Aller au contenu

Photo

Inachève


  • Veuillez vous connecter pour répondre
68 réponses à ce sujet

#61 AURE

AURE

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 534 messages

Posté 15 mai 2015 - 06:25

Vous m'avez heurté de plein fouet, ne vous réjouissez quand même pas trop vite Abxxx, boetiane et Aure, je ne suis pas au point d'être achevée!

 

A bon entendeur!

 

j'ai des noms au télécom français, la malhonneteté crasseuse ne paie pas au bout du compte!

 

???


Sous nos flancs

-un terril

vois l'azur

morcellement

d'oiseau

  enchanté

aux mers

disparues



#62 bɔētiane

bɔētiane

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 152 messages
  • Une phrase ::"Les mots sont une peinture des choses"

    boetiane.com

Posté 15 mai 2015 - 07:23

lou, 

   lorsque tu es grognon,

tu le sais n'est-ce pas : il y a l'hormone du sourire :

 le bien dormir, le bien rêver, pour récupérer et avoir des pensées positives.

 C'est la seule leçon que j'ai appris de la vie.

          et...  le MP chez boé (c'est quand tu veux : )

 

   c'est tellement dommage de venir sous ce post pour couiner

on ne fait de mal à personne

        -tu pourrais venir y poster tes mots poétiques ?

                                    c'est ouvert à tout le monde, je crois :)

 

 

 

PS. : Abxxx : un tit recap perhaps -grandeur nature... là, on n'y voit plus rien. . . .... 



#63 Abxxx

Abxxx

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 271 messages

Posté 15 mai 2015 - 08:17

Boétiane, Aure, FlyingK, Itans, Abxxx, ...


    ~je veux que la maladie de l'infini ne soit pas mortelle~
           et gravite sur terre une mèche de travers
      de séquelles en mers miniatures
                                    au canevas, curcumas noirs
                 il n'y aurait plus de bords -le lait piraterait l'or,
             le martyr des secondes ouvrirait d'insolents palais
il faudrait la halte malachite
                                 rouge farfelu et le brin coagulé
l'amer friserait le brodeur
- au-dessus
        l'oeil satellite serait spectacle redoutable
                                                                 facture & factory
de meurtre nymphéa sur nos lèvres ruées
- dors jardin de ruine
      au fil du jour de cire
les marches en feuilles tomberont,
   lève ton armée de cygnes adolescents
                                   contre les grands glaciers de Magellan
        -inachève
la vallée de ses suds
pour des fragments stellaires
de cratères
                               pour ne pas entrer les chevilles ouvertes
-pupille posée, talon levé
         encore
un chant d'angle
poudré d'infini
- insulte bleue épine
                                       encore
                                 un cri cerné
                                 de fumées cuivres
                                - animant tes cendres
- et puis
un calme
que le sang étarque

                        ~allez rapproche-t o i,    oui mais beaucoup plus près~                                                                           
            fissile et déchaînée, hanche de chair à midi dévorée
                             molécule Eyja fjalla jökull*                                                                            * eiya fiatla yƏ kutl
                 culte rénové, transparent

l'indigo du lendemain
aux tripes vestibulaires
enfouit
l'autel perplexe
- dévorant
le temps allège l'ombellifère
nocturne de ta joue
                              ouverte
allons
     retour en -arrière,
                                 trou noir.
                                 horizon des événements
 
                                 s'entrechoquent sans bruits       capsule de vie, pommette       corolle dimensionnelle
 
     - l'absolu tesseract 
terminant la bascule.
de soleils violents disloquant les pangées
                                                                    brin d'herbe parcheminé 
                       tête ouverte, démontée 
                                     into
                                          one continent of two 
tout tombe
au grillage des zoos
      la bleue infectée de bruits
     jette les runes
de vents tordus
                                        au soir
                                        les bouches crachent
- oui la mort s'allonge    sur nos paupières
de papier
 
            ~allez, rapproche-t o i
 
                               ab ovo de limbes,
         parce que le front se lève ;
     c'est la diane, aphrodite,
                               c'est le tumbao,
                                        parce que la vahiné n'est pas assez 
                        à son Gauguin 
 
                                      les notes de tête sont-elles nivéales,      frisant les mantras          et les bouts  de grège
et les chorégraphies prises au piège,... ?
                                             -oui mais tellement dépalissées
 
                          parce que nos crinolines 
                             sont des squelettes 
                                                         d'apaches
parce que l'écu de raphia sépia
                       a craché l'inouï en plein cur de la conque
            parce qu'elle était là
                           -bleu immobile, nymphéa
 
-au jour des naseaux
   s'épuise le sexe défait
                une ouverture de pli
tête en tête
ocre entr'ouverte       coeur enduit     lymphe qui a
le sépale tordu
non
      je ne cueillerai rien
      de filtré par l'infante
le jupon crevé
 
                  dans quelle cage large traîne le néant ?
         nous sommes à l'étage, escalator furor,
                         balcons aux mufles décadents
 
             dans quelle rage nage l'ogre 
                           salivant à la dévoration 
                     de gibiers aux pétales blancs ?
dans quelle fange géante
au nuage mollusque ?
-tomber sur nos anges
                amazones,
musc à poudreuse
         éclairs d'instants galopés
               sur le banc brusque, inhabité
                      de maintenant
- Le cri de l'il
au droit du
doux
ton regard file
    plume
irréparable

le cri de l'oeil
aux fusées lactées
le vent qui tourne
dans la cerne
-pour lui apprendre
à jouer du corps 

le cri de l'oeil
cyclone invertébré
d'étoiles tournées
dans leur bocal
- archet dansé
sur la robe pylône 


244019robepylone.png

 

chuuuut .  .    .     . .       .
            robes cyclones d'ici
 de lames parme et d'ut
       sæglópur,
                danse dangereuse
           -et pure

Bocal mappemonde
les squames effeuillées
neroli amara

de la chute au temps largo

à sa circon-féerie
pour un cyprin doré.

               Il tournera en rond... 

 

jusqu'en spirale
un sursaut hors de l'eau
naître des coquilles
et repêcher ses branchies
là-haut

gouttes de pluie
sur les mains
-transparentes 
griffes liquides
en lustres
pour demain 

de ta main
l'étoile
- le corps
danse
une mer de sable
enfuie

 

vertige

des  val k y r i e s

sur  la monture  des

rêves ~inachève au

tungstène~ brut

in-sane

écouter les ravins 
au bout du fil
ininterrompu
-basse continue

 

Sous nos flancs

-un terril

vois l'azur

morcellement

d'oiseau

  enchanté

aux mers

disparues



#64 AURE

AURE

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 534 messages

Posté 15 mai 2015 - 10:39

Je me répète

mes excuses   :-/



#65 bɔētiane

bɔētiane

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 152 messages
  • Une phrase ::"Les mots sont une peinture des choses"

    boetiane.com

Posté 20 octobre 2015 - 09:42

 boire l'ange de minuit
      à n'importe quelle fenêtre
huis de secondes comme des passereaux 
              il faudrait encore
       des chats-huant 
    amoureux de grands cèdres 
                 pour devenir 
       _indécents
 millénaires
           ou bleus : )


#66 AURE

AURE

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 2 534 messages

Posté 20 octobre 2015 - 10:19

ils s'évanouiraient

dans un soupir

- de goémon

que rien ne trouble

il y aurait

une nuée

d'épines

blanchies

et l'acariâtre

marée

désosserait

l'ouïe de la ruine



#67 bɔētiane

bɔētiane

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 1 152 messages
  • Une phrase ::"Les mots sont une peinture des choses"

    boetiane.com

Posté 20 octobre 2015 - 10:31

ce que nous aurions construit,

           le passage de mains libres

 passant les livres 

        en marée de Riga

  ce que le fond du coeur

     ne soupçonne pas

 

      _diva

 

ivre

   de mots



#68 Abxxx

Abxxx

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 271 messages

Posté 20 août 2017 - 10:04

Boétiane, Aure, FlyingK, Itans, Abxxx, ...


    ~je veux que la maladie de l'infini ne soit pas mortelle~
           et gravite sur terre une mèche de travers
      de séquelles en mers miniatures
                                    au canevas, curcumas noirs
                 il n'y aurait plus de bords -le lait piraterait l'or,
             le martyr des secondes ouvrirait d'insolents palais
il faudrait la halte malachite
                                 rouge farfelu et le brin coagulé
l'amer friserait le brodeur
- au-dessus
        l'oeil satellite serait spectacle redoutable
                                                                 facture & factory
de meurtre nymphéa sur nos lèvres ruées
- dors jardin de ruine
      au fil du jour de cire
les marches en feuilles tomberont,
   lève ton armée de cygnes adolescents
                                   contre les grands glaciers de Magellan
        -inachève
la vallée de ses suds
pour des fragments stellaires
de cratères
                               pour ne pas entrer les chevilles ouvertes
-pupille posée, talon levé
         encore
un chant d'angle
poudré d'infini
- insulte bleue épine
                                       encore
                                 un cri cerné
                                 de fumées cuivres
                                - animant tes cendres
- et puis
un calme
que le sang étarque

                        ~allez rapproche-t o i,    oui mais beaucoup plus près~                                                                           
            fissile et déchaînée, hanche de chair à midi dévorée
                             molécule Eyja fjalla jökull*                                                                            * eiya fiatla yƏ kutl
                 culte rénové, transparent

l'indigo du lendemain
aux tripes vestibulaires
enfouit
l'autel perplexe
- dévorant
le temps allège l'ombellifère
nocturne de ta joue
                              ouverte
allons
     retour en -arrière,
                                 trou noir.
                                 horizon des événements
 
                                 s'entrechoquent sans bruits       capsule de vie, pommette       corolle dimensionnelle
 
     - l'absolu tesseract 
terminant la bascule.
de soleils violents disloquant les pangées
                                                                    brin d'herbe parcheminé 
                       tête ouverte, démontée 
                                     into
                                          one continent of two 
tout tombe
au grillage des zoos
      la bleue infectée de bruits
     jette les runes
de vents tordus
                                        au soir
                                        les bouches crachent
- oui la mort s'allonge    sur nos paupières
de papier
 

__________

 

 

            ~allez, rapproche-t o i
 
                               ab ovo de limbes,
         parce que le front se lève ;
     c'est la diane, aphrodite,
                               c'est le tumbao,
                                        parce que la vahiné n'est pas assez 
                        à son Gauguin 
 
                                      les notes de tête sont-elles nivéales,      frisant les mantras          et les bouts  de grège
et les chorégraphies prises au piège,... ?
                                             -oui mais tellement dépalissées
 
                          parce que nos crinolines 
                             sont des squelettes 
                                                         d'apaches
parce que l'écu de raphia sépia
                       a craché l'inouï en plein cur de la conque
            parce qu'elle était là
                           -bleu immobile, nymphéa
 
-au jour des naseaux
   s'épuise le sexe défait
                une ouverture de pli
tête en tête
ocre entr'ouverte       coeur enduit     lymphe qui a
le sépale tordu
non
      je ne cueillerai rien
      de filtré par l'infante
le jupon crevé
 
                  dans quelle cage large traîne le néant ?
         nous sommes à l'étage, escalator furor,
                         balcons aux mufles décadents
 
             dans quelle rage nage l'ogre 
                           salivant à la dévoration 
                     de gibiers aux pétales blancs ?
dans quelle fange géante
au nuage mollusque ?
-tomber sur nos anges
                amazones,
musc à poudreuse
         éclairs d'instants galopés
               sur le banc brusque, inhabité
                      de maintenant

 

__________

 

 

- Le cri de l'il
au droit du
doux
ton regard file
    plume
irréparable

le cri de l'oeil
aux fusées lactées
le vent qui tourne
dans la cerne
-pour lui apprendre
à jouer du corps 

le cri de l'oeil
cyclone invertébré
d'étoiles tournées
dans leur bocal
- archet dansé
sur la robe pylône 


244019robepylone.png

 

chuuuut .  .    .     . .       .
            robes cyclones d'ici
 de lames parme et d'ut
       sæglópur,
                danse dangereuse
           -et pure

Bocal mappemonde
les squames effeuillées
neroli amara

de la chute au temps largo

à sa circon-féerie
pour un cyprin doré.

               Il tournera en rond... 

 

jusqu'en spirale
un sursaut hors de l'eau
naître des coquilles
et repêcher ses branchies
là-haut

gouttes de pluie
sur les mains
-transparentes 
griffes liquides
en lustres
pour demain 

de ta main
l'étoile
- le corps
danse
une mer de sable
enfuie

 

vertige

des  val k y r i e s

sur  la monture  des

rêves ~inachève au

tungstène~ brut

in-sane

écouter les ravins 
au bout du fil
ininterrompu
-basse continue

 

Sous nos flancs

-un terril

vois l'azur

morcellement

d'oiseau

  enchanté

aux mers

disparues

 

ils s'évanouiraient

dans un soupir

- de goémon

que rien ne trouble

il y aurait

une nuée

d'épines

blanchies

et l'acariâtre

marée

désosserait

l'ouïe de la ruine

ce que nous aurions construit,

           le passage de mains libres

 passant les livres 

        en marée de Riga

  ce que le fond du cœur

     ne soupçonne pas

 

      _diva

 

ivre

 

   de mots

 

___________



#69 Abxxx

Abxxx

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 271 messages

Posté 20 août 2017 - 10:22

prime abord

             de tension                            

         suicidaire

                                               

                       c’est à cause du vent

                      et des balançoires, 

                                   les mondes amarrés au vieux volet 

      qui disaient ne te réveille pas déjà

 

la peur en accusant de la main à la ronde

​tout l'elixir onyx et lisse,

                            percé de dimensions primaires

                  ramoneur blessé

        par les actes répétés

 

le quotient du quotidien, 

                                                    pente au milieu des affolements, 

                          déconne à douleurs

l'instinct des mots

et des saveurs