raison, j'avais oublié ce fichu ées. Il n'y a pas à dire, c'est vraiment une terminaison qui me pose problème. A revoir, donc... :wacko:



#8 FlorentM

FlorentM

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 721 messages
  • Une phrase ::J’écris lorsque je n’ai rien
    à ne pas écrire.

Posté 13 juillet 2014 - 02:01

Cette terminaison me pose aussi souvent d'innombrables problèmes (source d'exclamations fort peu poétiques quand je me rends compte qu'un de mes vers qui semblait s'insérer parfaitement dans le poème ne convient pas pour cette raison... hihi^^) D'où peut-être le fait que je sois un peu trop à cheval sur cette règle : on est souvent plus sévère vis-à-vis des erreurs que l'on fait soi-même lorsqu'on en prends conscience. 



#9 Invité_Mary-Loup_*

Invité_Mary-Loup_*
  • Invité

Posté 13 juillet 2014 - 02:39

Bel acrostiche qui nous invite au voyage et aussi à la découverte d'un peintre sous son autre facette, intéressant.



#10 Cyraknow

Cyraknow

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 4 990 messages
  • Une phrase ::Thé, livres, poésie... un bonheur simple.

Posté 13 juillet 2014 - 03:32

Merci Mary-Loup pour ton commentaire.

Et, Florent, je suis sûre que tu as raison... je succombe souvent moi aussi à ce penchant.

#11 bibi

bibi

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 6 009 messages

Posté 13 juillet 2014 - 06:21

que j'aime ta Martinique!

car, elle est sympathique

très charmante et pudique

comme ta plume unique

libre de règles antiques

 

bibi 2014



#12 Cyraknow

Cyraknow

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 4 990 messages
  • Une phrase ::Thé, livres, poésie... un bonheur simple.

Posté 13 juillet 2014 - 09:17

Merci cher Bibi de ce gogyokha bien senti.... Mais tu te fourvoies! Tout est en vers classiques octosyllabes, regarde bien.

#13 bibi

bibi

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 6 009 messages

Posté 13 juillet 2014 - 10:06

Vraiment ? je ne me suis pas rendu compte.
J'écris ces vers octosyllabiques juste par chance. lol
Je vais compter les syllabes pour voir si tous les vers sont de huit pieds.

Et merci pour ton commentaire.

bibi 2014

(dans le 2ème et 3ème vers, il me manquait une syllabe et le 5ème il y avait une de plus)



#14 Cyraknow

Cyraknow

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 4 990 messages
  • Une phrase ::Thé, livres, poésie... un bonheur simple.

Posté 14 juillet 2014 - 01:16

Pour le 5, tu as raison, j'ai oublié de faire la diérèse de la terminaison -tion.
En 2 et 3, non, il n'en manque pas, j'ai beau compter et recompter...

#15 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 248 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 15 juillet 2014 - 10:33

Ça devient maladif, ces histoires de e muet (qui n'ont plus AUCUNE validité en français d'aujourd'hui).

Est-ce là donc la raison d'être de la poésie ? Et ne faut-il pas prendre les règles par ce qui leur donne du sens plutôt que comme des interdits injustifiables ?

Croyez bien que cette obsession vous éloigné de toute là tradition poétique dont les règles sont liées à un état de la langue et non à une prescription aveugle et absurde.

#16 FlorentM

FlorentM

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 721 messages
  • Une phrase ::J’écris lorsque je n’ai rien
    à ne pas écrire.

Posté 15 juillet 2014 - 05:05

Je suis essentiellement d'accord avec vous, d'où mon auto-qualification de "trop à cheval sur cette règle". Après, tout dépends de ce que l'on veut faire. Je comprends tout à fait que ceux d'entre nous cherchant à écrire de manière "contemporaine" (ce qui est tout à leur honneur) (les guillemets n'ont rien de péjoratif : je ne suis juste pas certain du mot exact^^), prennent des libertés avec les 'e' muets. Mais il me semble tout aussi louable de chercher à respecter, strictement ou de manière plus libre, les règles classiques. Or, dans ce cadre, les règles relatives aux 'e' muets me semblent sensées, car elles participent à donner cette coloration particulière aux poèmes classiques.



#17 Escamillo Cavradossi

Escamillo Cavradossi

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 311 messages

Posté 25 août 2014 - 03:34

à chacun ses dadas, je préfère m'attacher au rebond excellent du "r" dans Anse Turin de mer en terre,j' aime le qualificatif de sans fard pour un homme qui fardait ses tableaux et j'aime bien la chute. 



#18 Cyraknow

Cyraknow

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 4 990 messages
  • Une phrase ::Thé, livres, poésie... un bonheur simple.

Posté 25 août 2014 - 06:42

Merci à vous trois de vos commentaires éclairés.

 

Sérioscal, je suis d'accord que certaines règles n'ont pas lieu d'être. Qui, dans la "vraie vie", prononce la terminaison -tion en deux parties? Cette règle de diérèse est stupide, et rend certains vers ampoulés. Par contre, celle du e, muet ou pas, donne de la fluidité à certains vers.

 

Florent, bien d'accord avec toi!! Je suis comme les surréalistes de l'OuLiPo, qui prétendaient que c'est en imposant des règles qu'on s'en libère. C'est pour cela que j'aime l'écriture classique, et ai du mal avec l'écriture libre.

 

Escamillo, Merci de ton interprétation qui complimente tant mon écrit.  :wub:





Aussi étiqueté avec au moins un de ces mots-clés : Paul Gauguin, art, peinture, Martinique, acrostiche