Aller au contenu

Photo

La chanson d'autrefois

sonnet rimes vers chanson

  • Veuillez vous connecter pour répondre
9 réponses à ce sujet

#1 François Debuiche

François Debuiche

    Tlpsien ++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPip
  • 153 messages

Posté 22 juillet 2017 - 08:32

Je cours sus à la prose, brandissant dans mon vers

(Comme un rempart perdu contre le mot trop clair

Jailli d’un ciel banal) le plaisir d’un vieil air

Mélancolique et doux, prenant l’heure à revers.

 

Car il manque à ce siècle les lampions de la rime,

Je voudrais m’étourdir du vertige grisant

Qui baigne notre strophe quand à elle s’arrime

L’idée qui vient d’éclore et qui va s’imposant !...

 

Puis tandis que miroite, dans son lit de fortune,

L’aspiration farouche à un monde mieux fait,

J’aimerais, c’est égal, redorer à la lune

 

La chanson d’autrefois, tel qu’un ancien forfait,

Que l’on ouït encore, quoique bien moins souvent,

Chez le poète, intacte, mais ouverte à tout vent.

 


#2 Cyraknow

Cyraknow

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 5 392 messages

Posté 23 juillet 2017 - 10:13

Excellent début, François, bienvenu.  :)

J'aime votre vision du poème et de la griserie d'écrire.

 

Toutefois, une remarque, si vous permettez.

Si voulez faire du vers classique, en alexandrins ou octosyllabes: faites attention à l'élision du E final.

Ex "Chez le poète, intacte, mais ouverte à tout vent."

soit "Chez / le / po / è / t-in / tac / te / mais / ou / ver / t-à / tout / vent. " = 13 pieds.

                                       liaison         E dur                        liaison

 

Pourquoi? "poète" est suivi de "intacte"; le E final de "poète" se perd (s'élide) dans la liaison avec le I de "in", qui suit. I est une voyelle.

Par contre, le E de "intacte", lui, rajoute un pied, car il s'entend et se compte. En effet, le mot qui suit est "mais", commençant par la consonne M. Il n'y a donc pas de liaison.

 

Le plus facile à corriger est "Puis tandis que miroite, dans en son lit de fortune".

Mais le plus compliqué va être "Qui baigne notre strophe quand à elle s'arrime". 3 E durs, ça fait beaucoup à entendre! De plus, cela fait 13 pieds.

Peut-être (vous parliez de vertige) faudrait-il changer de verbe. "Où s'envole une strophe à laquelle s'arrime",

soit "Où / s'en / vo / l-u / ne / stro / ph-à /  la / quelle / s'ar / rim' " = 12 pieds. Qu'en pensez-vous?

 

Je sais, c'est à s'arracher les cheveux!  :blink:



#3 François Debuiche

François Debuiche

    Tlpsien ++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPip
  • 153 messages

Posté 23 juillet 2017 - 10:59

Bonjour. Merci pour ce décompte. Vous me permettez en en effet de relever une erreur que je fais en pensant que le E s'élide à l'hémistiche, même lorsqu'il n'y a pas de signe du type point-virgule. Cela procède sans doute d'une mauvaise compréhension de la notion même d'hémistiche et de pause afférente.

Mais vous parlez de E dur comme on jouerait en mi majeur, alors je me range à votre expertise, tout prof que je sois. Vous êtes d'ailleurs la raison de mon inscription ici. Je fus tout étonné, ayant fini mon sonnet, de tomber sur votre défi relevé comme on relève un gant. C'était loin d'être donné d'avance. Je me ferais un plaisir d'atteler mes boeufs à un nouveau défi que vous voudrez bien me proposer. Enfin, quant à votre suggestion touchant la strophe, je la garde volontiers. Merci encore !



#4 François Debuiche

François Debuiche

    Tlpsien ++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPip
  • 153 messages

Posté 23 juillet 2017 - 11:30

Une fois corrigé, ce sonnet donne par exemple :

...........................................

 

La chanson d’autrefois

 

Je cours sus à la prose, brandissant dans mon vers

(Comme un rempart perdu contre le mot trop clair

Jailli d’un ciel banal) le plaisir d’un vieil air

Mélancolique et doux, prenant l’heure à revers.

 

Car il manque à ce siècle les lampions de la rime,

Je voudrais m’étourdir du vertige grisant

Où s’envole une strophe à laquelle s’arrime

L’idée qui vient d’éclore et qui va s’imposant !...

 

Puis tandis que miroite, en son lit de fortune,

L’aspiration farouche à un monde mieux fait,

J’aimerais, c’est égal, redorer à la lune

 

La chanson d’autrefois, tel qu’un ancien forfait,

Que l’on ouït encore, quoique bien moins souvent,

Chez le poète actuel, mais ouverte à tout vent.



#5 Cyraknow

Cyraknow

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 5 392 messages

Posté 23 juillet 2017 - 12:10

Moi, la raison de votre inscription ici? Je suis flattée, mais point ne merite cette considération.

Oui, l'histoire du E final est rageante, mais dites-vous bien que pour un classiciste, ce n'est là que la pointé émergée de l'iceberg des contraintes inherentes au gen.

Et d'abord, la question qui taraude et tarabuste les poètes qui écrivent en vers réguliers... Vous voyez-vous classiciste pur, ou néo-classiciste? La différence est de taille!
Bien sûr, le néo a plus de facilités, puisque certaines règles sont assouplies, mais le classique pur, quoique présentant plus de contraintes, est d'une beauté sans égal.
Je vous demande cela car il reste deux ou trois choses à revoir... En fonction de votre reponse.

Pour en venir au E... Il vous en reste! Et cela, que vous soyez classiciste ou néo, est LA faute à ne pas faire.
V1: je cours sus à la prosE, brandissant...
V5: car il manque à ce sièclE les lampions... Ici, facile, remplacer "à ce" par "au".
V12: "tel" doit s'accorder avec le nom auquel il se rapporte, soit "la chanson", donc "telle" , ce qui va faire un pied dde trop avec "tellE q'un" . Donc, ici, facile aussi, il suffit de retirer le "qu' ". Soit "telle un".
V14: "actuel" compte 3 pieds, pas 2, même dans l'expression orale de tous les jours. Ecoutez-vous, vous dites bien "ac / tu / el". Donc, de nouveau 13 pieds! Trouver un adjectif de deux syllabes pour régler le problème.
Le plus embêtant, c'est votre v1.

Si je vous embête et vous semble trop tâtillonne, n'hésitez pas à me le dire...

#6 François Debuiche

François Debuiche

    Tlpsien ++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPip
  • 153 messages

Posté 23 juillet 2017 - 12:58

Rebonjour.

D'après mon souvenir, le terme de comparaison "tel" peut s'accorder indifféremment avec le comparé ou le comparant.

Si vous voulez vérifier par vous-même.

Je me range plutôt du côté des classiques purs et durs. Cela dit, je me réserve des libertés relatives, quant au schéma des rimes

et les contraintes du type diérèse par exemple, comme vous l'évoquez avec "actuel". Je garderais à cet égard la synérèse à deux pieds

pour l'adjectif.

"Car il manque au siècle" serait la solution mais je n'aime plus trop rendre sonore la cinquième syllabe d'un alexandrin. Pour des questions

de rythme et d'esthétique. Il faut me résoudre donc au double hexamètre parfait pour ainsi dire de l'alexandrin.

Il me reste pour finir les deux vers toujours bancals en 1 et 5. Sinon je peux élider le e d'encore au 13e vers : "que l'on ouït encor".

Merci pour votre temps. Je suis français quant à moi mais je vis depuis peu en Pologne, à Cracovie.



#7 François Debuiche

François Debuiche

    Tlpsien ++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPip
  • 153 messages

Posté 23 juillet 2017 - 02:26

Voici la dernière version, sinon l'ultime :

...........................................

 

La chanson d’autrefois

 

Je cours sus à la prose, en brandissant pour vers

(Comme un rempart perdu contre le mot trop clair

Jailli d’un ciel banal) le cadre d’un vieil air

Mélancolique et doux, prenant l’heure à revers.

 

Car il manque à ce temps les lampions de la rime,

Je voudrais m’étourdir du vertige grisant

Où s’envole une strophe à laquelle s’arrime

L’idée qui vient d’éclore et qui va s’imposant !...

 

Puis tandis que miroite, en son lit de fortune,

L’aspiration farouche à un monde mieux fait,

J’aimerais, c’est égal, redorer à la lune

 

La chanson d’autrefois, tel qu’un ancien forfait,

Que l’on ouït encor, ainsi que je la vends,

Dans notre poésie ouverte à tous les vents.



#8 Cyraknow

Cyraknow

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 5 392 messages

Posté 23 juillet 2017 - 03:04

1/ D'après mon souvenir, le terme de comparaison "tel" peut s'accorder indifféremment avec le comparé ou le comparant.

 

2/ Je me range plutôt du côté des classiques purs et durs. Cela dit, je me réserve des libertés relatives, quant au schéma des rimes

et les contraintes du type diérèse par exemple, comme vous l'évoquez avec "actuel". Je garderais à cet égard la synérèse à deux pieds

pour l'adjectif.

 

3/ "Car il manque au siècle" serait la solution mais je n'aime plus trop rendre sonore la cinquième syllabe d'un alexandrin. Pour des questions

de rythme et d'esthétique. Il faut me résoudre donc au double hexamètre parfait pour ainsi dire de l'alexandrin.

 

4/ Il me reste pour finir les deux vers toujours bancals en 1 et 5. Sinon je peux élider le e d'encore au 13e vers : "que l'on ouït encor".

 

1/ En fait, cela dépend du sens de tel: "semblable à" doit s'accorder avec le comparé / pour faire une comparaison, il s'accorde avec le comparant. Du coup, faire la différence est parfois ardu. La règle de "tel" est longue et semée d'embûches que, oui, j'ai dû vérifier.

 

2/ Les "libertés relatives" nous classent tous deux au rang de néo-classicistes, terme auquel je préfère celui proposé par la Société des Poètes de France: auteur de "poésie régulière contemporaine", car j'écris moi aussi en vers les plus classiques possibles, mais en faisant quelques entorses, comme par exemple pour les fâcheux mots terminés du suffixe -tion, compris classiquement comme une diérèse, -ti / on. Cependant, parler de "com / mu / ni / ca / ti / on" semble ampoulé et pédant.

Toutefois, certaines choses, comme l'élision du E final suivi d'une voyelle mais non d'une consonne, ou encore les hiatus, sont non négociables.

C'est la raison pour laquelle j'ai attirée voter attention sur la prononciation orale de "actuel", qui se prononce naturellement en trois parties. Le néo-classique prend en compte cette forme orale, et un mot prononcé en trois parties ne peut tout d'un coup pas en valoir deux seulement à l'écrit.

 

3/ Si vous gardiez "siècle", l'accent porterait sur le E, soit le dernier pied "siècleu". Je vois que vous l'avez remplacé par "temps", ce qui résout le problème.

 

4/ "encor" est une excellente alternative.

 

 

Voici la dernière version, sinon l'ultime :

...........................................

 

La chanson d’autrefois

 

Je cours sus à la prose, en brandissant pour vers

(Comme un rempart perdu contre le mot trop clair

Jailli d’un ciel banal) le cadre d’un vieil air

Mélancolique et doux, prenant l’heure à revers.

 

Car il manque à ce temps les lampions de la rime,

Je voudrais m’étourdir du vertige grisant

Où s’envole une strophe à laquelle s’arrime

L’idée qui vient d’éclore et qui va s’imposant !...

 

Puis tandis que miroite, en son lit de fortune,

L’aspiration farouche à un monde mieux fait,

J’aimerais, c’est égal, redorer à la lune

 

La chanson d’autrefois, tel qu’un ancien forfait,

Que l’on ouït encor, ainsi que je la vends,

Dans notre poésie ouverte à tous les vents.

V1, V5, V12 à 14: Super, les corrections!



#9 François Debuiche

François Debuiche

    Tlpsien ++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPip
  • 153 messages

Posté 23 juillet 2017 - 04:42

Merci pour cet échange très constructif. Je lis en ce moment un recueil qui m'a remis en selle poétiquement.

Il s'agit du Harem d'Ernest Hervilly lisible ci-dessous

 http://gallica.bnf.f...766z?rk=21459;2

Puis-je lire un poème classique de votre composition que vous auriez publié sur ce site ?



#10 Cyraknow

Cyraknow

    Tlpsien +++

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 5 392 messages

Posté 23 juillet 2017 - 07:10

Merci pour la référence; je vais aller y jeter un oeil.

 

Un  poème classique de moi?

Pourquoi pas celui-ci? http://www.toutelapo...eunesse-enfuie/  , inspiré par un poème du québécois Emile Nelligan.

 

Je tiens également un blog sur lequel je référence et explique ce que j'écris. Tous mes poèmes ne sont pas néo-classiques, et ceux qui le sont sont, bien sûr, moins bons parmi les anciens, et meilleurs parmi les plus récents, la méconnaissance des règles m'ayant, dans les débuts, fait commettre des impairs.

Vous trouverez cela ici: http://www.toutelapo...rd-de-cyraknow/





Aussi étiqueté avec au moins un de ces mots-clés : sonnet, rimes, vers, chanson