Aller au contenu

Photo

Lire le Poème


  • Veuillez vous connecter pour répondre
33 réponses à ce sujet

#31 Hattie

Hattie

    Tlpsien +++

  • Membre sympathisant
  • PipPipPipPip
  • 3 114 messages

Posté 11 février 2019 - 04:24

« moche », disais-tu ? (le commentaire a été effacé. . ..)

                        >>> il n'y a pas de doute à cela, chère Hattie

        je vais donc me répéter joyeusement, moi aussi_

 

>>> je passe un soir poster 2 vidéos adorées sur Note de route, remarque un post de Bizheng (Loup-de-Lune) juste au-dessous, j'ouvre le post. Ton dur des commentaires _décidément rien n'a changé, me dis-je. Puis comme je suis une visuelle, un dessin façon Brétecher / Sempé / Wolinski s'ouvre dans ma tête et me voilà partie à rire >>> le dessin, pour édulcorer la honte qui s'exclame en la citoyenne du monde que j'essaie d'être (?).  Sur les réseaux sociaux, la brutalité et les esquives par hyperbole me désolent, raison pour laquelle je ne viens plus ici pour lire ni poster de textes, tant je crains le trait d'irrévérence et le diktat de certains commentaires (comme on a souvent pu le constater). Ceci dit, si je ne suis guère frontale, je me suis déjà faite grinçante à l'occasion, n'est-ce pas, mais à l'unique intention de l'indélicat lorsqu'il vient publiquement dépayser, ridiculiser, voire démolir le propos d'un auteur sur un site qui s'intitule. . … toute la poésie

 

          dire, bien-entendu . . …

                >>> il est toujours intéressant et constructif de dire, par le biais du commentaire

                                  mais dire avec courtoisie, bienveillance, et dans l'art de la nuance _c'est mieux : )

 

                                              >>> et donc : on my bike, again^^

                                                                                  (ça me convient plutôt pas mal _je pédale super vite : p)

 

 

bonne continuation à tous, à toi Hattie, à Alfie, aux autres

 

. . … et mes amitiés à Bizheng : )

 

 

'Tu '' crains le trait d'irrévérence et le diktat de certains commentaires  ''
'' mais dire avec courtoisie, bienveillance, et dans l'art de la nuance _c'est mieux : ) ''

 

Soit. Parlons-en de nuances !
Je disais '' MOCHE. Moche. Moche. Moche. ''  Et je parlais du mépris, de ton mépris, celui que tu as affiché en parlant de mon ' chien-chien ' et cie.

Relis ton post ! Il est cité. Ce n'est pas la 1ere fois que tu parles de mon '' chien-chien '' and cie.... Te souviens-tu, 3 ou 4 années en arrière. Bref.
 
Remets les choses à l'endroit, stp, Boétiane.

Je ne crois pas avoir manqué de bienveillance et de courtoisie envers toi, ni envers personne, mais blessée par la soudaineté de ton parti-pris, et surtout par ton mépris.

Par ailleurs, je n'ai pas effacé que mon commentaire, j'ai fait peau neuve, j'ai effacé aussi mes textes. Rien à en dire.

 

Ensuite, pour ce qui est de Loup-de-Lune, ___ et ses flatteries à rallonges (envers moi), ses positions tranchées et agressives envers les commentaires de certaines (sur mon poème et ailleurs),
elle sait très bien ce qui s'est passé en amont. Je n'ai pas été particulièrement dure avec elle, en regard de ses insistances et insistances. un peu d'ironie, sans plus.
Sachant l'impossibilité pour moi de pouvoir m'expliquer avec elle sur son messager personnel  – car j'en suis interdite, bloquée. Sans raison préalable. De là à penser que c'était calculé.....

 

Bref. Pas du tout envie de sourire avec cela. Ni d'y passer mon temps.



#32 Loup-de-lune

Loup-de-lune

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 56 messages

Posté 13 février 2019 - 08:13

« moche », disais-tu ? (le commentaire a été effacé. . ..)
                        >>> il n'y a pas de doute à cela, chère Hattie
        je vais donc me répéter joyeusement, moi aussi_
 
>>> je passe un soir poster 2 vidéos adorées sur Note de route, remarque un post de Bizheng (Loup-de-Lune) juste au-dessous, j'ouvre le post. Ton dur des commentaires _décidément rien n'a changé, me dis-je. Puis comme je suis une visuelle, un dessin façon Brétecher / Sempé / Wolinski s'ouvre dans ma tête et me voilà partie à rire >>> le dessin, pour édulcorer la honte qui s'exclame en la citoyenne du monde que j'essaie d'être (?).  Sur les réseaux sociaux, la brutalité et les esquives par hyperbole me désolent, raison pour laquelle je ne viens plus ici pour lire ni poster de textes, tant je crains le trait d'irrévérence et le diktat de certains commentaires (comme on a souvent pu le constater). Ceci dit, si je ne suis guère frontale, je me suis déjà faite grinçante à l'occasion, n'est-ce pas, mais à l'unique intention de l'indélicat lorsqu'il vient publiquement dépayser, ridiculiser, voire démolir le propos d'un auteur sur un site qui s'intitule. . toute la poésie
 
          dire, bien-entendu . .
                >>> il est toujours intéressant et constructif de dire, par le biais du commentaire
                                  mais dire avec courtoisie, bienveillance, et dans l'art de la nuance _c'est mieux : )
 
                                              >>> et donc : on my bike, again^^
                                                                                  (ça me convient plutôt pas mal _je pédale super vite : p)
 
 
bonne continuation à tous, à toi Hattie, à Alfie, aux autres
 

. . et mes amitiés à Bizheng : )




... toutes ces garrulités risibles
en effet si risibles

à force d'être prévisibles
si prévisibles

deviennent illisibles

non-lisibles


... mais un signe de vous, chère boētiane...

essentielle désennuyère des langages

fervente exploratrice du mystère et de la métamorphose

contemporaine troubadour au vivier du nouveau

un seul signe de vous...

... et ce lieu a retrouvé son nom :

Toute La Poésie


boētiane... Je voudrais ici vous témoigner mon immense gratitude...

...Le don d'exploration et d'innovation qu'a reçu votre écriture n'a décidément d'égal que votre lucidité bienveillante...

... Votre poésie, manière à mes yeux de Mallarmé retrempé dans l'immémorial Tao, est l'image jubilatoire de la continuelle métamorphose du ciel et des dix-mille choses qui sont sous le ciel...

... J'ai amèrement déploré votre départ, mais aujourd'hui, mais ces dernières semaines, je comprends parfaitement votre décision... la poésie ne peut s'attarder à l'orphelinat du transparent mystère...

... vous apparaissez, boētiane, comme l'anti-médiocre et le contre-bavardage...

... Je vous le dis : vous influencez, vous continuerez de manière décisive à influencer certains et certaines, irrésistiblement !... Ainsi cela sera encore ici Toute La Poésie !

... Je ne puis me départir de cette si vivifiante, et même résurrective, sensation, en songeant à votre oeuvre, de très amples et très exaltantes semailles iridescentes dans le champ de l'avenir...

De toute mon amitié émue et de toute mon admiration,

Loup-de-lune... Bizheng

Modifié par Loup-de-lune, 12 avril 2019 - 07:31 .


#33 serioscal

serioscal

    Serialismo Rigoroso

  • Membre
  • PipPipPipPip
  • 9 121 messages
  • Une phrase ::All series are not red. But some are. They burn-speak.

Posté 13 février 2019 - 07:03

Plutôt que des poèmes je recommande la lecture de ces petits romans de la collection "Gore" de chez Fleuve noir.

C'est bien plus épanouissent que ce genre d'essence factieuse (pour reprendre un mot remis au goût du jour par le ministre de l'intérieur ).

#34 Loup-de-lune

Loup-de-lune

    Tlpsien ++

  • Membre
  • PipPipPip
  • 56 messages

Posté 13 février 2019 - 07:21

L'astronome du navire "Sylvaine"


"Que d'élégantes chairs habillent ton squelette!
O dentelle absolue, toute solidité :
L'Armature — et ton sein se gonfle de beauté,
Navire d'existence à l'utile toilette.



Heureux qui dans tes bras suit voiles et voilettes
Qu'il brise enfin la coupe au vin d'anxiété
A dénouer ton corps de l'ivoire habité,
Tes courbes et son bras que marie la tempête.



Plus heureux l'astronome accepté par tes yeux
Les souffles de choisir pour ta poitrine avide
Et converser avec tes yeux silencieux,
Changeants, folle toilette au plus humain des vides.



Élu, pour choisir vents et courants, sans mentir
J'irais droit à l'apothéose où t'engloutir."


Olivier Larronde